Les Lakers balayés !

  • A
  • A
Les Lakers balayés !
Partagez sur :

Quelle humiliation pour les champions en titre ! Pour le dernier match en carrière de Phil Jackson, l'entraîneur le plus titré de l'histoire de la Ligue, les Lakers ont en effet touché le fond. La quatrième manche de leur demi-finale de Conférence face aux Mavs a en effet tourné à une démonstration des Texans, vainqueurs 122-86 et qualifiés sur un coup de balai 4-0.

Quelle humiliation pour les champions en titre ! Pour le dernier match en carrière de Phil Jackson, l'entraîneur le plus titré de l'histoire de la Ligue, les Lakers ont en effet touché le fond. La quatrième manche de leur demi-finale de Conférence face aux Mavs a en effet tourné à une démonstration des Texans, vainqueurs 122-86 et qualifiés sur un coup de balai 4-0. L'heure de la retraite a donc sonné pour Phil Jackson. Et après vingt saisons passées sur les bancs des Bulls, puis des Lakers, onze titres NBA et seulement neuf séries perdues sur les 65 coachées en playoffs, le coach californien en a été quitte pour une grande première à l'occasion de son dernier match en tant qu'entraîneur: un sweep en bonne et due forme. Une humiliation en guise de sortie, conclue qui plus est sur la deuxième plus lourde défaite concédée par l'une de ses équipes en playoffs. Pas sûr que les accolades de Rick Carlisle, son homologue sur le banc texan, Jason Kidd ou Mark Cuban suffisent à le réconforter... La faute à l'incroyable récital à trois points livré par les Mavericks en général et Jason Terry en particulier. Avec 20 tirs primés enquillés - sur les 32 tentés - les Texans ont d'ailleurs égalé un nouveau record dans la Ligue, faisant aussi bien que les Sonics en 1996. Même performance de choix pour Jason Terry, auteur à lui seul d'un incroyable 9 sur 10 derrière l'arc, le sixième homme de luxe de Dallas signant 32 points en seulement 25 minutes. Après avoir tenu le choc au cours du premier quart, les Lakers ont ainsi succombé, dans le deuxième acte, sous un véritable déluge à trois points, Jet en alignant cinq seul pour initier un 36-16 synonyme de 24 points d'avance à la pause. Et pour les fans californiens les plus optimistes, l'ancien Hawk en ajoutait deux de plus ruinant les dernières illusions californiennes. Cinq ans après les Finals perdues face Heat, les Mavs retrouveront donc les finales de Conférence face au vainqueur de la série entre le Thunder et les Grizzlies. Et si les champions en titre pouvaient nourrir quelques regrets au vu des scénarii des matches 1 et 3, les Mavs profitant à chaque fois d'un meilleur finish pour les coiffer les Lakers sur le fil, cette dernière manche a en revanche confiné à une véritable démonstration texane. Car les stars de L.A. remisées sur le banc pour les ultimes minutes de la carrière de Phil Jackson, les doublures de Dallas n'hésitaient pas à enfoncer le clou. Ainsi, sous l'impulsion de Josue Barea et Peja Stojakovic, respectivement 22 et 21 points au compteur, l'écart allait jusqu'à flirter avec la barre des 40 points, valant aux Lakers la deuxième défaite la plus lourde de leur histoire en playoffs. Avec 86 points, le banc texan aura d'ailleurs été tout particulièrement à la fête. A tel point qu'il n'y a eu que l'inévitable Dirk Nowitzki, 17 points à 7 sur 11 aux tirs, pour avoir un tant soit peu pesé sur les débats chez les habituels titulaires. A l'inverse, côté californien, le collectif a été porté disparu, Kobe Bryant émargeant ainsi à seulement 17 points à 7 sur 18, Pau Gasol confirmant son printemps catastrophique avec 10 points et Derek Fisher affichant un sinistre 1 sur 8 aux tirs pour ce qui a pu être, à 37 ans, son dernier match avec les Lakers. "Je ne pense pas avoir déjà vu une équipe jouer à ce niveau dans un match de cette importance comme ils l'ont fait ce soir." pouvait bien reconnaître Phil Jackson à l'issue de la rencontre. De quoi pousser les Californiens à bout, Lamar Odom et Andrew Bynum achevant ainsi leur saison sur quelques mauvais gestes synonymes d'expulsion. Après trois threepeat, deux avec les Bulls de MJ puis un avec les Lakers du duo O'Neal-Bryant, les Lakers en étaient quittes pour devenir le cinquième champion en titre à être sweepé. Pour autant, alors que l'heure est désormais à la reconstruction, Fisher donc, Pau Gasol et Ron Artest étant annoncés partants dans le sillage de leur entraîneur, ce dernier entendait se montrer optimiste. "On sait bien qu'ils vont revenir pour retrouver les sommets. Les grandes équipes ne meurent jamais et les Lakers se remettront de cette éliminations." Aussi dure qu'elle soit...