Les Lakers au tapis

  • A
  • A
Les Lakers au tapis
Partagez sur :

Dimanche noir pour les cadors de la Conférence Ouest. Après les Spurs, surpris par les Grizzlies dans le Texas, c'est en effet au tour des Lakers d'avoir été piégés dès le coup d'envoi de leur série du premier tour des playoffs. Kobe Bryant a bien signé 34 points pour commencer, mais Chris Paul n'avait rien à lui envier avec 33 points et 14 passes et les Hornets l'ont emporté 100-109.

Dimanche noir pour les cadors de la Conférence Ouest. Après les Spurs, surpris par les Grizzlies dans le Texas, c'est en effet au tour des Lakers d'avoir été piégés dès le coup d'envoi de leur série du premier tour des playoffs. Kobe Bryant a bien signé 34 points pour commencer, mais Chris Paul n'avait rien à lui envier avec 33 points et 14 passes et les Hornets l'ont emporté 100-109. Les Lakers n'ont donc rien changé à leurs mauvaises habitudes. Particulièrement poussifs à l'heure d'en finir avec la saison régulière, au point d'enchaîner cinq défaites de rang avant de sauver sur le fil leur deuxième place de la Conférence Ouest, les champions en titre n'ont pas été plus inspirés pour leur premier match des playoffs. Si Kobe Bryant a longtemps entretenu l'espoir avec ses 34 points à 13 sur 26 aux tirs, le reste de l'équipe n'a pas suivi et les Californiens en ont été quittes pour courir après le score l'essentiel de la rencontre. La faute, notamment, à une défense souvent suspecte, les visiteurs s'en donnant ainsi à coeur joie pour terminer avec 52% de réussite collective. C'est d'ailleurs ce que pointait du doigt Phil Jackson à l'issue de la rencontre. "On était toujours en retard en défense, jamais dans le bon tempo car on n'a pas su hausser notre intensité, regrettait ainsi le coach californien à l'issue de la rencontre, les Hornets ont été bien plus agressifs et le sont restés jusqu'au bout. Nous, on n'a joué que par intermittence." Forcément insuffisant. Car ce qui pouvait parfois suffire en saison régulière, Los Angeles ayant d'ailleurs remporté ses quatre confrontations face à La Nouvelle-Orleans, ne fonctionne plus au printemps. Revenus à une longueur de leurs visiteurs à l'entame du quatrième acte, les Lakers espéraient pourtant sans doute encore faire jouer la carte de l'expérience. Mais c'était sans compter sur Chris Paul. Chris Paul fait la différence Car si les Californiens ont donc pu compter sur l'inévitable Kobe Bryant pour espérer jusque dans les dernières minutes un renversement dont ils ont le secret, le MVP des deux dernières Finales a trouvé à qui parler avec le meneur des Hornets, auteur d'une performance exceptionnelle pour ce match d'ouverture des playoffs. Non content de flirter avec le triple-double en compilant 33 points, 14 passes et 7 rebonds, Chris Paul a en effet été intenable dans la dernière ligne droite, signant 17 points sur la période et initiant un 8-0 rédhibitoire pour les champions en titre. Du grand art ! "La saison a été longue et rarement pleinement satisfaisante. J'ai eu du mal à trouver la confiance, mais en playoffs, on efface tout et on recommence. Ce sont les playoffs, c'est une autre dimension." ne manquait pas de savourer le héros de la soirée, symbole d'une formation de La Nouvelle-Orleans jouant particulièrement juste come en attestent les trois petites pertes de balle concédées, record NBA égalé. Si ce n'est Trevor Ariza, en faillite aux tirs avec un terrible 2 sur 13, les Hornets ont d'ailleurs également fait preuve d'une belle réussite. Dans le sillage de leur maître à jouer, auteur d'un joli 11 sur 18 aux tirs, Carl Landry a ainsi ajouté 17 points à 6 sur 13 et Jarrett Jack et Aaron Gray sont sortis du banc pour compiler un 10 sur 11 avec respectivement 15 et 12 points à leur compteur personnel. De quoi faire des envieux chez les Californiens malgré les 16 points et 11 rebonds de Ron Artest. Notamment du côté de Pau Gasol, particulièrement peu à son aise avec seulement 8 points à 2 sur 9 et sifflé par l'intransigeant public du Staples Center. "Je suis déçu, surpris et forcément frustré." pouvait bien souffler l'Espagnol après coup, il en faudra plus d'ici mercredi pour la deuxième manche.