Les Lakers au rebond

  • A
  • A
Les Lakers au rebond
Partagez sur :

La coupure du All-Star week-end a fait le plus grand bien aux Lakers. Après trois défaites de rang, la franchise californienne vient d'enchaîner une cinquième victoire consécutive aux dépens de Minnesota (90-79), dominée au rebond, son domaine de prédilection. Privé de Tony Parker, Sans Antonio a chuté à Memphis (109-93) tandis que le choc entre New York et Orlando a tourné en faveur du Magic (116-110).

La coupure du All-Star week-end a fait le plus grand bien aux Lakers. Après trois défaites de rang, la franchise californienne vient d'enchaîner une cinquième victoire consécutive aux dépens de Minnesota (90-79), dominée au rebond, son domaine de prédilection. Privé de Tony Parker, Sans Antonio a chuté à Memphis (109-93) tandis que le choc entre New York et Orlando a tourné en faveur du Magic (116-110). LE MATCH: WOLVES-LAKERS (79-90) Un All-Star week-end et ça repart ! Perdus mi-février alors que le Stapple Center s'apprêtait à accueillir le week-end le plus festif de l'année sur les parquets de NBA, les Lakers, alors sur une série de trois revers de rang, dont un dernier sur le parquet de... Cleveland qui faisait tache, enchaînent depuis les victoires. Après Atlanta, Portland, les Clippers et Oklahoma City, la franchise californienne a signé mardi un cinquième succès de rang, aux dépens cette fois-ci de Minnesota (90-79). Une victoire obtenue en haute altitude, les hommes de Phil Jackson prenant le meilleur au rebond sur les Wolves, pourtant réputés pour être les meilleurs de la Ligue dans cet exercice. Car n'en déplaise à Kurt Rambis, le coach des Wolves, prompt à souligner la chance, pour ne pas dire plus, des Lakers sur des "tirs improbables" de Kobe Bryant et de ses coéquipiers malgré la défense impeccable de ses troupes, ce n'est pas sur sa réussite que la franchise californienne a construit sa victoire. Les chiffres parlent d'eux-mêmes. Avec seulement 37,5% de réussite dans ses tentatives au tir, l'équipe de Los Angeles a plus que gâché dans ce domaine. Mais en captant 53 rebonds, contre 39 seulement aux Wolves, dont 18 prises offensives, les Lakers se sont donné les moyens d'inscrire plus de points que leurs adversaires, compilant 28 points sur leurs deuxièmes ballons, contre sept à Minnesota. Et si Kobe Bryant, bien pris en début de match par le rookie Wes Johnson qui ne lui a offert que quatre points en première période, a finalement inscrit 24 points pour terminer meilleur marqueur du match, la palme en revient à Pau Gasol, qui a régné en maître dans la raquette jusqu'à prendre 17 rebonds, bien aidé dans cet exercice par Lamar Odom (11 rebonds). LES FRANÇAIS Premier match de San Antonio sans Tony Parker, blessé deux jours plus tôt au mollet lors de la victoire contre Memphis et absent de deux à quatre semaines, et première défaite des Spurs enregistrée mardi à... Memphis (109-93). Le meneur de San Antonio et du basket français sur le flanc, ses compatriotes de la Ligue ont offert des performances individuelles sans grand relief, à l'exception de Nicolas Batum, meilleur marqueur de son équipe (22 points), un effort qui n'a pas empêché la défaite de Portland à domicile face à Houston (87-103). Aligné dans le cinq majeur de Dallas, Rodrigue Beaubois a participé à la victoire des Mavericks face à Philadelphie (101-93) à hauteur de 12 minutes, pour six points inscrits et une passe décisive délivrée. S'il a eu droit à plus de 11 minutes de présence sur le parquet, Ian Mahinmi a rendu une feuille de statistique vierge si ce n'est dans la colonne fautes directes (4), auxquelles s'ajoute un ballon perdu... Un peu plus de 13 minutes de jeu de son côté pour Ronny Turiaf lors de la défaite des Knicks concédée à Orlando (116-110) et seulement deux points marqués et trois rebonds captés. Enfin, à Toronto, Alexis Ajinca n'a pas participé à la victoire des Raptors face aux Hornets (96-90). LA STAT 30. Le chiffre du jour à Orlando où le Magic accueillait les Knicks pour l'une des affiches au sommet à l'Est. Trois joueurs ont en effet atteint ce nombre de points, Dwight Howard côté floridien, Chauncey Billups et Amare Stoudemire dans les rangs new-yorkais. Et pourtant, c'est bien le premier qui est sorti vainqueur de cette affiche, grâce notamment à son activité sous les paniers (16 rebonds) et l'apport non négligeable de Jameer Nelson, auteur de 14 de ses 26 points dans le dernier quart-temps. Malgré l'arrivée récente de Carmelo Anthony (25 points), le compteur de New York reste donc bloqué à... 30 victoires, pour 28 défaites. Plus pour longtemps, assurément...