Les Knicks domptent Miami

  • A
  • A
Les Knicks domptent Miami
Partagez sur :

Premier coup d'éclat pour les Knicks de Carmelo Anthony ! Deux jours après une défaite coupable chez les Cavs, New York a en effet frappé un grand coup en s'offrant le scalp du Heat. Un succès acquis en défense 86-91 avec notamment 29 points et 9 rebonds de Melo, vainqueur de son duel face à LeBron James. Si les Spurs l'ont également emporté, Tony Parker s'est lui blessé...

Premier coup d'éclat pour les Knicks de Carmelo Anthony ! Deux jours après une défaite coupable chez les Cavs, New York a en effet frappé un grand coup en s'offrant le scalp du Heat. Un succès acquis en défense 86-91 avec notamment 29 points et 9 rebonds de Melo, vainqueur de son duel face à LeBron James. Si les Spurs l'ont également emporté, Tony Parker s'est lui blessé... Le match de la nuit Carmelo Anthony avait prévenu. "On fera avec et je serai bien présent. C'est un match très excitant qui doit nous permettre de mesurer notre potentiel" avait en effet expliqué, samedi, la nouvelle star des Knicks, interrogée au sujet d'une douleur à l'épaule apparue lors de la déroute subie à Cleveland. Force est donc de constater que l'ancien Nugget a bien été exact au rendez-vous. A tel point qu'il a même été le premier artisan du succès de prestige ramené de Miami. S'appuyant tout autant sur la verve d'Anthony que sur une défense retrouvée, les New Yorkais ont en effet renversé leurs hôtes pour l'emporter 86-91. Si Chauncey Billups, qui l'a accompagné, cette semaine, dans le megatrade entre Denver et New York, a fait du Billups en inscrivant un tir primé décisif avec à peine une minute à jouer et si Amare Stoudemire a, lui, signé une action décisive en défense en contrant une tentative de layup de LeBron James à sept secondes de la fin et alors que Miami ne comptait alors qu'un point de retard, c'est bien Carmelo Anthony qui a sonné la révolte des Knicks lorsque les Heatles semblaient partis pour une soirée des plus paisibles. Profitant du faux départ de la défense new yorkaise, le Heat en général et LeBron James en particulier avaient en effet passé 34 points à leurs hôtes dans le premier quart pour s'échapper et compter jusqu'à 15 longueurs d'avance dès les premières minutes du deuxième acte. Ce sont pourtant bien les Knicks qui viraient en tête à la pause (51-52), Melo montrant l'exemple avec ses 29 points à 10 sur 22 aux tirs et 9 rebonds compilés en 37 minutes. Stoudemire et Billups pouvaient être plus discrets avec 16 points chacun, l'ancien Sun prenant néanmoins le temps de signer un double-double en ajoutant 10 rebonds, la verve d'Anthony et une bonne défense allaient finalement suffire. Car côté Heat, si King James et Chris Bosh tenaient la comparaison avec respectivement 27 points et 20 points-12 rebonds, Dwyane Wade allait en revanche connaître une soirée bien plus difficile avec seulement 12 points à 5 sur 15 aux tirs. Il en aurait fallu plus de la part de l'arrière floridien, les 20 pertes de balles commises côté Heat et le 21 sur 23 signé sur la ligne des lancers par les hommes de Mike D'Antoni plaidant en effet également en faveur des visiteurs. "Plus gros est le match, meilleurs ils sont. Ce sont de vrais grands joueurs et New York va pouvoir en profiter." pouvait bien se réjouir l'entraîneur new yorkais. Les Français de la nuit Soirée somme toute difficile pour la nombreuse délégation tricolore en action ce dimanche. Ronny Turiaf n'y a d'ailleurs pas échappé puisque si les Knicks ont été à la fête avec cette victoire ramenée de Miami, le Martiniquais a, lui, été remisé sur le banc, devant finalement se contenter de 12 minutes de jeu pour 1 contre et 1 rebond. Egalement victorieux avec ses Spurs, Tony Parker a néanmoins été encore moins bien loti, la faute à un choc avec Mike Conley et une blessure au mollet l'obligeant à quitter le terrain dès le deuxième quart. Auparavant, TP n'avait guère brillé avec 2 points à 1 sur 3, 2 rebonds et 2 passes en 14 minutes et sans lui, San Antonio a renversé Memphis pour l'emporter 95-88. Succès aussi au rendez-vous pour Rodrigue Beaubois à Toronto, mais l'ancien Choletais tarde décidément à retrouver sa verve offensive. Pourtant présent dans le cinq de départ, le meneur des Mavs n'a d'ailleurs joué que 15 minutes face aux Raptors, signant 5 points à 2 sur 6 aux tirs et 1 passe. Sorti du banc et profitant à plein de l'absence de Brendon Haywood, Ian Mahinmi a finalement joué un rôle plus important dans le succès décroché 96-114 par Dallas. En 23 minutes, l'ancien Palois a en effet rendu 13 points à 4 sur 7 aux tirs et 3 rebonds, dominant ainsi son ancien coéquipier Alexis Ajinça, limité à 5 points à 2 sur 4, 4 rebonds et 2 passes en 12 minutes. Dernier vainqueur dominical, Mickael Pietrus a lui été réduit à la portion congrue, affichant un maigre rebond en 12 minutes alors que les Suns venaient à bout des Pacers 110-108. Guère de performance, non plus, chez les battus de la nuit. Boris Diaw a bien compilé 11 points à 5 sur 11 aux tirs, 9 rebonds et 3 passes en 29 minutes, mais il en aurait fallu bien plus pour permettre aux Bobcats de l'emporter à Orlando, le Magic l'emportant 100-86 au terme d'un match maîtrisé de bout en bout. Largués dès le deuxième quart, les Blazers se sont, eux, inclinés 83-90 face aux Hawks et Nicolas Batum n'a pas fait mieux que 9 points à 4 sur 9 aux tirs et 2 rebonds en 36 minutes. Les chiffres de la nuit 21. Les Spurs ne lèvent pas le pied. En dépit de la sortie prématurée de Tony Parker, les leaders de la ligue ont en effet tenu leur rang en venant à bout des Grizzlies 95-88, décrochant ainsi une 21e victoire consécutive à domicile, record de la franchise égalé. Menés de quatre longueurs à l'entame du quatrième acte, les Texans ont renversé leurs visiteurs dans la dernière ligne droite, Manu Ginobili faisant notamment la différence en inscrivant 18 de ses 35 points - son meilleur total de la saison - sur la période. 6. ça rigole dans le Texas. Dans le sillage des Spurs, les Mavs tiennent en effet la cadence comme en atteste leur série gagnante de six victoires de rang. Ce dimanche, les Raptors ont tenu jusqu'à la pause avant de lâcher prise, Dallas l'emportant finalement 114-96 avec notamment 31 points-13 rebonds de Dirk Nowitzki et 64 points venus du banc. 37-23. Pour son 46e double-double consécutif, Kevin Love n'a pas fait semblant. Parfois poussif lors de ses dernières sorties, l'intérieur des Wolves a en effet compilé 37 points et 23 rebonds, signant notamment un très réussi 18 sur 23 sur la ligne des lancers. Ajoutez-y un contre puis une interception du rookie Wes Johnson dans les ultimes secondes et les Wolves ont renoué avec la victoire en disposant des Warriors 126-123 après avoir compté jusqu'à 14 points de débours.