Les Kiwis gâchent la fête

  • A
  • A
Les Kiwis gâchent la fête
Partagez sur :

Après Groupe Edmond de Rothschild, Luna Rossa et Artemis Racing, la quatrième étape des Extreme Sailing Series 2011 à Boston est tombée dans l'escarcelle d'un nouveau vainqueur, les Néo-Zélandais d'Emirates Team New Zealand, qui, lundi, ont soufflé la première place lors de l'ultime régate aux Suédois d'Artemis Racing. Une cruelle désillusion pour le skipper américain d'Artemis, Terry Hutchinson, qui voulait tant la victoire le jour de l'Independence Day.

Après Groupe Edmond de Rothschild, Luna Rossa et Artemis Racing, la quatrième étape des Extreme Sailing Series 2011 à Boston est tombée dans l'escarcelle d'un nouveau vainqueur, les Néo-Zélandais d'Emirates Team New Zealand, qui, lundi, ont soufflé la première place lors de l'ultime régate aux Suédois d'Artemis Racing. Une cruelle désillusion pour le skipper américain d'Artemis, Terry Hutchinson, qui voulait tant la victoire le jour de l'Independence Day. Terry Hutchinson peut faire grise mine... Leader de l'étape américaine des Extreme Sailing Series depuis le début de la compétition, jeudi dernier, le skipper américain d'Artemis Racing s'est fait souffler la première place lors de l'ultime journée lundi, qui plus est le jour où les Etats-Unis célèbrent leur indépendance. La faute aux Néo-Zélandais de Dean Barker qui, lors de la dernière régate comptant double, ont pris la deuxième place, soit deux places de mieux qu'Artemis, quatrième, suffisant pour s'imposer de quatre petits points pour la première fois de la saison. "Comme je l'ai dit hier (dimanche), il y a une seule manche qu'il est interdit de perdre, la dernière, se désolait après-coup Terry Hutchinson. Nous étions très bien placés à la première marque, mais le vent a pris de la gauche et quatre bateaux sont passés devant. Je suis déçu, mais je tiens à féliciter Emirates Team New Zealand, ils ont fait un super boulot et n'ont rien lâché. Je suis désolé pour les nombreux fans qui nous ont soutenus pendant ces cinq jours de compétition, ils auraient mérité cette victoire, surtout en ce jour d'Independence Day." The Wave, Muscat, troisième, Oman huitième Bien évidemment, dans le camp des vainqueurs, l'ambiance était toute autre, Dean Barker appréciant la ténacité de ses troupes: "Les conditions de navigation ont été très difficiles ici. Déjà à Istanbul, la finale avait été très serrée et c'est agréable cette fois d'en sortir victorieux." C'est l'un des deux équipages battant pavillon d'Oman, The Wave, Muscat, qui complète le podium, une bonne performance pour son skipper Leigh McMillan, qui effectuait ses débuts à Boston, remplaçant de l'Australien Torvar Mirsky, parti exercer ses talents de régatier sur le Venezia Challenge en vue de la 34e Coupe de l'America. "J'ai du mal à y croire, je sautais partout et hurlais comme un gosse quand nous avons coupé la ligne d'arrivée. C'est génial pour l'équipe, une sacré récompense", commentait l'intéressé qui devance au final Luna Rossa et Groupe Edmond de Rothschild. A bord de ce dernier, c'était plutôt la soupe à la grimace, d'autant que le seul équipage français de ces Extreme Sailing Series perd du même coup sa première place au général. "J'ai eu des passages à vide cette semaine et sur les Extreme Sailing Series, le niveau est tel que je ne peux pas me le permettre, analysait, lucide, le skipper Pierre Pennec. Je me suis peut-être mis un peu trop de pression en arrivant ici et il va falloir que je trouve le bon dosage entre la pression saine du compétiteur et celle qui déstabilise. A bord, nous ne parvenions pas à trouver les solutions pour retrouver notre niveau mais hier soir (dimanche) lors de notre débriefing, nous avons eu une discussion calme mais très franche et cela m'a beaucoup aidé pour cette dernière journée. J'aime cette franchise car elle nous fait progresser. Mes équipiers sont très forts, ils savent tout faire, et pour le reste ça se passe dans la tête. Il faut que j'arrive à me libérer sur l'eau comme cela a été le cas sur les dernières manches aujourd'hui." Preuve que ce Championnat n'a jamais aussi été serré, les Kiwis sont les quatrièmes vainqueurs différents sur les quatre épreuves courues jusqu'ici, après Groupe Edmond de Rothschild (Muscat), Luna Rossa (Qingdao) et Artemis Racing (Istanbul), ils profitent en outre de cette victoire pour s'emparer des commandes au classement général avec deux points d'avance sur Artemis, trois sur Groupe Edmond de Rothschild et cinq sur Luna Rossa. Le tout à même pas la moitié de la saison, c'est dire si rien n'est joué d'ici la fin du Championnat prévue en décembre à Singapour. Et Oman, l'équipage que nous avons suivi tout au long de ce week-end américain ? Il sort une performance conforme à ses précédentes, à savoir une huitième place qui le situe à la croisée du haut du tableau et du peloton de queue, assez loin derrière lui. Sidney Gavignet n'a cessé de le répéter: l'équipage a encore une marge de progression importante, rendez-vous est pris pour le prochain rendez-vous début août à Cowes, «Mecque» de la voile anglaise.