Les joueurs tunisiens ont la parole

  • A
  • A
Les joueurs tunisiens ont la parole
@ Montage Maxppp
Partagez sur :

INFO E1 - Europe 1 est allé à la rencontre des internationaux tunisiens jouant en France.

L'image était forte. Au lendemain de la fuite du président tunisien Zine el-Abidine Ben Ali, son compatriote Issam Jemaa, brassard noir sur son maillot sang et or, s'était jeté dans les tribunes du Stade Bollaert pour fêter le deuxième but de son équipe. Dans ce geste spontané, il y avait non seulement le soulagement de prendre les trois points mais aussi celui de voir son pays libéré d'une dictature de 23 ans.

"Les gens vont désormais vivre mieux qu'avant, avec moins de problèmes", explique-t-il dans le reportage qu'Europe 1 consacre, dimanche soir, aux internationaux tunisiens évoluant en France. Le soulagement, c'est le sentiment qui prédomine dans les témoignages recueillis. Mais les avis se font parfois plus tranchés quand il s'agit d'évoquer la situation actuelle en Tunisie.

"Il serait mieux que le gouvernement en place cède, parce que je ne pense pas que le peuple tunisien arrêtera", souligne ainsi le joueur de Strasbourg Ali-Azouz Mathlouthi. "Ils veulent nous tromper mais on n'est pas aussi bête et on voit très bien que le gouvernement en place sera toujours commandé indirectement par Ben Ali." Heureux pour leurs compatriotes, sceptiques sur la situation politique actuelle, certains joueurs se font aussi critiques envers le gouvernement français.

"Les déclarations d'Alliot-Marie m'ont fait rire", explique Ben Khalfallah :

Tous espèrent désormais fêter la Tunisie nouvelle, avec, pourquoi pas, un maillot des Aigles de Carthage sur le dos. "J''espère que je ferai partie de la prochaine sélection et que je vais jouer", explique ainsi Hamdi Kasraoui, le gardien de Lens. "J'attends le prochain hymne national pour pleurer." Pleurer, comme l'ont fait ses compatriotes handballeurs avant le match contre la France, le soir du 14 janvier.

Retrouvez l’intégralité du reportage dimanche soir, vers 21h30, à la mi-temps de Nice-Lyon, dernier seizième de finale de la Coupe de France.