Les Jets sont lancés

  • A
  • A
Les Jets sont lancés
Partagez sur :

Chaque mardi, retrouvez les faits marquants qui ont rythmé le week-end en NFL. Avec, lors de cette 11e journée de saison régulière, le succès à l'arraché des New York Jets face aux Houston Texans (30-27) et la défaite des Indianapolis Colts contre les New England Patriots (28-31) à cause d'une interception subie par Peyton Manning.

Chaque mardi, retrouvez les faits marquants qui ont rythmé le week-end en NFL. Avec, lors de cette 11e journée de saison régulière, le succès à l'arraché des New York Jets face aux Houston Texans (30-27) et la défaite des Indianapolis Colts contre les New England Patriots (28-31) à cause d'une interception subie par Peyton Manning. LE TOP : New York Jets Les Jets ont remporté un succès d'importance dimanche, lors de la 11e journée de la saison régulière de NFL, face aux Houston Texans (30-27). New York a longtemps mené au score avant de se retrouver dos au mur et de finalement renverser la vapeur dans la dernière minute grâce à un touchdown de Santonio Holmes à dix secondes du terme... Ce succès permet tout de même aux hommes de Rex Ryan, portés par Mark Sanchez (22/38, 315 yards, 3 TD, 1 int), de conserver le meilleur bilan de la Ligue (8-2), au même titre que les Falcons vainqueurs des Rams (34-17) et que les Patriots tombeurs des Colts (31-28). Il confirme aussi que les Jets, auteurs d'un gros recrutement à l'intersaison, seront de très sérieux candidats au Super Bowl XLV. LE FLOP : Indianapolis Colts Le choc du week-end entre les Patriots et les Colts a tourné à l'avantage de New England (31-28). Une victoire que les Pats doivent en grande partie à Tom Brady, auteur d'un match très propre (19/25, 186 yards, 2TD). Mais ils peuvent aussi remercier Peyton Manning d'avoir eu la tremblote en fin de match en subissant sa troisième interception de la rencontre (38/52, 396 yards, 4 TD, 3 int) alors qu'il restait 31 secondes à jouer. "Nous étions en surrégime lors des sept dernières minutes. Nous avons failli mettre trois touchdowns mais dans ces cas-là, on joue contre le temps", explique le quarterback d'Indy. Avec six victoires contre quatre défaites, les Colts restent malgré tout en tête de la division AFC South, mais la menace des Jacksonville Jaguars, tombeurs des Cleveland Browns (24-20) est bien réelle. LE JOUEUR : Aaron Rodgers (Green Bay Packers) Ironie de l'histoire, Brett Favre a sans doute atteint l'âge de la retraite contre Green Bay, l'équipe dont il a fait la légende. Le quarterback quadragénaire, désormais aux Vikings, n'a pas inscrit le moindre touchdown lors de la défaite de Minnesota (3-31), la septième en dix matches, celle qui condamne sans doute les Vikes dans la course aux playoffs. Il a aussi vu qu'Aaron Rodgers, privilégié par les Packers au moment de pousser Brett Favre à quitter la franchise en 2007, était son digne successeur. Avec quatre passes de touchdown (22/31, 301 yards), et aucune interception, le métronome des Verts a été l'homme de la rencontre avec son receveur Greg Jennings (152 yards, 3 TD). "Nous serons durs à battre si nous jouons comme ça", assure-t-il. Les Vikes, qui ont remercié leur coach Brad Childress, n'ont plus rien à espérer de cette saison. Celle de trop pour Brett Favre. LA STAT : 97 (New York Giants) Comme le nombre de matches de suite qu'Eli Manning a disputés en saison régulière. Il s'agit de la troisième plus longue série derrière celles de Brett Favre et de son frère, Peyton Manning. Malheureusement pour lui, cette 97e rencontre d'affilée n'a pas été de tout repos. D'une, le quarterback des New York Giants n'a pas pu empêcher la défaite des siens face aux Philadelphia Eagles (17-27). De deux, il a vécu une soirée compliquée à son poste (20/33, 147 yards, 2 TD, 3 int), avec trois interceptions subies et un fumble grossier. En se jetant par terre pour éviter un éventuel plaquage destructeur, suite à une course sur une quatrième tentative, le stratège new-yorkais a laissé échapper le cuir, qui a été récupéré par ses adversaires. Une maladresse de plus dans une partie à oublier. LA PHRASE : "Le vestiaire était plus bruyant que le stade entier", Donte Whitner (Buffalo Bills) Dix-sept points, c'est le retard qu'avaient les Bills à la mi-temps de leur match contre les Bengals. Un field goal d'Aaron Pettrey après que les arbitres ont accordé un temps mort à Cincinnati à une seconde de la pause a mis hors d'eux les joueurs et le staff de Buffalo. "A la mi-temps, le vestiaire était plus bruyant que tout le stade pendant le match", raconte le safety Donte Whitner. Cela n'a pas empêché les Bills de renverser la vapeur après le repos, pour finalement l'emporter largement (49-31) et signer leur deuxième victoire de rang. Mieux, les partenaires de Ryan Fitzpatrick (21/34, 316 yards, 4 TD, 2 int) ont réussi là leur plus beau comeback depuis leur succès face aux Indianapolis Colts (37-35), le 21 septembre 1997, lors duquel ils avaient accusé vingt-six points de débours.