Les héros sont de retour

  • A
  • A
Les héros sont de retour
Partagez sur :

Un peu plus d'un mois après son titre mondial décroché en Suède, l'équipe de France affronte la Serbie, jeudi, à Liévin, pour un premier match amical. Pour les joueurs comme pour le sélectionneur, Claude Onesta, c'est une belle occasion de se retrouver ensemble, et de régénérer les organismes. C'est également l'opportunité de partager ces moments avec le public français.

Un peu plus d'un mois après son titre mondial décroché en Suède, l'équipe de France affronte la Serbie, jeudi, à Liévin, pour un premier match amical. Pour les joueurs comme pour le sélectionneur, Claude Onesta, c'est une belle occasion de se retrouver ensemble, et de régénérer les organismes. C'est également l'opportunité de partager ces moments avec le public français. "On partage avec la famille". Quelques semaines après le titre de champion du monde décroché en Suède, l'équipe de France affronte la Serbie, jeudi à Liévin, en match amical. L'occasion pour les Bleus et Claude Onesta de communier avec le public, qui aura vécu les exploits tricolores à distance. "On se rapproche de ceux qui pour la plupart était nos adorateurs quand on était personne, confie le sélectionneur. Ils ont vécu cette embellie avec nous et ils sont fiers. Aujourd'hui, le handballeur se promène dans la rue la tête haute". Un voyage en province, qui permet donc aux Bleus de fêter leur titre avec les fans. "On est une vitrine, et même si c'est parfois difficile à supporter, le fait de partager ça avec autant de gens, et avec autant de passion, ça donne de la valeur à ce que l'on fait", abonde le Toulousain. Didier Dinart confirme. "Rencontrer notre public, dans ce genre d'ambiance, faire des matches de gala, c'est bien", lance le défenseur de Ciudad Real, pas plus stressé que cela d'affronter la Serbie, dixième du Mondial. "Ce sont des matches à excuses. Si tu perds tu peux dire que c'est un match de gala", sourit le Guadeloupéen. Onesta: "Ils vont passer la semaine dans les bulles, dans la piscine" Car placer une semaine internationale, comme ça, alors que la saison de clubs bat son plein, est toujours délicat à gérer. Alors que la prochaine échéance pour les Bleus se trouve être l'Euro 2012, en janvier prochain, autant baser ce genre de rendez-vous sur le plaisir de se retrouver. "On est heureux de retrouver le groupe, retrouver les potes, se raconter un peu nos histoires, rigoler ensemble. Ça fait du bien", rigole Nikola Karabatic. "Il y a cette passion de se retrouver, de recréer du lien", explique de son côté Claude Onesta, qui ne vise pas la victoire en priorité: "Bien sûr que je veux gagner, mais ma préoccupation c'est que les joueurs soient bien". Le patron va donc "partager le temps de jeu" durant la rencontre. Pour le reste, le bien-être de ses joueurs reste sa priorité. "Ils vont passer la semaine dans les bulles, dans la piscine. Ils vont moins s'entraîner et mieux récupérer que s'ils étaient en club. Avec en plus les potes et le plaisir. On fait en sorte que le joueur parte mieux que lorsqu'il est arrivé", indique un sélectionneur serein, et plus que jamais sûr de sa méthode. Car cette semaine de stage ne servira pas qu'aux clubs, qui récupéreront leurs joueurs en pleine forme: "Le but c'est que ce bien-être soit générateur d'énergie pour aller gagner les compétitions le moment venu".