Les Hawks, c'est carré !

  • A
  • A
Les Hawks, c'est carré !
Partagez sur :

Le dernier carré de la Conférence Est est désormais connu. Après Boston, Miami et Chicago, c'est en effet au tour d'Atlanta d'avoir décroché son billet pour les demi-finales de Conférence. Vainqueurs sur le fil 84-81 du match 6 de leur série face au Magic, les Hawks sont en effet venus à bout des Floridiens 4-2 au premier tour et retrouveront les Bulls. L'avantage du terrain et Dwight Howard n'auront pas suffi à Orlando...

Le dernier carré de la Conférence Est est désormais connu. Après Boston, Miami et Chicago, c'est en effet au tour d'Atlanta d'avoir décroché son billet pour les demi-finales de Conférence. Vainqueurs sur le fil 84-81 du match 6 de leur série face au Magic, les Hawks sont en effet venus à bout des Floridiens 4-2 au premier tour et retrouveront les Bulls. L'avantage du terrain et Dwight Howard n'auront pas suffi à Orlando... Meilleure équipe de la Ligue à trois points en saison régulière, le Magic aura finalement péri à longue-distance. Car malgré un sursaut de Hedo Turkoglu, c'est en effet à trois points que la différence s'est finalement faite lors de ce match 6. Non que les Hawks aient particulièrement brillé dans l'exercice. Mais si Atlanta s'est contenté d'un honnête 8 sur 22 à longue distance, c'est bien à coup de tirs primés que Marvin Williams puis Jamal Crawford (pourtant auteur d'un modeste 3 sur 10) ont refait la différence à l'entame de la dernière ligne droite. Et la réussite, ou non, à trois points aura été d'autant plus décisive qu'Orlando a pu croire pouvoir arracher la prolongation dans les ultimes secondes. Las, deux derniers échecs de JJ Redick, sur un tir ouvert grâce à un écran d'école de Dwight Howard, et Jason Richardson, sur un ave maria lancé au buzzer, sonnaient le glas des espoirs floridiens... Pour autant, la domination des Hawks a été telle que la qualification des hommes de Larry Drew ne saurait se résumer à une histoire de trois points. Incapable de se mettre définitivement à l'abri, l'écart plafonnant en effet à dix unités, Atlanta n'en a d'ailleurs pas moins fait la course en tête de bout en bout. «Ils nous ont mis sous pression d'entrée et ils ont su inscrire les paniers qui font mal. Dès qu'on était sur le point de repasser devant, ils inscrivaient un ou deux tirs qui nous remettaient à distance.» ne manquait pas de souligner Jason Richardson à l'issue de la rencontre, ils ont vraiment eu le contrôle du match.» Entorse au genou pour Kirk Hinrich Un contrôle également facilité par une belle domination au rebond. Ainsi, Dwight Howard a eu beau compiler 25 points et 15 rebonds, les Floridiens ont en effet souffert sous les panneaux. Tout particulièrement en attaque puisque les Hawks ont profité de leurs 14 rebonds offensifs pour inscrire 20 points grâce à des tickets de tirs de deuxième main. C'est d'ailleurs grâce à un dernier rebond offensif qu'Atlanta a finalement scellé sa qualification. Le Magic revenu à un point avec à peine plus de trente secondes à jouer, l'échec de Marvin Williams aurait alors pu coûter cher. Mais c'était sans compter sur Joe Johnson qui, non content de terminer meilleur marqueur des siens avec 23 points, parachevait sa prestation avec un 10e rebond et envoyait Jamal Crawford redonner de l'air avec deux nouveaux lancers. Dans le sillage de Joe Johnson, le sixième homme des Hawks aura d'ailleurs été encore une fois particulièrement à son avantage. Avec 19 points à 6 sur 16 et, surtout, deux tirs primés particulièrement cruciaux à l'attaque de la dernière ligne droite, l'ancien Warrior a bien joué les premiers rôles. De même qu'Al Horford, 10 points et 12 rebonds face à Howard, ou Kirk Hinrich, 12 points à 4 sur 7 avant de devoir sortir prématurément pour une blessure au genou. C'est bien la seule zone d'ombre à l'heure de se pencher sur le dossier Chicago... A l'inverse, Orlando aura sûrement bien du mal à digérer cet échec. Un an après avoir donné la leçon comme jamais à ces même Hawks, les Floridiens signant en demi-finales de Conférence un 4-0 avec près de vingt points de marge par match, le Magic en est quitte pour une élimination dès le premier tour des playoffs pour la première fois depuis 2007. Piégés d'entrée au coup d'envoi de la série, les hommes de Stan Van Gundy ne s'en seront finalement jamais relevés. Nul doute que cela participera à la décision de Dwight Howard quant à son avenir...