Les Gones sur courant alternatif

  • A
  • A
Les Gones sur courant alternatif
Partagez sur :

Lyon a manqué l'opportunité de réaliser une excellente opération, mercredi à Gerland face à Auxerre lors de la 19e journée (1-1). Une rencontre que les Gones n'ont pas su prendre par le bon bout. S'ils ont pris l'avantage sur un but contre-son-camp de Mignot, l'égalisation de Quercia les a sonnés pour le compte. Il aurait fallu davantage de constance pour l'emporter. Malgré cela, ils reviennent à un point du leader lillois.

Lyon a manqué l'opportunité de réaliser une excellente opération, mercredi à Gerland face à Auxerre lors de la 19e journée (1-1). Une rencontre que les Gones n'ont pas su prendre par le bon bout. S'ils ont pris l'avantage sur un but contre-son-camp de Mignot, l'égalisation de Quercia les a sonnés pour le compte. Il aurait fallu davantage de constance pour l'emporter. Malgré cela, ils reviennent à un point du leader lillois. Quand on revient de si loin, la simple possibilité de pointer en tête à la trêve pourrait combler plus d'une équipe. Pas Lyon. Forcément, l'appétit venant en mangeant, les Gones ne pouvaient qu'espérer poursuivre cette remontée vers les sommets. Pourtant, si le classement, 4e mais ex aequo à 31 points avec Rennes et Paris, paraît effectivement très honorable, la prestation face à Auxerre est révélatrice du niveau de jeu actuel. De fait, durant toute la première période, les spectateurs massés à Gerland n'ont guère eu l'opportunité de se réchauffer. A part des frappes de Källström (3e et 33e) ou encore un coup franc de Bastos largement au-dessus (27e), il n'y aura pas eu grand-chose à se mettre sous la dent pendant 45 minutes. Résultat, c'est à la fois une surprise et un petit coup de chance qui permet à l'OL de prendre l'avantage. Suite à un coup franc en forme de missile de Bastos, Gomis détourne, Sorin est vigilant mais dévie sur Källström qui reprend en angle fermé sur Mignot qui marque contre-son-camp (1-0, 45e+2). Un avantage pas vraiment révélateur d'une domination lyonnaise mais qui vaut très cher au classement provisoire... La joie des Lyonnais ne dure cependant que le temps de la pause. Car dès la reprise, Oliech donne en profondeur pour Quercia, hors-jeu au départ, qui s'en va tromper Lloris (1-1, 46e). Auxerre, principalement concerné par les tâches défensives jusque-là, se découvre des velléités offensives et se met clairement à dominer les débats, il faut d'ailleurs un sauvetage sur sa ligne de Källström suite à une tête de Traoré pour éviter le pire aux Gones (50e). Lyon subit et passe de nouveau tout proche de la sanction sur un contre supersonique d'Oliech qui échappe à Lovren mais bute sur Lloris (60e). Lyon pousse puis tremble Les hommes de Puel sont alors dos au mur mais vont tout de même réagir. Assez maladroitement dans un premier temps avec un coup franc de Bastos qui finit sa course en haut des tribunes (64e). Ce sera le dernier fait d'arme du Brésilien remplacé par Pied. Cela ne les empêche pas d'insister avec une tête de Makoun qui passe de peu au-dessus (68e), une belle frappe de Pied (72e) ou cette double opportunité de Lisandro d'abord sur coup franc (81e) puis en ne cadrant pas (82e). Même motif et même punition pour Pied (83e) et Källström (88e) qui ne cadrent pas non plus. Comme un symbole des manques dans le jeu des Lyonnais et de l'entêtement des Auxerrois qui ont abattu toutes leurs cartes une à une, cette ultime opportunité pour Chafni qui se présente seul face à Lloris encore une fois impeccable (90e) avant que Traoré ne cadre pas cette dernière frappe. C'en est fini, l'OL pourra nourrir quelques regrets, notamment pour ne pas avoir su évoluer sur le même tempo durant 90 minutes. Malgré ce match nul, les Gones profitent des faux-pas de Paris et des Rennes pour les rejoindre à une petit longueur du leader lillois. C'est toujours ça de pris...