Les Ferrari sont bien là

  • A
  • A
Les Ferrari sont bien là
Partagez sur :

Les Ferrari ont confirmé leur rapprochement par rapport aux Red Bull, avec le meilleur temps pour Fernando Alonso en libres 1 (1'31"894) du Grand Prix d'Allemagne, vendredi. Si Mark Webber a remporté la deuxième séance avec un temps à peine meilleur (1'31"711), l'Espagnol a encore répondu présent en accrochant la deuxième place à 0"168. Felipe Massa a fini 4e, le matin comme l'après-midi (+0"464 et +0"643).

Les Ferrari ont confirmé leur rapprochement par rapport aux Red Bull, avec le meilleur temps pour Fernando Alonso en libres 1 (1'31"894) du Grand Prix d'Allemagne, vendredi. Si Mark Webber a remporté la deuxième séance avec un temps à peine meilleur (1'31"711), l'Espagnol a encore répondu présent en accrochant la deuxième place à 0"168. Felipe Massa a fini 4e, le matin comme l'après-midi (+0"464 et +0"643). La victoire de Fernando Alonso à Silverstone laissait espérer aux supporters de Ferrari un resserrement de la hiérarchie. Même s'il ne s'agit que des essais libres, les temps de la Scuderia en ouverture du week-end au Nürburgring ont dû conforter les tifosi dans leur espoir retrouvé. Dès la première séance matinale, les monoplaces italiennes ont répondu présent, avec le meilleur temps pour Fernando Alonso. Dès que celui-ci a chaussé les pneus tendres, le temps de référence de Sebastian Vettel (1'32"534) - d'entrée avec les tendres, lui - a été soufflé par l'Espagnol à une demi-heure de la fin de la séance, en 1'31"894. Si Mark Webber a répondu, et montré que Red Bull restait toujours Red Bull en réussissant le meilleur temps des libres 2, Alonso est encore resté accroché l'après-midi en prenant le 2e temps à moins de deux dixièmes de l'Australien. Dans une configuration où les équipes avaient peut-être un peu plus besoin de travailler que d'habitude, puisque le dernier Grand Prix au Nürburgring remonte à deux ans (en vertu de l'alternance avec Hockenheim pour accueillir le Grand Prix d'Allemagne) et que les températures y sont assez fraîches, Ferrari a donc tiré son épingle du jeu. S'il en fallait encore une preuve, les temps de Felipe Massa sont aussi là pour confirmer le regain de forme de la Scuderia. "Schumi" salue la foule A chaque fois 4e, avec 0"464 puis 0"643 de retard sur Webber, le Brésilien pourrait bien se placer comme le challenger le plus sérieux d'un trio Vettel-Webber-Alonso, si la tendance se confirme. Car les McLaren ne sont pas au mieux de leur forme, à l'image d'un Jenson Button qui n'a tourné que 17 tours sur la deuxième séance. Lewis Hamilton s'est accroché, mais a terminé à chaque fois à plus d'une seconde du meilleur temps, en 5e puis en 7e position. Quant aux Mercedes, elles ont terminé devant les McLaren en libres 2 et peuvent croire en un statut de troisième force ce week-end. Surtout que Michael Schumacher est serein, heureux de ce retour sur ses terres, lui qui a salué la foule d'un signe de la main en libres 1, au moment de sortir du... bac à sable, pour regagner la piste après une sortie de route. Avec des relais visiblement un peu plus longs que le matin, les équipes ont logiquement cherché à se mettre en configuration pour la course, qui débutera dans deux jours à la même heure. Sauf que de la pluie est attendue ce week-end, et peut-être même dès les qualifications... Il fallait faire vite et bien pour l'ensemble du paddock, à l'image du stand Red Bull qui a demandé à Vettel, en fin de libres 2, d'accélérer un peu dans le deuxième secteur pour grappiller quelques dixièmes. En vain, mais ça ne devrait pas être très handicapant en vue de samedi, tant les monoplaces autrichiennes et les Ferrari semblent à peu près assurées d'occuper les quatre premières places sur la grille. Pour dimanche, c'est peut-être une autre affaire.