Les "Extraterrestres invincibles"

  • A
  • A
Les "Extraterrestres invincibles"
@ L'Equipe/Sud-Ouest/Le Parisien
Partagez sur :

HAND - La presse rivalise de superlatifs pour qualifier les champions du monde français.

Les "Experts" du superlatif.Vainqueurs dimanche de leur quatrième compétition internationale d'affilée, les joueurs de l'équipe de France obligent les journalistes à faire preuve d'imagination pour définir leurs exploits. Après avoir titré sur les Insatiables, via son Mag, L'Equipe est à court d'adjectifs humains et barre sa une du titre "Les extraterrrestres". Les Dernières Nouvelles d'Alsace font aussi dans la science-fiction avec "La France dans la quatrième dimension".

D'autres reprennent le terme les "Invincibles", tandis que La Dépêche du midi souligne que les Bleus sont "les plus forts du monde", tout comme Le Parisien, pour lequel Karabatic and co sont "plus forts que tout". La plupart des quotidiens reprennent néanmoins le surnom initié à l'époque des Jeux olympiques, "les Experts", avec quelques jeux de mots savoureux. Mention spéciale au Télégramme et à Nord-Eclair qui ont eu la même idée avec ce titre évocateur : "La série continue pour les Experts".

Karabatic, l'Expert en chef. Avec dix buts dimanche en finale, le plus souvent à des moments-clés, Nikola Kabaratic a survolé la finale des Mondiaux. "Le boss, c'est Karabatic", résume L'Equipe, qui s’attarde sur le match dans le match entre le demi-centre des Bleus et la star danoise Mikkel Hansen, qui, comme lui, a inscrit dix buts. "Passeur, buteur, lutteur, Karabatic n'a même pas semblé fléchir alors qu'Hansen accusait le coup en fin de rencontre." Le Montpelliérain a appris avant la rencontre qu'il avait été élu meilleur joueur du tournoi. "Du coup, j'avais encore plus de pression car il fallait justifier la récompense", précise-t-il dans Le Parisien, avant de conclure : "Claude (Onesta) nous avait dit qu'il fallait être tous bons individuellement pour apporter au collectif. C'est si beau de gagner ensemble..."

Ces Bleus-là, ils sont terribles. L'actualité a été cruelle avec les joueurs de l'équipe de France de foot. Au moment où les joueurs de Claude Onesta étaient en passe de décrocher une quatrième étoile, la ministre des Sports Chantal Jouanno faisait remonter à la surface le souvenir du couac de la Coupe du monde en jugeant Evra et Ribéry indésirables chez les Bleus. Du coup, le refrain d'une équipe de hand accessible et qui gagne et d’une équipe de foot inaccessible et qui perd a été repris sur tous les tons, notamment dans les commentaires des suiveurs. "Que les footballeurs prennent exemple sur les handballeurs !", souligne ainsi un jeune supporter, Arthur, dans les colonnes du Parisien. Alou Diarra, le capitaine des Bleus du foot, en est conscient : "c'est une génération extraordinaire et un exemple pour tous les sports co, et particulièrement pour l'équipe de France de football."

La reconnaissance internationale. Célébrés dans la presse de l'Hexagone, les Bleus récoltent également les lauriers de la presse du monde entier, et notamment des deux grands pays de hand. L'Espagne, dont la sélection est la seule à avoir tenu les Bleus en échec, lors du tour préliminaire, salue ainsi la performance des Bleus. "La France enrichit sa légende", titre ainsi Marca. "La sélection française de handball a confirmé qu'elle était bien la meilleure de tous les temps en battant dimanche le Danemark en finale". Pour AS, la France "n'a pas de rival". Outre-Rhin, Der Spiegel, qui ouvre sa section sports sur le succès des Bleus, titre "Experts en succès". "Le Mondial en Suède a été une démonstration de la supériorité française." Tout simplement.