Les enjeux de la 9e journée

  • A
  • A
Les enjeux de la 9e journée
Partagez sur :

Vainqueur de Montpellier le week-end dernier (3-0), le PSG a pris les rênes de la Ligue 1. Mais les Parisiens devront s'employer lors de cette 9e journée s'ils veulent conserver leur fauteuil de leader car ils reçoivent ce dimanche ni plus ni moins que leur dauphin, l'OL, qui compte le même nombre de points. Autre match au sommet ce dimanche, Lille, 6e, accueille Rennes, 5e.

Vainqueur de Montpellier le week-end dernier (3-0), le PSG a pris les rênes de la Ligue 1. Mais les Parisiens devront s'employer lors de cette 9e journée s'ils veulent conserver leur fauteuil de leader car ils reçoivent ce dimanche ni plus ni moins que leur dauphin, l'OL, qui compte le même nombre de points. Autre match au sommet ce dimanche, Lille, 6e, accueille Rennes, 5e. L'AFFICHE: PSG-Lyon Difficile de ne pas faire de ce PSG-Lyon, prévu dimanche soir, l'affiche de cette neuvième journée de Ligue 1. Car, outre le pedigree des deux clubs, les deux équipes occupent toutes deux la tête du classement avec le même nombre de points et la même différence de buts. Vainqueur du Dinamo Zagreb mardi en Ligue des champions (2-0), l'OL aborde ce déplacement périlleux au Parc des Princes en confiance, même si Rémi Garde doit encore se passer des services de joueurs aussi importants que Cris, Gourcuff et Lisandro, qui ont à peine repris l'entraînement, alors que Grenier, touché à la cuisse gauche mardi, est forfait. Mais avec un Gomis en pleine confiance et une défense construite autour de Lovren et Koné qui a donné des gages de sérénité, les Gones peuvent sortir de ce duel au sommet et s'installer en tête du classement. Dominé sur la pelouse de l'Athletic Bilbao jeudi en ligue Europa (0-2), le PSG a de son côté mis fin à une série de dix matches sans la moindre défaite. Antoine Kombouaré a toutefois pris soin de faire tourner son effectif en ne convoquant pas Gameiro et Ménez et en débutant la rencontre avec Matuidi sur le banc. Le club de la capitale avait semble-t-il déjà l'esprit tourné vers le choc de ce dimanche qui promet des étincelles. LES ENJEUX: Réduire l'écart Si le choc entre le PSG et l'OL pourrait permettre aux Parisiens ou aux Lyonnais de s'installer seuls en tête du classement, un match nul entre les deux formations de tête pourrait aussi permettre à des équipes moins bien classées de refaire leur retard. C'est notamment le cas de Lille et Rennes, qui après avoir été tous deux tenus en échec par Lorient et Saint-Etienne le week-end dernier (1-1), s'affrontent ce dimanche au Stadium. Cinquièmes avec deux points de retard sur le trio de tête (PSG, Lyon, Toulouse), les Bretons reviendraient, en cas d'exploit dans le Nord, tout près de la première place. Sixième à deux points de son prochain adversaire, le champion de France en titre se doit de ne pas laisser encore échapper des points. Dans la deuxième partie de classement, l'OM, classé treizième et une nouvelle fois décevant la semaine dernière à Valenciennes (1-1), compte sur ses deux chocs en tête du classement pour réduire un peu l'écart qui le sépare des premières places. Mais il faudra pour cela que le club phocéen, large vainqueur du Borussia Dortmund mercredi (3-0), signe un troisième succès consécutif à domicile face à Brest, relégable. LA STAT: 19 Comme le nombre de buts encaissés par le FC Sochaux depuis le début de la saison, dont dix lors de ses deux derniers matches perdus 2-6 face à Rennes et 1-4 à Auxerre. Si les Lionceaux brillent plus souvent pour leurs qualités offensives que pour leur solidité défensive, cette avalanche de buts inquiète forcément Mécha Bazdarevic qui a sûrement dû travailler sur la question durant toute la semaine et attend forcément une réaction de ses joueurs ce week-end. Mais les Sochaliens auront encore bien du mal à préserver leur but inviolé ce samedi car ils reçoivent le troisième, Toulouse, au Stade Bonal. LA PHRASE: "Si nous, on n'y croit pas, qui le fera pour nous ?" (Jonathan Brison, Le Républicain Lorrain) Auteur d'un début de saison calamiteux avec huit matches sans la moindre victoire (4 nuls, 4 défaites), Nancy occupe logiquement la dernière place du classement. Si la situation n'est pas encore désespérée pour les Lorrains, qui ne comptent que deux longueurs de retard sur les 16e et 17e places occupées par Valenciennes et Nice, le milieu de terrain Jonathan Brison a tenu à tirer la sonnette d'alarme dans les colonnes du Républicain Lorrain. Forcément inquiet, ce dernier veut toutefois rester positif et incite ses coéquipiers à avoir une réaction d'orgueil: "On n'est pas un cador du championnat. Alors oui, c'est toujours délicat d'être dernier du championnat mais il faut y croire. Si nous, on n'y croit pas, qui le fera pour nous ?" La victoire est donc impérative pour l'ASNL samedi à Marcel-Picot face au promu Evian-Thonon-Gaillard.