Les enjeux de la 8e journée

  • A
  • A
Les enjeux de la 8e journée
Partagez sur :

Les clubs de Ligue 1 s'apprêtent à disputer samedi et dimanche leur troisième match de championnat en une semaine. Si Montpellier a retrouvé son fauteuil de leader mercredi en s'imposant à Ajaccio, les Héraultais auront fort à faire samedi avec la réception du PSG. En embuscade, Lyon et Rennes reçoivent Bordeaux et Saint-Etienne, alors que l'OM veut poursuivre sa remontée sur la pelouse de Valenciennes.

Les clubs de Ligue 1 s'apprêtent à disputer samedi et dimanche leur troisième match de championnat en une semaine. Si Montpellier a retrouvé son fauteuil de leader mercredi en s'imposant à Ajaccio, les Héraultais auront fort à faire samedi avec la réception du PSG. En embuscade, Lyon et Rennes reçoivent Bordeaux et Saint-Etienne, alors que l'OM veut poursuivre sa remontée sur la pelouse de Valenciennes. L'AFFICHE: Montpellier-PSG Après un début de saison tonitruant, Montpellier poursuit sur sa lancée. Accroché à Brest samedi dernier (2-2), les hommes de René Girard avaient laissé l'Olympique Lyonnais reprendre provisoirement la tête du championnat. Mais les Héraultais se sont de nouveau installés tout en haut du classement mercredi en s'imposant sur la pelouse d'Ajaccio, alors que dans le même temps, l'OL s'inclinait sur la pelouse de Caen. Leader avec deux points d'avance sur un quatuor composé de Rennes, Toulouse, Lyon et le PSG, le club de La Paillade a bon espoir de rester sur son piédestal, mais il faudra pour cela venir à bout à domicile du PSG, invaincu depuis six matches et vainqueur de Nice mercredi au Parc (2-1). Si les Parisiens ont dû s'employer pour venir à bout des Aiglons, ils n'ont plus perdu depuis la première journée et restent sur une bonne dynamique. A eux de prouver qu'ils ont les épaules pour endosser le rôle de favori que les dépenses de leurs dirigeants sur le marché des transferts ont fait peser sur leurs épaules. LES ENJEUX: Confirmer Outre l'enjeu concernant la première place avec cinq équipes en deux points en tête de la Ligue 1, cette 8e journée sera l'occasion pour certains de confirmer leurs bons résultats de la semaine. Auteur de sa première victoire de la saison face au promu Evian-Thonon-Gaillard (2-0), mercredi au Stade Vélodrome, l'OM, passé de la dernière à la quinzième place, doit de nouveau s'imposer pour poursuivre sa remontée et réduire l'écart avec les autres écuries. Les Phocéens espèrent donc bien décrocher les trois points samedi à Valenciennes, même s'ils restent sur deux défaites consécutives en championnat (3-2) sur le terrain de VA, qui, après un joli succès le week-end dernier face à Dijon (4-0), a tenu le nul à Nancy mercredi (1-1). De son côté, Rennes, qui a fait exploser Sochaux au Stade Bonal (6-2), aimerait bien signer un deuxième consécutif qui confirmerait ses ambitions de podium. Après un nul encourageant à domicile face à Lille (1-1), Bordeaux souhaite pour sa part réussir un nouveau match plein face à une grosse écurie, Lyon en l'occurrence, qui reçoit les Gironds au Stade Gerland, après sa défaite à Caen (0-1). LA STAT: 15 Comme le nombre d'années depuis que Nancy n'avait pas pris un départ aussi chaotique en Ligue 1. C'était lors de la saison 1996-97. L'ASNL n'avait marqué que deux points après sept journées, avant de descendre à l'issue de l'exercice. Cette saison, les Lorrains ont pris quatre points en sept matches, mais restent sur trois nuls consécutifs face à Auxerre (0-0), Rennes (1-1) et Valenciennes (1-1). Jean Fernandez est impatient d'assister au réveil de ses troupes, mais leur mission s'annonce particulièrement périlleuse samedi sur le terrain de Toulouse, actuellement quatrième. LA PHRASE: "Avec Nenê, il n'y a rien" (Kévin Gameiro, PSG) La scène a marqué les esprits mercredi soir au Parc des Princes lors de PSG-Nice (2-1). Alors qu'il venait d'obtenir un penalty, Nenê a pris le ballon des mains de Kévin Gameiro pour se faire justice lui-même. Un geste que n'a pas apprécié l'ancien Lorientais, qui a toutefois pu se consoler en fin de match, lorsque le Brésilien, tireur désigné du club, lui a laissé tirer le penalty de la gagne. Un incident que l'international tricolore a tenu à dédramatiser dans les colonnes du Parisien: "Non, non il n'y a rien. Nenê a marqué, tant mieux pour nous, et sur le deuxième, il m'a donné la balle. Le plus important, c'est d'avoir marqué. En fin de match, tout le monde s'est arraché pour les coéquipiers." Même son de cloche pour Antoine Kombouaré, qui n'a rien trouvé d'anormal à cette scène: "Nenê est tireur n°1. Et puis il n'y a qu'au PSG que les mecs s'engueulent ? Ce qui est important c'est que derrière ils se font la bise et se donnent l'accolade." Reste que ce petit épisode, aussi anecdotique soit-il montre que l'entraîneur du club de la capitale devra composer avec les égos de chacun au sein d'un groupe, considérablement renforcé cet été et où les places de titulaires seront très chères.