Les enjeux de la 38e journée

  • A
  • A
Les enjeux de la 38e journée
Partagez sur :

Lille sacré, Marseille assuré de la place de dauphin, Paris et Lyon se disputeront à distance le dernier ticket pour la Ligue des champions, dimanche lors de la 38e et dernière journée de Ligue 1. Monaco, qui reçoit l'OL, est à la lutte pour le maintien avec Nancy, Caen, Brest, Auxerre, Nice et Valenciennes, les deux derniers se rencontrant dans un match capital.

Lille sacré, Marseille assuré de la place de dauphin, Paris et Lyon se disputeront à distance le dernier ticket pour la Ligue des champions, dimanche lors de la 38e et dernière journée de Ligue 1. Monaco, qui reçoit l'OL, est à la lutte pour le maintien avec Nancy, Caen, Brest, Auxerre, Nice et Valenciennes, les deux derniers se rencontrant dans un match capital. Les enjeux: Le sujet est sensible. Et il horripile Rudy Mater. La joie amenée par la certitude d'avoir réalisé un superbe coup en arrachant le match nul à Marseille (2-2), samedi lors de la 37e journée de Ligue 1, s'est vite estompée, laissant place à l'amertume, voire à la colère. Dénonçant des résultats "bizarres" en conférence de presse, le défenseur valenciennois ne peut que constater, avec un certain dépit, les dégâts: VA pensait avoir acquis son maintien au Vélodrome, mais jouera finalement sa survie face à Nice, ce dimanche lors de la dernière journée. Rattrapés par la dure réalité mathématique, les Nordistes ne comptent qu'une longueur de plus que Monaco, premier relégable, une de moins que les Aiglons, à qui un nul suffirait pour rester dans l'élite. Douzième, Auxerre, en voyage à Lorient, et Brest, (13e), qui accueille Toulouse, restent en terrain dangereux, mais devraient être victimes d'un incroyable concours de circonstance pour subir la "peine capitale". Si la 17e place de Nancy affole et attriste les supporters de Marcel-Picot, retenu pour accueillir l'Euro 2016, les Lorrains semblent de leur côté les mieux lotis, avec la réception de Lens, déjà condamné, alors que Caen, 16e, et Monaco, 18e, héritent des "gros" en recevant respectivement Marseille et Lyon. Les Phocéens, assurés du statut de dauphin, ont déjà validé leur billet pour la Ligue des Champions, mais côté rhodanien, tout reste à faire. Les hommes de Claude Puel, décrié par les supporters tout au long de la semaine de manière de plus en plus intensive, sont à la lutte avec le PSG, en déplacement à Saint-Etienne, pour grimper sur la troisième marche du podium et rallier la plus prestigieuse des compétitions européennes. Toujours en haut de tableau, Sochaux, fort d'une excellente fin de saison, tentera de bonifier son classement (et de grappiller quelques millions d'euros) à Arles-Avignon en chipant la cinquième place à Rennes, usé mentalement et amorphe physiquement, en déplacement à Lille. Auréolé du doublé championnat-Coupe de France, le Losc s'est fixé de nombreux challenges, sous l'égide de Rudi Garcia, avide de nouveaux records. Alors que les Dogues comptent 76 points, meilleure performance du club, le coach nordiste souhaite "encore améliorer ce résultat" face aux Bretons, tout en finissant "meilleure attaque" et "meilleure défense" du championnat. Moussa Sow rêve lui de décrocher le trophée de meilleur buteur de Ligue 1. Avec 22 réalisations au compteur, le Sénégalais possède une longueur d'avance sur le Lorientais Kévin Gameiro. Le maintien en poche, les espoirs d'Europe, objectif avoué de la fin de saison, envolés, c'est avec l'esprit libre que Bordeaux reçoit Montpellier, onzième, dans une rencontre dénuée d'enjeu. L'affiche: Monaco-Lyon Le coup de tête de Raphaël Varane pourrait coûter cher. Alors qu'ils s'apprêtaient à engranger trois points d'une importance capitale, les Monégasques, au bord du précipice, ont concédé le nul (1-1) à la 94e minute face à Lens, il y a 15 jours. Une déconvenue synonyme de culbute dans la zone rouge. Si la victoire arrachée à Montpellier (0-1) la semaine passée entretient l'espoir, elle permet surtout aux Asémistes, premiers relégables, d'être seuls maîtres de leur avenir: une défaite les enverrait illico en L2, une victoire les maintiendrait au plus haut niveau tandis qu'un nul suspendrait leur destin aux dénouements des autres rencontres. Le tableau est semblable côté lyonnais. Avec, toutefois, des perspectives plus réjouissantes. Les Gones, troisièmes, souhaitent valider leur billet pour la C1. Pour préserver leur réputation, renflouer leurs comptes et conserver leurs joueurs, dont l'exil pourrait être massif en cas d'échec. Avec deux points d'avance sur le Paris Saint-Germain, l'OL a de sérieux atouts en poche. Reste à bien les utiliser, pour décrocher une douzième qualification consécutive. La phrase: "Je crois à une justice divine. Si une Playstation nous coûte 199€, elle pourrait bien coûter 40 millions aux Lyonnais" Jérémie Janot, sur RMC. Saint-Étienne, écarté de la course à l'Europe, reçoit Paris, à la lutte pour la Ligue des champions avec Lyon, le rival historique des Verts. Jérémie Janot assure que son équipe jouera le jeu et ne laissera pas filer le match, comme l'ont demandé certains supporters stéphanois. "Tout le monde voudrait que Paris gagne et que Lyon ne se qualifie pas. Mais on a notre public et notre métier à respecter, a expliqué le portier de l'ASSE sur RMC. Tous les projecteurs seront braqués sur nous. La moindre défaillance voulue sera disséquée. On a plus à perdre en trichant qu'en jouant dimanche. Mais je crois à une justice divine", a-t-il ajouté, avant de tacler le président de l'OL: "Jean-Michel Aulas a beaucoup parlé le soir du derby. Si une Playstation nous coûte 199 euros, elle pourrait bien coûter 40 millions d'euros aux Lyonnais de l'autre côté du Rhône". La stat: 18 Convoqué pour la première fois en équipe de France ce jeudi par Laurent Blanc, Marvin Martin a pris une nouvelle dimension cette saison. Pièce maîtresse du jeu sochalien, également orchestré par Ryad Boudebouz, le Lionceau a distillé 17 passes décisives depuis le début de l'exercice. S'il est assuré de terminer en tête du classement des passeurs - Morgan Amalfitano, second, n'ayant "que" 12 unités à son actif - le Doubiste peut également égaler, voire dépasser, le record de France, détenu par Jérôme Rothen, auteur de 18 passes décisives avec Monaco lors de la saison 2002-2003.