Les enjeux de la 13e journée

  • A
  • A
Les enjeux de la 13e journée
Partagez sur :

Après un milieu de semaine européen mitigé pour les clubs français, place ce week-end à la 13e journée de Ligue 1, exceptionnellement programmée ce dimanche. Le choc entre Bordeaux et le Paris Saint-Germain viendra clôturer une levée assez dense, au cours de laquelle on surveillera le comportement des ambassadeurs en Ligue des champions et celui d'Eden Hazard avec Lille. Enfin, les joueurs de Lorient muscleront t-ils leur jeu contre Ajaccio, comme le leur a demandé Christian Gourcuff ?

Après un milieu de semaine européen mitigé pour les clubs français, place ce week-end à la 13e journée de Ligue 1, exceptionnellement programmée ce dimanche. Le choc entre Bordeaux et le Paris Saint-Germain viendra clôturer une levée assez dense, au cours de laquelle on surveillera le comportement des ambassadeurs en Ligue des champions et celui d'Eden Hazard avec Lille. Enfin, les joueurs de Lorient muscleront t-ils leur jeu contre Ajaccio, comme le leur a demandé Christian Gourcuff ? L'AFFICHE: Bordeaux-PSG En position de relégable avant sa victoire à Ajaccio le week-end dernier (0-2), Bordeaux s'est redonné du baume au coeur avant de défier le leader parisien, dimanche, en clôture de cette 13e journée de Ligue 1. Il fallait au moins cela à des Girondins, accusés de tous les maux depuis le début de saison. Maintenant que le club au scapulaire a retrouvé le goût de la victoire, il va devoir l'accompagner d'une réussite domestique puisqu'il n'a toujours pas remporté la moindre victoire devant son public de Chaban-Delmas en six opportunités. Et la réception du Paris Saint-Germain, qui reste sur six succès consécutifs en Ligue 1, n'est, a priori, pas la meilleure occasion de lancer une série. "Ce qui domine est quand même l'envie de le jouer et de se mesurer à une telle équipe, confie Mathieu Chalmé sur le site officiel des Girondins. En même temps, nous le redoutons un petit peu car nous savons qu'ils sont très forts. Nous n'avons pas envie d'être ridicules. Ce mélange de sentiment nous donne un rendez-vous très excitant. Mais le club de la capitale, qui n'a pris aucun point à Bordeaux, l'an passé se méfie également beaucoup des hommes de Francis Gillot. LES ENJEUX: A l'époque du grand Olympique Lyonnais, celui des sept titres de champions de France entre 2002 et 2008, on était assez impressionné par sa capacité à se remobiliser immédiatement pour l'exercice domestique après une rencontre européenne. Gagnée ou perdue, d'ailleurs. C'était l'une de ses grandes forces et ça l'est beaucoup moins cette année où l'OL a, par exemple, accusé le coup de la déconvenue madrilène à Lille, trois jours après (3-1). Quelle sera alors sa réaction à Sochaux, dimanche, après avoir compris qu'il ne "boxait" plus dans la même catégorie que les meilleurs clubs du Vieux Continent ? Mystère. Marseille, qui a obtenu un bon point sur le terrain d'Arsenal (0-0), ne se pose pas ce genre de questions. Au fond du trou il y a tout juste deux semaines, après un revers face à ces mêmes Gunners (0-1), l'équipe de Didier Deschamps retrouve progressivement des couleurs depuis que l'entraîneur a changé de système de jeu. Face à Nice, les Phocéens tenteront de décrocher une troisième victoire consécutive en championnat. Une série que jalouse Lille, battu par l'Inter Milan (1-2) au terme d'un match où ils ont confirmé leurs difficultés du moment. Les Dogues vont devoir retrouver tout leur mordant contre Ajaccio pour conclure leur course effrénée depuis le milieu du mois d'octobre. LA STAT: 81 Face à Evian-Thonon-Gaillard, Eden Hazard devrait disputer samedi son 81e match consécutif en Ligue 1. Soit la meilleure série en cours dans l'élite. Depuis le 17 octobre 2009 et une rencontre face à Rennes (0-0), l'attaquant du Losc n'a pas raté le moindre match en championnat. Pas mal pour un jeune joueur de 20 ans que Rudi Garcia et les dirigeants lillois essaient pourtant de préserver au maximum. Si cette statistique prouve que le crack belge est devenu un maillon indispensable du système lillois, on pourrait s'étonner que l'entraîneur nordiste ne le fasse pas plus souffler souvent avec, la plupart du temps, trois matches en une semaine. Cet enchaînement continu est sans doute une des explications de l'essoufflement du meilleur joueur de Ligue 1 de la saison dernière, beaucoup moins influent dans les performances de son équipe depuis plusieurs semaines. Hazard n'a d'ailleurs plus trouvé le chemin des filets depuis la 7e journée et le match nul contre Bordeaux (1-1). Le Wallon, qui s'est gentiment fait recadrer dans la semaine pour sa sortie médiatique sur ses envies d'étranger, devra donner un dernier coup de rein, samedi, avant la trêve internationale. LA PHRASE: "On est trop allés dans le confort" Christian Gourcuff (Lorient) Considéré comme un adepte du tableau noir, Christian Gourcuff a décidé de muscler ses beaux discours cette semaine. En cause, le manque criant d'engagement de ses joueurs face à Brest (1-3), samedi, lors du plus "mauvais match de la saison", dixit l'entraîneur des Merlus. "Il serait trop facile de dire que c'est mental. Cela concerne aussi le physique. Mais la détermination, ça part de la tête..." Autant dire que les visages étaient crispés tout au long de la semaine au centre d'entraînement, les coéquipiers de Bruno Ecuele Manga alignant les tours de terrain à vitesse soutenue sans broncher. "Je vais changer mon approche des matches. On est trop allés dans le confort". En haussant le ton, Gourcuff vise l'égo de certains joueurs qui n'apportent pas ce qu'ils devraient normalement amener au club, septième avant de recevoir Ajaccio ce week-end. "Quand on n'assume pas, il faut brusquer les choses. L'entraînement, c'est un conditionnement pour la compétition et le samedi, ce n'est pas confortable. Le foot, c'est aussi un combat". Lorient est bien passé en mode commando cette semaine.