Les enjeux de la 12e journée

  • A
  • A
Les enjeux de la 12e journée
Partagez sur :

Lyon-Saint-Etienne acte II, telle sera l'affiche de la 12e journée de Ligue 1, ce week-end. Trois jours après leur victoire à Geoffroy-Guichard en Coupe de la Ligue (1-2), les Lyonnais visent le doublé face à des Stéphanois qui l'an dernier étaient parvenus à s'imposer à Gerland. L'on suivra également avec intérêt les performances du leader parisien, du dauphin montpelliérain et du champion sortant lillois. L'OM devra également confirmer son léger redressement.

Lyon-Saint-Etienne acte II, telle sera l'affiche de la 12e journée de Ligue 1, ce week-end. Trois jours après leur victoire à Geoffroy-Guichard en Coupe de la Ligue (1-2), les Lyonnais visent le doublé face à des Stéphanois qui l'an dernier étaient parvenus à s'imposer à Gerland. L'on suivra également avec intérêt les performances du leader parisien, du dauphin montpelliérain et du champion sortant lillois. L'OM devra également confirmer son léger redressement. L'AFFICHE: Lyon-Saint-Etienne Trois jours après la qualification pour les quarts de finale de la Coupe de la Ligue décrochée par l'OL à Saint-Etienne (1-2), les deux meilleurs ennemis du football français se retrouvent à Gerland, ce samedi soir, dans le cadre de la 12e levée de L1. Pour les Lyonnais, défaits à Lille la semaine passée (3-1), la victoire semble obligatoire, le leader parisien, déjà perché à six longueurs, imprimant un rythme d'enfer en tête du classement. L'ASSE de son côté voudra laver l'affront d'une nouvelle déconvenue à domicile, elle qui n'a plus remporté de bouillant derby dans son Chaudron depuis 17 ans. Preuve que l'exploit reste possible, les Verts s'étaient imposés dans la capitale des Gaules l'an dernier, sur un but unique du regretté Payet (0-1). A l'époque néanmoins, les Stéphanois réalisaient un début d'exercice tonitruant, ce qui n'est pas forcément le cas cette saison malgré leur petite série en cours de deux succès en championnat. LES ENJEUX: La loi des séries Certains veulent l'entretenir, d'autres la briser, la dynamique du moment ne sera plus fatalement vraie à l'issue de cette 12e journée de L1. Vainqueur en Coupe de la Ligue cette semaine, quelques jours après avoir défait Ajaccio en championnat, l'OM a su pour la première fois de la saison enchainer deux succès, et tâchera de réaliser la passe de trois à Dijon pour toucher au but fixé par le président du club: regagner au plus vite la première partie de tableau. Pour Paris et Montpellier, les deux premiers de la hiérarchie actuelle, il s'agira de rebondir après un épisode de coupe malheureux, mais aussi et surtout de maintenir le cap en L1, à savoir signer une sixième ou une troisième victoire de rang devant Caen et Nancy respectivement. Dimanche, c'est un quatrième plein de points consécutif que le Losc s'efforcera d'obtenir sur le terrain de Valenciennes. Le Stade Rennais visera pour sa part le triplé à Toulouse. Sevré de succès depuis le quatrième acte, Bordeaux est appelé à réagir d'urgence à Ajaccio, face à une équipe qui n'a plus gagné depuis six journées. Pour l'Evian TG, il faut remonter à la deuxième levée pour trouver trace d'un retour triomphal aux vestiaires. Un honneur que les Brestois, opposé ce week-end aux Lorientais, n'ont toujours pas connu... LA STAT: 40 610 Il s'agit là de l'affluence moyenne constatée au Parc des Princes depuis le début de la saison, sur une capacité globale de 47 428 places. C'est mieux que n'importe où en France, y compris à Marseille, leader coutumier en la matière mais pénalisé ces temps-ci par les performances médiocres de l'OM et surtout les travaux de rénovation et d'agrandissement du Vélodrome. Si ce n'est Lyon, battu 2-0 sur cette pelouse, la plupart des équipes qui se sont jusqu'alors déplacées à Paris n'avaient pourtant pas vocation à attirer en masse le public francilien. Lorient, Valenciennes, Brest, Nice et Dijon ont néanmoins contribué à faire le plein ou presque. Et la réception de Caen ce samedi se fera à guichets fermés. LA PHRASE: "Ça a fait son effet" (Rod Fanni) Le 13 octobre dernier, Margarita Louis-Dreyfus faisait son apparition au centre d'entraînement de l'OM, une semaine après une mise au point sévère effectuée par voie de presse. Le ton alors à l'apaisement, la confiance dans le staff renouvelée, la patronne du club, veuve de Robert Louis-Dreyfus, prenait le temps de s'entretenir avec les joueurs. Une démarche qui a marqué les esprits selon Rod Fanni. "Cela nous a touchés. On sent que ça vient du coeur donc ça stimule, dixit le défenseur marseillais, jeudi, en conférence de presse. Je ne vais pas vous faire croire qu'on a pleuré mais ça a fait son effet." Depuis, les Olympiens sont allés chercher un nul à Toulouse en infériorité numérique (0-0), ont perdu dans le temps additionnel contre Arsenal en Ligue des champions (0-1), signé leur deuxième succès en Ligue 1 aux dépens d'Ajaccio (2-0) et réussi leur entrée en lice en Coupe de la Ligue en étrillant Lens (4-0). L'effet MLD ?