Les Dragons font fureur

  • A
  • A
Les Dragons font fureur
Partagez sur :

Une semaine après leur courte défaite en Angleterre (23-19), les Dragons gallois se sont vengés, samedi à Cardiff, en dominant le XV de la Rose dans un Millenium Stadium bouillant. Les hommes de Warren Gatland, qui ont vite perdu Gavin Henson sur blessure, se sont imposés 19-9, grâce à un essai signé Hook notamment. Et tout un peuple de regagner en ambition à un mois de la Coupe du monde.

Une semaine après leur courte défaite en Angleterre (23-19), les Dragons gallois se sont vengés, samedi à Cardiff, en dominant le XV de la Rose dans un Millenium Stadium bouillant. Les hommes de Warren Gatland, qui ont vite perdu Gavin Henson sur blessure, se sont imposés 19-9, grâce à un essai signé Hook notamment. Et tout un peuple de regagner en ambition à un mois de la Coupe du monde. Quatre victoires en 17 tests, tel était le bilan des Gallois à l'heure d'accueillir les Anglais, leurs derniers bourreaux en date, samedi dernier à Twickenham. Battus 23-19 la semaine passée après avoir réalisé une fin de match en trombe, les Dragons comptaient bien répliquer devant le public du Millenium Stadium, poussés dans leur soif de vaincre par un Warren Gatland agressif dans le verbe: "La victoire est impérative ce week-end. Nous avons dit aux joueurs qu'il fallait battre l'Angleterre chez nous pour montrer à tout le monde que nous pouvons être des prétendants à la Coupe du monde." Mission accomplie ! Comme à Londres, les Gallois ont été secoués, dominés dans l'impact et les intentions. Mais alors qu'ils avaient concédé deux essais en terre hostile - dont un du néo-Britannique Tuilagi - les Diables rouges ont cette fois tenu bon, pliant à de nombreuses reprises sans jamais rompre, attendant leur heure. C'est précisément à l'heure de jeu que celle-ci est intervenue, tandis que la Rose menait au score (6-9), après trois pénalités de Flood passées en réponse aux banderilles de Priestland. Sorti à la pause, ce dernier avait rendu les clefs de l'ouverture galloise à Hook, lequel se sera finalement fendu du seul essai de la rencontre. Bien aidé dans son entreprise par Phillips, Hook a su prendre à revers l'arrière-garde anglaise en perçant l'ultime rideau adverse après avoir feint une passe au large (16-9, 58e). Un tour de passe-passe qui a suffi à désarçonner une Albion qui jusqu'alors avait multiplié les offensives, se cassant les dents, le nez et le moral sur la combativité et l'abnégation de son hôte, certes indiscipliné mais poussé à la victoire par un Millenium plein à craquer. En infériorité numérique pour les neuf dernières minutes du match - Phillips ayant écopé d'un jaune à la 71e - les Gallois n'ont même pas eu à trembler avant la libération et l'explosion de joie de l'enceinte de Cardiff. Une ultime pénalité de Hook aura achevé la bête d'un Martin Johnson dont la large revue d'effectif (13 titulaires du jour ne l'étaient pas une semaine plus tôt) n'a pas apporté les enseignements escomptés. A un mois à peine de l'ouverture du Mondial, l'Angleterre a pris une leçon de réalisme à méditer. Le Pays de Galles de son côté s'est rassuré, mettant fin à une série de trois revers contre l'Angleterre. Seule ombre au tableau: la sortie sur blessure de Henson à la demi-heure de jeu alors que l'éphémère Toulonnais jouait là sa chance de figurer dans la sélection néo-zélandaise de Galtland.