Les dix raisons de suivre la saison NBA

  • A
  • A
Les dix raisons de suivre la saison NBA
@ Montage Reuters
Partagez sur :

NBA - Europe1.fr a listé pour vous les dix raisons de suivre la saison NBA cette année.

LeBron James à Miami. Après sept saisons passées aux Cleveland Cavaliers, LeBron James a décidé cet été de quitter son Ohio natal pour rejoindre le Miami Heat de Dwyane Wade. Son choix, médiatisé à outrance avec le programme "The decision" diffusé sur CBS, lui met une certaine pression. Le trio de superstars qu'il forme avec Wade mais également Chris Bosh va être attendu aux quatre coins du pays. À lire :Le Heat parade ?

Les Lakers pour un 2e triplé. Après un premier triplé de 2000 à 2002, les Lakers et Phil Jackson, double champions en titre, en visent un deuxième. Avec un effectif renforcé par quelques joueurs de complément intéressants, comme Matt Barnes (ex-Orlando) ou Steve Blake (ex-Clippers), ils en ont les moyens. Pour Phil Jackson, ce serait un douzième titre (!) et pour Kobe Bryant, un sixième, soit le même nombre qu'un certain Michael Jordan... À lire :Débat : les Lakers peuvent-ils faire le triplé ?

L'attraction Kevin Durant. Deuxième du classement du MVP (meilleur joueur) l'an passé derrière James, l'ailier de l'Oklahoma City Thunder pourrait très bien gagner une place cette saison... Phénoménal cet été avec l'équipe des Etats-Unis au Mondial, il a explosé devant la planète entière. Meilleur marqueur de la Ligue l'an passé avec plus de 30 points de moyenne, capable d'aller au mastic comme de tirer de loin, "KD" incarne le basket. Ni plus ni moins. À lire : Qui sera MVP ?

Les Français en nombre. Douze Français fouleront cette saison les parquets de la NBA : Alexis Ajinça, Rodrigue Beaubois et Ian Mahinmi (tous trois à Dallas) Nicolas Batum (Portland), Boris Diaw (Charlotte), Joakim Noah (Chicago), Tony Parker (San Antonio), Johan Petro (New Jersey), Mickaël Pietrus (Orlando), Kévin Séraphin (Washington), Pape Sy (Atlanta) et Ronny Turiaf (New York). Comme d'habitude, certains devraient finir en D-League, la ligue de développement de la NBA. D'autres joueront le titre, comme Parker, Pietrus ou les Bleus de Dallas. À lire : Made in France !

La dernière vie du "Shaq". Shaquille O'Neal, 2,16 m, 147 kg et 36 ans au compteur, va entamer sa dix-neuvième année en NBA avec un septième club différent. Pour ce quis era sans doute sa dernière saison - mais sait-on jamais -, le "Shaq" a choisi les Boston Celtics, champions en 2008 et finalistes en 2010. Mais ce sont aussi les Celtics qui l'ont choisi, eux dont le pivot titulaire, Kendrick Perkins, sera absent jusque début 2011. Dans la raquette verte, O'Neal alternera avec son homonyme, Jermaine O'Neal, venu de Miami. À lire : Le "Shaq" rejoint les Celtics

Des Bulls ambitieux. Un temps placés pour enrôler LeBron James, les Bulls ne se sont pas lamentés. Ils ont recruté en nombre et ont notamment débauché la star du Jazz, Carlos Boozer. Avec un tel ailier fort, la raquette des Bulls a désormais fière allure avec un Joakim Noah désormais lié à la franchise de l'Illinois par un contrat en or. À lire : Noah touche le jackpot !

Deux n°1 de la draft pour le prix d'un. N°1 de la draft l'an dernier, Blake Griffin n'a pas encore disputé le moindre match sous le maillot des Los Angeles Clippers en raison d'une opération à un genou. Il sera donc un rookie très attendu et partagera le feu des projecteurs avec John Wall, n°1 de la draft... 2010. Ce meneur spectaculaire, sorti de l'université du Kentucky, portera le maillot des Washington Wizards.

L'impayable "Agent Zéro". Suspendu 50 matches pour avoir apporté une arme dans les vestiaires (quand même), Gilbert Arenas assure le "show", mais pas toujours sur le parquet. Lors d'un récent match de présaison, l'"Agent Zéro" - comme on le surnomme en raison de son numéro de maillot - a récolté 50.000 dollars d'amende (36.100 euros) pour avoir fait semblant d'être blessé pour permettre à un de ses coéquipiers de jouer. Incorrigible, cet Arenas. À lire :Arenas, agent vraiment zéro

Des matches plus propres. C'est en tout cas ce que la NBA souhaite. En systématisant la faute technique pour les contestations, la Ligue espère réduire le nombre de gestes de mauvaise humeur sur les bords de touche. Et les fautes techniques, elles, coûteront plus cher : 2.000 dollars (1.400 euros) pour les 5 premières, puis 3.000 dollars (2.200 euros) jusqu'à 10, 4.000 (2.900 euros) jusqu'à 15 et 5.000 (3.600 euros) dollars au-delà. Le joueur des Celtics, Rasheed Wallace, qui détient le record de fautes techniques sur une saison (41), va devoir soit se calmer soit préparer le porte-monnaie...

Des joueurs plus mobiles. Adidas, qui a signé un contrat de onze ans pour être le fournisseur unique de la NBA, va habiller les trente équipes avec un maillot comportant deux nouvelles technologies : le Formotion, qui, dixit la marque, "réduit les coutures et les frottements pour optimiser les mouvements naturels du joueur" et le Climacool, qui "permet d’absorber la transpiration en moins de 3 secondes et ainsi sécher deux fois plus vite que les précédentes tenues". La fin des coups de balais pour nettoyer la raquette ?