Les déclarations choc de l'année 2009

  • A
  • A
Les déclarations choc de l'année 2009
Partagez sur :

RETRO 2009 - Du dérapage de Maradona aux confidences d'Agassi, Europe 1.fr fait le tour des déclarations fracassantes de l'année 2009.

Du dérapage de Maradona aux confidences d'Agassi, Europe 1.fr fait le tour des déclarations fracassantes de l'année 2009.Les écarts de langage de Maradona "A ceux qui n'ont pas cru en moi - pardon aux dames qui écoutent, eh bien qu'ils me la sucent (sic) !". Ces propos tenus par Diego Maradona, face à une caméra de la télévision argentine, le 14 octobre 2009, et réitérés en conférence de presse après la victoire de l'Albiceleste face à l'Uruguay - et un ticket gagné in extremis pour le Mondial 2010, ont choqué, notamment la presse de son pays déjà très critique envers El Pibe de Oro après une campagne de qualification laborieuse. Condamné par la Fifa pour ses déclarations tapageuses, le sélectionneur argentin a ainsi écopé de deux mois de suspension et d'une amende de 25 000 francs suisses (16 560 euros) et a dû faire amende honorable auprès de l'instance dirigeante et de "la grande famille du football mondial".Retrouvez la conférence de presse de Maradona:Agassi révèle s'être drogué"Je ne m'étais jamais senti aussi vivant, plein d'espoir et avec autant d'énergie". Dans son autobiographie, Open parue chez Plon en décembre dernier, Andre Agassi décrit les sentations qu'il a ressenties lors de sa première prise de crystal meth en 1997. Cette année-là, le Kid de Las vegas, alors qu'il rencontre des difficultés dans sa vie privée et que sa carrière est au plus bas, consomme régulièrement cette drogue dure à base de métamphétamine. Contrôlé positif par l'ATP à cette occasion, le champion américain admet, dans son livre, avoir menti à l'instance internationale afin d'éviter une suspension. Des confidences qui ont entraîné des réactions contrastées. Sur un ton plus léger, Agassi révèle également avoir eu recours à une perruque durant ses matches afin de cacher sa calvitie.Redécouvrez l'interview d'Agassi sur Europe 1:Nicollin s'en prend à Pedretti"Pedretti a tout commandé sur le terrain mais, quand il viendra à Montpellier, on s'occupera de lui. Ce type est une petite tarlouze (sic)". Louis Nicollin, le président de Montpellier connu pour son franc-parler, s'est laissé aller, au micro de Canal +, à une déclaration pour le moins déplacée envers le joueur de l'AJA après la défaite de son équipe à Auxerre lors de la 12e journée de Ligue 1 (1-2), le 31 octobre dernier. Une sortie de route immédiatement condamnée par la Ligue de football professionnel malgré le repentir du dirigeant héraultais sanctionné de deux mois de suspension de toute fonction officielle, ainsi que deux autres avec sursis.Voici la réaction de Nicollin après le match:Francis Decourrière fustige un arbitre"C'était un triste cirque. Pendant tout le match, l'arbitre n'a fait que des erreurs. Il a dit à mes joueurs qu'il ferait tout pour descendre le club. Il aurait dû s'exclure en premier. C'est à croire qu'il est raciste des habitants du Nord". C'est un président en colère, celui de Valenciennes, qui s'est livré à une critique remarquée envers Tony Chapron, l'arbitre de la rencontre VA-Bordeaux (1-2) lors de la 35e journée de la saison 2008-2009 de Ligue 1, en mai dernier. Des propos que Francis Decourrière avait justifié après que Rafael Schmitz, le capitaine valenciennois, s'était plaint d'avoir été victime de mots déplacés de la part de M. Chapron durant la pause. S'estimant injustement attaqué, l'arbitre français avait toutefois été débouté de sa plainte pour propos diffamatoires par le tribunal correctionnel de Caen. Le dirigeant nordiste a lui été suspendu de ses fonctions durant six mois par la LFP à compter du 22 juin dernier.