Les confessions d'Alonso

  • A
  • A
Les confessions d'Alonso
Partagez sur :

Son opinion sur Ferrari, Red Bull, Vettel ou Schumacher, sa relation avec Massa, ses ambitions actuelles et futures, Fernando Alonso n'a éludé aucun sujet le week-end dernier dans une interview accordée à nos confrères du magazine allemand AutoBild, pas même son souvenir douloureux du Grand Prix d'Abu Dhabi 2010. Morceaux choisis...

Son opinion sur Ferrari, Red Bull, Vettel ou Schumacher, sa relation avec Massa, ses ambitions actuelles et futures, Fernando Alonso n'a éludé aucun sujet le week-end dernier dans une interview accordée à nos confrères du magazine allemand AutoBild, pas même son souvenir douloureux du Grand Prix d'Abu Dhabi 2010. Morceaux choisis... A propos de Ferrari... "Pour moi, un rêve est devenu réalité quand j'ai pu courir pour cette équipe. La tradition et l'histoire y sont uniques. Si vous ne courez pas pour Ferrari au cours de votre carrière, alors elle ne sera jamais complète. C'est la meilleure équipe dans laquelle je n'ai jamais couru. J'ai l'impression que tout le monde y travaille 24 heures sur 24. L'équipe a beaucoup changé depuis mon arrivée et je la trouve aujourd'hui plus efficace. De toute façon, je suis de nature optimiste, je suis un combattant !" Le championnat 2011... "Avec le retard que nous avons, il y a peu de chances que l'on gagne le championnat, il faut être réaliste. Je prends les courses les unes après les autres désormais, sans penser au titre. Sans une extraordinaire série noire, Sebastian sera champion. Je suis même prêt à miser mon argent sur lui." Le team Red Bull... "Ils ont mieux interprété les règlements que nous cette année et ont construit une grande voiture. Adrian Newey est bien sûr le personnage clef mais derrière lui, il y a tout une équipe solide. Ferrari attire les pilotes, mais également les techniciens. Si Newey veut venir chez nous, c'est avec plaisir que je conduirai sa voiture..." Sebastian Vettel... "Sebastian est un grand champion qui est sur le point de remporter son deuxième titre. Il a beaucoup de talent et une grande capacité à résister à la pression. Je ne comprends pas les critiques à son égard, sur le fait qu'il ne soit pas un vrai compétiteur. Il a des qualités remarquables, beaucoup de vitesse. Ce n'est pas parce que vous avez la meilleure voiture que vous êtes capable de la placer en bonne position sur la grille. Vous devez être en mesure de tirer le meilleur de votre monoplace à chaque course, et Sebastian le fait très bien. Même dans des conditions difficiles ou lorsqu'il commet des erreurs, il se bat pour la victoire. Tout cela prouve qu'il a de grandes qualités." Michael Schumacher... "Pour moi, il restera à jamais le meilleur pilote de l'histoire de la F1 et en cela il mérite le respect. Ses performances resteront certainement inégalées. Il aime piloter, la F1 lui manquait et je le comprends tout à fait. On ne peut pas retrouver cette adrénaline sur son canapé. Je trouve dommage que les gens qui le critiquent ne saisissent pas cela. En tout cas, moi je suis fier de courir contre Michael Schumacher. Et je suis persuadé que s'il avait une voiture compétitive, il serait au niveau des meilleurs." Felipe Massa... "Felipe est définitivement l'un des meilleurs coéquipiers que j'ai eus. Nous sommes souvent proches, généralement à un dixième l'un de l'autre. Nous travaillons très bien ensemble, même si nous avons un style de pilotage totalement différent. J'attaque les virages de façon très agressive alors que lui est un peu plus souple." Abu Dhabi 2010... "C'est très frustrant quand un objectif important vous glisse entre les mains alors que l'on touche au but. Quand on voit la course, il est évident que nous aurions dû nous y prendre autrement. On s'est trop focalisé sur Mark Webber et on n'a pas assez fait attention à Sebastian Vettel. Quand Webber est rentré au stand, nous l'avons suivi et Seb a dû bien rigoler. Webber et moi sommes restés coincés dans le trafic, alors que lui a fait un long run avec ses pneus usés pour finalement remporter la course et le championnat. Le lundi, j'en pleurais mais dès le mardi, alors qu'on faisait des tests avec Pirelli, j'étais déjà fixé sur la saison suivante." Alonso champion du monde... "C'est très important pour moi. Je n'arrêterai pas ma carrière tant que je ne serai pas champion avec Ferrari. Si d'ici 2016 je n'y suis pas arrivé ? Alors je resterai en F1, pendant vingt ans comme Michael, jusqu'en 2021 ! (rires)"