Les Colts désarmés

  • A
  • A
Les Colts désarmés
Partagez sur :

Chaque mardi, retrouvez les faits marquants qui ont rythmé le week-end en NFL. Avec, lors de cette 12e journée de la saison régulière, la nouvelle défaite des Colts, battus par des Chargers à la relance (36-14), la quatrième victoire consécutive des Bears, tombeurs des Eagles (31-26), et le finish impressionnant des Saints contre les Cowboys (30-27).

Chaque mardi, retrouvez les faits marquants qui ont rythmé le week-end en NFL. Avec, lors de cette 12e journée de la saison régulière, la nouvelle défaite des Colts, battus par des Chargers à la relance (36-14), la quatrième victoire consécutive des Bears, tombeurs des Eagles (31-26), et le finish impressionnant des Saints contre les Cowboys (30-27). LE FLOP : Indianapolis Colts Battus de justesse par les New England Patriots le week-end dernier (28-31), les Colts ont encore trébuché dimanche, lors de la 12e journée de NFL. Cette fois à domicile et contre les Chargers (14-36), une franchise californienne qui enchaîne du coup sa quatrième victoire de rang et revient dans la course aux playoffs. Quel est le problème à Indianapolis, doublé par les Jacksonville Jaguars dans l'AFC South ? Peyton Manning n'a tout simplement pas su se dépatouiller face à la défense de San Diego. Le MVP de la saison dernière a subi le troisième match de sa carrière à quatre interceptions ou plus (31/48, 285 yards, 2 TD, 4 int). "Offensivement, je n'ai pas fait du bon travail, a-t-il reconnu. Tout le monde doit mieux jouer, y compris moi." LE TOP : Chicago Bears Un 13-0 dans le dernier quart-temps n'aura pas suffi aux Eagles pour revenir sur les Bears (31-26), dimanche soir, dans le choc des leaders de leur division respective. Chicago, plus que jamais en tête dans la NFC North, avait tout fait bien avant pour assurer la victoire, sa quatrième de suite. Dans le sillage de Jay Cutler (14/21, 247 yards, 4 TD), la franchise de l'Illinois a pris les rênes du match d'entrée et a plié la rencontre au retour des vestiaires en infligeant un 10-0 à leurs adversaires. "C'était un gros match pour nous, mais on doit continuer et mettre ça derrière nous. Le vrai test dans cette ligue, c'est la constance, surtout en novembre et en décembre", a réagi le quarterback chicagoan. LA STAT : 89 (New Orleans Saints) Quatre-vingt-neuf, c'est en yards la longueur du dernier drive mené par Drew Brees, qui a permis aux New Orleans Saints de coiffer les Dallas Cowboys (30-27), jeudi dernier, lors de l'un des trois matches programmés pour Thanksgiving. Rien d'extraordinaire pour le quarteback MVP du Super Bowl XLIV. Mais à seulement 1'55" de la fin du quatrième quart-temps, sa rapidité à remonter quasiment tout le terrain et sa maîtrise technique ont été impressionnantes. Le plus cruel pour la franchise texane, toujours privée de Tony Romo, est que cette action a été rendue possible par le fumble de Roy Williams, tamponné à 11 yards de la ligne d'en-but des champions en titre alors qu'il filait au touchdown. LE JOUEUR : Dwayne Bowe (Kansas City Chiefs) Avec sept victoires contre quatre défaites, les Chiefs sont bien partis pour disputer les playoffs. A moins d'un retour des San Diego Chargers (voir plus haut). Kansas City a les cartes en mains et un atout puissant avec Dwyane Bowe. Le receveur a donné le tournis aux Seattle Seahawks (42-24), ce week-end, en captant trois touchdowns pour un total de 170 yards gagnés. Il s'agit là de son cinquième match cette saison avec deux touchdowns ou plus à la réception, une catégorie où il n'a pas d'équivalent en NFL. Une prestation éclairée à laquelle l'oeil de lynx de son quarterback Matt Cassel (22/32, 233 yards, 4 TD), jamais intercepté, n'est évidemment pas innocent. LA PHRASE : "J'imagine qu'il a cru que c'était drôle...", Andre Johnson (Houston Texans) Houston n'a fait aucun détail contre Tennessee (20-0). Une bonne correction pour une équipe des Titans très irrégulière depuis le début de saison (5 v. - 6 d.) que Cortland Finnegan n'a pas appréciée. Dans le dernier quart-temps, le cornerback a un peu trop titillé le receveur adverse, Andre Johnson, qui a fini par dégoupiller. Quelques gifles et coups de poings plus tard, les deux joueurs ont été expulsés. "Il n'a pas arrêté de faire ses petits trucs et je lui ai dit: "Tu fais ça simplement parce que tu es frustré, arrête." J'imagine qu'il a cru que c'était drôle. [...] J'ai un peu perdu mon sang froid", a ensuite expliqué la star des Texans, soutenu par son coach et son club. Une suspension plus lourde de la part de la NFL n'est pas à exclure.