Les Bulls y sont presque

  • A
  • A
Les Bulls y sont presque
Partagez sur :

Chicago a à peine tremblé. Grâce à une dernière ligne droite au cours de laquelle ils ont (re)fait la différence, les Bulls ont en effet enlevé la cinquième manche de leur demi-finale de conférence face aux Hawks et donc pris une sérieuse option sur la qualification. Vainqueur 93-82 avec encore 33 points et 9 passes de Derrick Rose, la franchise de l'Illinois mène 3-2 avant de retourner, jeudi, en Géorgie pour le match 6.

Chicago a à peine tremblé. Grâce à une dernière ligne droite au cours de laquelle ils ont (re)fait la différence, les Bulls ont en effet enlevé la cinquième manche de leur demi-finale de conférence face aux Hawks et donc pris une sérieuse option sur la qualification. Vainqueur 93-82 avec encore 33 points et 9 passes de Derrick Rose, la franchise de l'Illinois mène 3-2 avant de retourner, jeudi, en Géorgie pour le match 6. «MVP ! MVP !» Cette fois encore, les fans de l'United Center pouvaient bien s'époumoner pour célébrer la performance de leur jeune idole. Pointé du doigt, dimanche, pour un 12 sur 32 aux tirs valant aux Bulls de se faire rejoindre à 2-2 par les Hawks, le plus jeune MVP de la Ligue a eu vite faite de rappeler que la Rose-dépendance avait du bon. Car si les Bulls ont fait un pas décisif vers les Finales de Conférence, ils le doivent bien à leur meneur prodige. Et pas seulement pour ses 33 points, cette fois à 11 sur 24 aux tirs, et 9 passes... Meilleur marqueur du match, Derrick Rose a également choisi le meilleur moment pour être décisif. Alors que les 15 points d'avance acquis dès le premier quart n'étaient plus qu'un lointain souvenir - Atlanta venant même de repasser devant pour attaquer la dernière ligne droite, c'est en effet l'icône locale qui a fait la différence. En deux minutes. Le temps de signer un 9-0 grâce à deux nouveaux layups en pénétration et deux offrandes pour Luol Deng et Taj Gibson, la dernière sur une merveille de no-look pass Ajoutez-y 11 points dans le dernier quart et Derrick Rose méritait bien les félicitations de son entraîneur. "On n'a pas eu le temps d'avoir peur. Atlanta nous a certes encore poussés dans nos derniers retranchements, mais Derrick a pris le contrôle du match dans le quatrième quart et les gars ont suivi. Il a parfaitement alterné les actions individuelles et le jeu pour les autres." saluait en effet Tom Thibodeau à l'issue de la rencontre. Le héros du jour préférait, lui, mettre l'accent sur la performance défensive des Bulls et la flambée de Taj Gibson, auteur, lui aussi, de 11 points dans la dernière ligne droite. La faillite de Crawford "C'est en défense qu'on a gagné le match, a notamment affirmé Rose, on a défendu tous ensemble. Les aides étaient omniprésentes et chacun a apporté sa contribution. Il n'y avait plus de panier facile pour les Hawks dans le dernier quart et c'est ce qui nous a permis de faire la différence." Un ode au collectif confirmé de l'autre côté du terrain: "J'ai juste profité des bons écrans de mes partenaires pour attaquer le cercle et lancer quelques floaters. Et ce soir, c'est rentré." Suffisant, donc, pour rendre vaine la résistance des Hawks. Et ce d'autant plus que Derrick Rose n'a pas été le seul Bull à se mettre en évidence. Car si Joakim Noah a été invisible en attaque, le Français se contentant des tâches défensives avec notamment 6 rebonds, 3 contres et 3 interceptions, ses compères de l'intérieur ont, eux, pesé sur les débats des deux côtés. Taj Gibson, donc, pour son finish réussi, mais également Luol Deng, toujours impeccable avec 23 points, ou Carlos Boozer qui confirme ses progrès en signant, avec 11 points et 12 rebonds, un nouveau double-double. Aussi, les Hawks ont eu beau faire preuve de caractère en oubliant un départ manqué dans les grandes largeurs (32-17 après dix minutes), la franchise de Géorgie se retrouve désormais dos au mur avant de retrouver la Philips Arena pour la sixième manche. «Il ne faut pas baisser les bras, prévenait un Jeff Teague encore vu à son avantage avec 21 points à 8 sur 11 aux tirs, on a montré ce soir en remontant 16 points qu'on avait les moyens de les inquiéter. Il faut gagner à la maison pour s'offrir un match 7. Et tout sera alors possible.» Surtout si Jamal Crawford, passé au travers avec un terrible 1 sur 9 aux tirs, retrouve un peu de réussite...