Les Bulls imitent Jordan

  • A
  • A
Les Bulls imitent Jordan
Partagez sur :

Chicago retrouve les sommets. Vainqueurs chez les Clippers 88-106 pour un sixième succès consécutif, les Bulls ont en effet rejoint le Heat sur la deuxième marche du podium de la Conférence Est, faisant même, pour l'heure, aussi bien que Jordan and co lors de leur dernière saison dans l'Illinois avec désormais 34 victoires et 14 défaites au compteur. Si Kevin Durant a également cartonné, les Bleus ont, eux, peiné.

Chicago retrouve les sommets. Vainqueurs chez les Clippers 88-106 pour un sixième succès consécutif, les Bulls ont en effet rejoint le Heat sur la deuxième marche du podium de la Conférence Est, faisant même, pour l'heure, aussi bien que Jordan and co lors de leur dernière saison dans l'Illinois avec désormais 34 victoires et 14 défaites au compteur. Si Kevin Durant a également cartonné, les Bleus ont, eux, peiné. Le match de la nuit Le sourire est de mise à Chicago. Alors que Joakim Noah a enfin pu retirer, lundi, son plâtre à la main droite et peut désormais envisager son retour après le prochain All-Star Game, ses coéquipiers n'en finissent plus de gagner sans lui. En visite chez des Clippers, qui restaient pourtant sur neuf victoires de suite à domicile, les Bulls ont en effet confirmé leur statut d'équipe actuellement la plus chaude de la Ligue en enchaînant un sixième succès consécutif, le 24e sur les 29 derniers matches. De quoi leur permettre de revenir à hauteur du Heat à la deuxième place de la Conférence Est, à seulement trois victoires des Celtics. Et avec désormais 34 victoires pour 14 défaites, les hommes de Tom Thibodeau peuvent également se targuer de faire aussi bien que leurs prestigieux devanciers en 1997-98, la saison du dernier titre pour la franchise de l'Illinois, Jordan, Pippen et consorts affichant alors un bilan identique après 48 matches. Et une fois encore, Derrick Rose aura été le grand héros de la soirée dans les rangs des Bulls. Et pas seulement parce que le meneur all-star joue depuis dix jours avec deux ulcères à l'estomac. Chez les Clippers, Rose y a cette fois été de 32 points et 11 passes pour débuter de la meilleure façon une tournée à cinq dates sur la côte ouest, Golden State, Portland et Utah étant désormais au programme de Chicago. Derrick Rose n'a toutefois pas été le seul Bull à briller puisque dans son sillage, Luol Deng a ajouté 26 points et Carlos Boozer compilé 16 points et 10 rebonds. De quoi rendre vaine la nouvelle performance de choix du rookie Blake Griffin, cette fois auteur de 32 points, 13 rebonds et 7 passes. Car en dépit de ses efforts, jamais les Clippers n'auront été en mesure de contester la domination de leurs visiteurs, les Bulls menant de bout en bout et creusant un écart définitif au retour des vestiaires. "On a su se rendre le match facile. On a été bien en place en défense même s'il est difficile de contenir Griffin. Et ça nous a libérés en attaque où on a pu être patient. On a vraiment fait du bon boulot." pouvait bien se satisfaire le héros de la soirée. Les Français de la nuit Semaine décidément difficile pour la colonie tricolore. Comme la veille ou l'avant-veille, les Bleus n'ont en effet guère brillé, la défaite étant également le plus souvent au rendez-vous. Sur le plan individuel, il n'y ainsi que Nicolas Batum à avoir échappé à la curie. Plutôt discret, mardi, lors du succès décroché face aux Spurs, l'ancien Manceau a en effet été bien plus à son aise face aux Nuggets, rendant notamment 17 points à 6 sur 12 aux tirs et 4 passes en 40 minutes. Hélas, après avoir longtemps résisté, au point de mener 67-68 dans les dernières minutes du troisième quart, les Blazers se sont écroulés dans le dernier quart d'heure, s'inclinant finalement 109-90... Défaite également pour Ronny Turiaf avec les Knicks puisque Dallas est venu l'emporter 97-103 au Madison Square Garden. Et s'il a eu les honneurs du cinq majeur, le Martiniquais a été réduit à la portion congrue avec seulement 9 minutes de jeu pour 1 tir manqué et 1 passe. Dans le camp d'en face, s'il a goûté à la victoire, Ian Mahinmi a également dû se contenter d'un rôle de figurant avec 4 minutes de jeu pour 2 points et 1 rebond. Même temps de jeu limité pour son ancien coéquipier Alexis Ajinça, qui s'est montré un poil plus productif avec 4 points à 2 sur 3, ses Raptors continuant en revanche d'aligner les défaites puisque la franchise canadienne, cette fois battue à Atlanta 100-87 en est désormais à 13 revers consécutifs. Enfin, toujours au rayon intérieur, le système de la double peine s'est également appliqué à Johan Petro: au lendemain de leur succès sur les Nuggets, les Nets se sont en effet lourdement inclinés 92-106 face aux Sixers et l'ancien Sonic n'a fait que passer avec 12 minutes de jeu pour 4 points à 2 sur 6 et 1 rebond. Les jeunes intérieurs tricolores auront toujours été plus adroits que leurs aînés Boris Diaw et Mickael Pietrus. Les deux anciens partenaires palois ont en effet tous les deux terminé leur soirée fanny. A Phoenix, le Guadeloupéen n'a ainsi pas profité des 18 minutes de jeu auxquelles il a eu droit puisqu'il a terminé à 0 sur 4 aux tirs, pour 3 rebonds et 1 rebond. Heureusement, les Suns n'avaient pas besoin de plus pour battre les Bucks 92-77. Pas plus de réussite pour le capitaine tricolore en 40 minutes puisqu'il a manqué ses 3 tirs tentés chez les Pistons, Diaw tentant bien de se rattraper avec 9 passes, 4 rebonds et 2 interceptions. Surtout, sa panne d'adresse n'a pas eu de conséquence pour ses Bobcats, vainqueurs 87-97 chez les Pistons. Les chiffres de la nuit 43. Kevin Durant tient la grande forme. Le meilleur marqueur de la Ligue a encore fait honneur à son rang en passant 43 points à la défense des Hornets, le MVP des derniers mondiaux atteignant la barre des 40 points pour la troisième fois en quatre matches. Une performance d'autant plus marquante que Durant a signé un très réussi 14 sur 19 aux tirs et ajouté 10 rebonds et 5 passes. Grâce à lui, le Thunder a refroidi les Hornets 104-93, Russell Westbrook pouvant se montrer plus discret avec 10 points et 8 passes. 39. Autre artificier en réussite, Stephen Jackson a signé son meilleur total de la saison en inscrivant 39 points chez les Pistons, le Bobcat rendant notamment un 14 sur 26 aux tirs. Comme à chaque fois, l'ancien Pacer a pourtant eu droit aux sifflets du Palace d'Auburn Hills, les fans des Pistons n'ayant toujours pas oublié son implication dans la fameuse bagarre générale de 2004. De quoi motiver le héros de la soirée. "Les gens, ici, n'ont toujours pas compris que plus ils me sifflent, mieux je joue", pouvait ainsi s'amuser Jackson, Charlotte l'ayant emporté 87-97 chez un concurrent direct dans la course aux playoffs de la Conférence Est 22. Et un qui fait 22. Après deux défaites somme toute logiques à Miami et Orlando, la réception des Pacers était pourtant la meilleure occasion pour Cleveland de renouer avec la victoire. Las, Indiana a fait comme tout le monde, venant l'emporter 112-117 en Ohio. Du coup, les Cavs en sont désormais à 22 défaites consécutives et ne sont plus qu'à un nouveau revers du record partagé jusqu'à présent par les Grizzlies 1995-96 et les Nuggets 1997-98. Une fois encore, les Cavaliers ne se sont pas relevés d'un départ manqué, Indiana prenant dix longueurs d'avance dès le premier quart pour faire la course en tête. Vendredi, Cleveland devra l'emporter à Memphis pour éviter de rentrer dans l'histoire par la petite porte...