Les Boks toujours au sommet

  • A
  • A
Les Boks toujours au sommet
Partagez sur :

Sacrée championne du monde il y a deux ans, l'Afrique du Sud est toujours au top de la hiérarchie mondiale. Samedi, les Springboks ont décroché le troisième Tri-Nations de leur histoire en s'imposant face à la Nouvelle-Zélande (32-29). Ils n'avaient plus remporté le trophée récompensant la meilleure équipe de l'hémisphère Sud depuis 2004.

Sacrée championne du monde il y a deux ans, l'Afrique du Sud est toujours au top de la hiérarchie mondiale. Samedi, les Springboks ont décroché le troisième Tri-Nations de leur histoire en s'imposant face à la Nouvelle-Zélande (32-29). Ils n'avaient plus remporté le trophée récompensant la meilleure équipe de l'hémisphère Sud depuis 2004.La petite histoire retiendra que la Nouvelle-Zélande, quadruple tenante du trophée, a perdu le Tri-Nations 2009 chez elle, à Hamilton, face à plus forte qu'elle. La grande histoire, elle, ne retiendra sans doute que le vainqueur, comme souvent, mais quel vainqueur: une Afrique du Sud flamboyante tombeuse à trois reprises de la sélection kiwi dans le tournoi et lauréate de son premier Tri-Nations depuis 2004, le troisième de son histoire en comptant le sacre de 1998.Et quelle plus belle affiche que cette confrontation ultime entre Blacks et Boks pour ainsi marquer les mémoires ? Qui plus est quand l'intensité des débats, le jeu et le spectacle sont à la hauteur du choc. Samedi, en ce jour d'avant-dernier acte joué dans "la petite ville" de Hamilton sciemment dénigrée avant coup par Peter de Villiers, les deux équipes phares de l'hémisphère Sud ont régalé les amateurs d'ovalie, pas tant en terme de suspense qu'en terme de qualité d'échanges.2011 dans le viseurSitôt la pause atteinte en effet, et alors que Du Preez, à l'essai dès la 20e minute, avait permis aux siens de compter 10 longueurs d'avance sur leurs hôtes à mi-parcours (22-12), le dénouement de ce Tri-Nations 2009 semblait déjà écrit. Même en cas de match nul, même en cas de revers improbable après la gifle reçue à Brisbane face à une Australie revancharde quelques jours plus tôt (21-6), les Springboks avaient pour ainsi dire tournoi gagné. Sauf double succès bonifié des Blacks.Or ce scénario, les Sud-Africains ont bien pris soin de s'en garder. Malgré le retour à l'ouverture de Dan Carter, remis de sa longue blessure au tendon d'Achille et unique pourvoyeur de points de la Nouvelle-Zélande en première période, François Steyn et consorts ont fait preuve d'une grande maîtrise pour parvenir à leurs fins. Peu après le repos, De Villiers s'est chargé d'enfoncer le clou dans l'en-but adverse (29-12, 53e). Avant la belle mais vaine réaction d'orgueil du XV à la fougère.Sivivatu (55e) et McCaw (78e) se seront en effet attelés à limiter la casse, pour finalement porter les Blacks à trois petits points de leurs bourreaux (32-29). A l'heure du second essai néo-zélandais toutefois, les jeux étaient déjà faits en faveur des Boks. Des Sud-Africains qui, outre les traditionnels passages obligés à observer l'an prochain encore, reviendront sur cette même terre kiwi en 2011 afin de défendre leur titre de champions du monde. D'ici là, gageons que la Nouvelle-Zélande aura mûri sa vengeance et que l'Australie aura retrouvé des couleurs...