Les Boks bousculés

  • A
  • A
Les Boks bousculés
Partagez sur :

L'Afrique du Sud terminera bien à la première place de la poule D. Les coéquipiers de Burger ont pour ce faire disposé des Samoa ce vendredi à Auckland (13-5). Une rencontre acharnée avec des Samoans qui n'auront eu de cesse d'attaquer au point de faire reculer des Boks qui ont subi durant toute la seconde période, bénéficiant des quelques fautes de mains adverses et d'un petit coup de main de l'arbitre.

L'Afrique du Sud terminera bien à la première place de la poule D. Les coéquipiers de Burger ont pour ce faire disposé des Samoa ce vendredi à Auckland (13-5). Une rencontre acharnée avec des Samoans qui n'auront eu de cesse d'attaquer au point de faire reculer des Boks qui ont subi durant toute la seconde période, bénéficiant des quelques fautes de mains adverses et d'un petit coup de main de l'arbitre. L'Afrique du Sud qui remporte son duel face aux Samoa, rien de vraiment surprenant à cela. Pourtant, ce vendredi on aura été loin des habituels cartons, ce sont même les coéquipiers de Tuilagui qui ont proposé plus de jeu, qui ont enflammé le North Harbour Stadium, principalement au cours d'une seconde période passée à attaquer, mais sans parvenir à leurs fins ni même à obtenir le point de bonus défensif qui leur aurait pourtant laissé un petit espoir dans l'optique des quarts de finale. Oui mais voilà, les Boks, savent y faire et s'ils n'ont pas été aussi brillants que face à la très faible Namibie (87-0) ou contre les Fidji (49-3), on aura repensé au premier match gagné sur le fil face aux Gallois (17-16), ils ont tout de même eu gain de cause à la fin. Heureusement pour eux, Brian Habana possède toujours des jambes de feu ce qui leur aura permis d'inscrire un premier essai (7-0, 9e) tandis que François Steyn et Morné Steyn ont su profiter du vent pour passer une pénalité chacun afin de donner de l'air à leur équipe (13-0 à la pause). Et si Morné Steyn a manqué un drop, François Steyn a tenté une pénalité de plus de 60 mètres finalement manquée de peu. Au réalisme des Boks, les Samoans auront donc opposé du panache et du jeu à la main à outrance. Un vrai régal que l'on avait entrevu en première période avec un premier pilonnage de la ligne adverse (13e) puis avec une interception à la dernière seconde (40e). Et même dans les temps faibles, ils ont su gagner une mêlée sur leur 5 mètres (faute de Spies) ou encore une touche. Mais c'est évidemment à la main qu'ils ont réussi à inscrire leur seul essai après de nombreux temps de jeu et une conclusion tout en puissance de George Stowers (13-5, 52e). La transformation manquée par Tusi Pisi leur coûtera finalement très cher. Les Samoans méritaient mieux Car ensuite, ils vont passer leur temps à profiter de chaque ballon pour mettre le feu, déchirer le rideau à plusieurs reprises mais sans jamais être récompensés. La faute à plusieurs ballons perdus ou à cette décision de M. Owens de sanctionner Lemi qui venait de gagner 30 mètres et qui n'aurait pas lâché le ballon assez vite une fois au sol (57e). De même, il est dommageable que Williams ait écopé d'un rouge car s'il tenait effectivement le maillot de Rossouw, celui-ci lui a asséné tellement de coup sur la tête et les bras pour se libérer que le petit coup au visage pour se rebeller n'aura valu que par l'exagération qu'en a fait le Sud-Africain. L'image de fin de cette rencontre restera tout de même cette capacité à attaquer des Samoans qui n'auront jamais lâché. Ils regretteront ce ballon perdu sur la ligne par Schwalger (67e) comme cette dernière action passée en mode « full attack » pour un ballon finalement récupéré par Steenkamp (88e). Les Samoans ne verront sans doute pas les quarts de finale. L'énorme exploit n'était pourtant pas si loin.