Les Bleus sauvés par le biathlon

  • A
  • A
Les Bleus sauvés par le biathlon
@ reuters
Partagez sur :

JO 2010 - Avec six médailles, le biathlon français sauve le bilan tricolore à Vancouver.

JO 2010 - Avec six médailles, le biathlon français sauve le bilan tricolore à Vancouver. Vincent Jay, Martin Fourcade, Marie Dorin, Marie-Laure Brunet, Sandrine Bailly, Sylvie Becaert... Aucun de ces biathlètes français ne sera rentré bredouille des Jeux Olympiques de Vancouver. De l'or, de l'argent et du bronze, il y en a eu pour tous les goûts durant ces quinze jours de compétition grâce à la nouvelle discipline reine des Français, qui devrait d'ailleurs susciter à l'avenir un engouement de plus en plus féroce. Un bilan très satisfaisant que n'a pas manqué de souligner, Christian Dumont, le directeur technique de l'équipe de France de biathlon. Et si certains tricolores effectuaient leur dernière sortie à l'échelon olympique, à l'image de Sandrine Bailly et Vincent Defrasne, les nouvelles pousses Marie-Laure Brunet, Marie Dorin, Martin Fourcade ainsi que Vincent Jay, tous âgés de moins de 25 ans, ont largement contribué à alimenter le compteur de médailles de la France dans ces JO. Ils représentent irrémédiablement l'avenir radieux d'une discipline montante à l'échelon national. Une réussite espérée ? "Franchement non, on ne s'y attendait pas. On avait déjà fait des jeux extraordinaires à Turin. On tablait sur deux médailles, là on se retrouve avec six médailles sur dix épreuves", assure Dumont. "C'est d'autant plus incroyable qu'elles ne viennent pas d'où on les attendait." La déception en relais Des surprises qui n'ont pas tardé, Vincent Jay créant rapidement la sensation en se couvrant d'or dès le deuxième jour de la compétition. Un exploit inattendu qui, au lendemain de la médaille de bronze acquise par Marie Dorin en sprint, forçait une certaine admiration tant la performance du nouveau champion olympique de la discipline avait surpassé les attentes du clan tricolore. Et encore, la délégation française était loin d'imaginer le scénario qui allait se produire dans les jours à venir. Ainsi, le couple Jay-Brunet allait très vite se couvrir de bronze en poursuite avant que Martin Fourcade et le relais tricolore féminin ne se parent d'argent. Au total, six breloques pour autant de performances de haut rang à mettre à l'actif de la patrie qui n'était parvenue à s'octroyer que quatre médailles à Turin en 2006. Un record pour le clan français qui n'avait obtenu pareil bilan depuis les huit médailles acquises par le ski alpin en 1968, moisson d'autant plus belle que la France ne présente que 300 licenciés. "Il ne faut pas oublier que nous ne faisons pas partie des grandes équipes. Nous touchons une aide de la Fédération internationale de ski (FIS) qui n'est attribuée qu'aux petites nations", rappelle Dumont. "Il ne faut donc jamais négliger le facteur réussite qui fait partie des Jeux." Ce parcours étincelant laisse néanmoins un léger sentiment d'amertume avec cette sixième place acquise par le relais tricolore masculin en clôture de la discipline qui ôte tout espoir de médaille au jeune retraité, Vincent Defrasne, pourtant récompensé à Turin en 2006, mais également à l'actuel leader de la Coupe du monde, Simon Fourcade. Ce dernier aura sans doute à coeur de se racheter dans quatre ans à Sotchi lors des Jeux Olympiques 2014.