Les Bleus, princes de Doha

  • A
  • A
Les Bleus, princes de Doha
Partagez sur :

La deuxième édition de la Diamond League se tient vendredi à Doha. Un meeting qatariote au cours duquel deux athlètes français seront à l'honneur, en l'absence notamment des stars masculines du sprint. Renaud Lavillenie (Perche) et Teddy Tamgho (Triple saut) auront à coeur de briller à Doha, confirmant un début 2011 qui les a placés au sommet de la hiérarchie mondiale.

La deuxième édition de la Diamond League se tient vendredi à Doha. Un meeting qatariote au cours duquel deux athlètes français seront à l'honneur, en l'absence notamment des stars masculines du sprint. Renaud Lavillenie (Perche) et Teddy Tamgho (Triple saut) auront à coeur de briller à Doha, confirmant un début 2011 qui les a placés au sommet de la hiérarchie mondiale. L'athlétisme français sous les feux des projecteurs. On y prend vite goût. En espérons que cela pourra durer jusqu'à la fin des Mondiaux de Daegu cet été. Mais c'est une autre histoire. Briller aux Championnats d'Europe de Barcelone l'année dernière est une chose, monter sur des podiums de championnats du monde en est une autre. En attendant, la Diamond League a déroulé son tapis rouge pour Renaud Lavillenie et Teddy Tamgho à l'occasion de l'ouverture de la deuxième édition de cette compétition qui a succédé en 2010 à la Golden League. Le perchiste et le triple sauteur appartiennent désormais à l'élite de l'athlétisme international et c'est fort logiquement que Doha les a accueillis avec ce statut et celui de tenant du titre de la Diamond League. Lavillenie a remporté quatre épreuves l'année dernière et entend bien assumer son rang en 2011. "C'est la compétition la plus importante après les championnats de Monde de Daegu. C'est davantage un championnat basé sur la régularité et je vais y mettre autant d'envie que j'ai pu m'attacher à le faire l'année dernière afin de décrocher une nouvelle victoire finale", nous a confié le champion d'Europe indoor avec un record personnel à la clé, 6,03 m, le 5 mars à Bercy. (Lire Lavillenie: "J'ai encore le temps") Gomis contre la bannière étoilée Teddy Tamgho, lui, se trouve sur les mêmes starting-blocks que son compatriote, prêt à marquer à nouveau les esprits. Après avoir amélioré le record du monde en salle à Bercy lors des Championnats d'Europe, 17,92 m, quelques mois après les 17,98 atteints à New York (juin 2010), Tamgho veut se rappeler au bon souvenir des Mondiaux de Doha où il fut couronné l'année dernière (17, 90 m). "J'ai les 18 mètres dans les jambes, je dois être patient et le record arrivera. Je ne suis pas pressé", tempère-t-il toutefois, en conférence de presse. Parmi les autres Tricolores au rendez-vous de vendredi, Muriel Hurtis se mesurera sur le 400 m à l'Américaine Allyson Felix alors que Sandra Gomis se retrouvera seule contre l'armada des Etats-Unis et notamment Lolo Jones, sur 100 m haies. On regrettera toutefois les forfaits des trois cadors du 100 m messieurs : Usain Bolt, Tyson Gay et Asafa Powell. Les deux Jamaïcains devraient se battre sur la ligne droite le 26 mai à Rome lors de la 3e étape de la Diamond League.