Les Bleus neuf pieds sous glace

  • A
  • A
Les Bleus neuf pieds sous glace
Partagez sur :

Les Français ont été atomisés par le Canada (1-9), pour leur deuxième match du tour préliminaire du Mondial, dans le groupe B. Malgré plusieurs occasions de but, les hommes de Dave Henderson ont complètement craqué en défense, notamment dans le troisième tiers en encaissant un 4-0. Heureusement pour les Bleus, ce revers est sans conséquence en vue de la qualification pour le tour suivant. Mais il faudra oublier...

Les Français ont été atomisés par le Canada (1-9), pour leur deuxième match du tour préliminaire du Mondial, dans le groupe B. Malgré plusieurs occasions de but, les hommes de Dave Henderson ont complètement craqué en défense, notamment dans le troisième tiers en encaissant un 4-0. Heureusement pour les Bleus, ce revers est sans conséquence en vue de la qualification pour le tour suivant. Mais il faudra oublier... Laurent Meunier voulait que ses troupes restent humbles. "Contre le Canada, à Bercy, c'était un match de gala, avait prévenu le capitaine des Bleus. Dans le contexte du Mondial, ça n'aura rien à voir, ce sera nettement plus puissant. Les Canadiens vont élever le niveau, il faut être réaliste. Bien sûr qu'on va essayer d'accrocher quelque chose, mais ça va être très compliqué. Il faut se rappeler d'où on vient." Nul doute que dimanche, après la très lourde défaite concédée face aux champions olympiques en titre (1-9), l'équipe de France se rappelle effectivement qu'elle ne vient pas de la même planète. Pas complètement largués dans le jeu, les joueurs de Dave Henderson ont tiré au but dans des proportions pas si éloignées que ça par rapport aux Canadiens (33 tirs contre 39), les manques défensifs ont encore été beaucoup trop importants pour prétendre accrocher une équipe de ce calibre. Par le terme "accrocher", il ne faut pas entendre "victoire", mais au moins une défaite convenable et un match vraiment serré. Ça n'a donc absolument pas été le cas, et même s'il est difficile d'en vouloir aux Français au vu de l'écart de niveau entre les deux équipes, les récentes prestations des Bleus laissaient espérer mieux. Beaucoup mieux même. Objectif Biélorussie Après cette rageante défaite contre la Suisse après prolongation vendredi (0-1), qui suivait l'encourageant revers face au Canada en match de préparation à Bercy qu'évoquait plus haut Laurent Meunier (2-3 à la dernière minute), les Tricolores sont brutalement revenus sur terre. Pourtant, Henderson avait bien titularisé Huet dans le but, après avoir fait part de quelques hésitations dans l'optique d'un éventuel roulement avec Lhenry. Mais tout a trop mal commencé avec une pénalité à l'encontre de Sacha Treille dès la 17e seconde de jeu. Gragnani en a profité pour ouvrir la marque (1-0, 2e), avant que Spezza (2-0, 7e) puis Skinner n'aggravent la marque (3-0, 13e). La messe semble déjà dite et Lhenry en profite pour faire sa rentrée dans le but, afin de faire souffler Huet comme prévu. La réduction du score de Bellemare (3-1, 30e) laisse un semblant d'espoir aux supporters français, qui mettent l'ambiance dans les tribunes de la patinoire de Kosice. Un espoir de huit minutes, le temps que vont mettre les Canadiens pour se remettre dans le sens de la marche. En moins de 60 secondes, Stewart puis Pietrangelo abattent définitivement les Bleus juste avant la deuxième pause (5-1, 38e). Le troisième tiers est un chemin de croix, avec des réalisation de Burns (6-1, 42e), Nash (7-1, 45e), Skinner (8-1, 55e) et enfin Zajac (9-1, 57e). Dès la poussée canadienne qui a abouti aux 4e et 5e buts, les Français s'étaient de toute façon reconcentrés sur le seul objectif qui compte réellement à leurs yeux: battre la Biélorussie mardi pour voir le tour de qualification. Il faut l'espérer, en tout cas.