Les Bleus, et maintenant ?

  • A
  • A
Les Bleus, et maintenant ?
Partagez sur :

Le nul arraché mardi contre la Bosnie (1-1) a propulsé l'équipe de France à l'Euro 2012. Une qualification logique si l'on tient compte de la progression affichée par les joueurs de Laurent Blanc depuis sa prise de fonction à l'été 2010, et par son bilan plus qu'honorable de quinze matches d'affilée sans défaite. Mais que pourront proposer ces Bleus l'année prochaine en Pologne et Ukraine ?

Le nul arraché mardi contre la Bosnie (1-1) a propulsé l'équipe de France à l'Euro 2012. Une qualification logique si l'on tient compte de la progression affichée par les joueurs de Laurent Blanc depuis sa prise de fonction à l'été 2010, et par son bilan plus qu'honorable de quinze matches d'affilée sans défaite. Mais que pourront proposer ces Bleus l'année prochaine en Pologne et Ukraine ? Peu importe la manière, les Bleus sont à l'Euro. Au moment des bilans, Laurent Blanc et le football français dans son ensemble se réjouissent naturellement d'avoir accompli leur mission même si ce denier match contre la Bosnie n'a pas été de tout repos. On aurait aimé mardi soir que les Bleus ouvrent le score et se comportent ensuite comme les patrons du jeu, laissant venir Pjanic et compagnie à l'abordage pour mieux les punir ensuite en contre s'offrant ainsi une fin de rencontre sans noeuds dans l'estomac. La réalité du terrain est souvent à l'inverse des désirs. Ce match s'est tenu sous tension face à une formation bosnienne à la hauteur de sa réputation. La piètre première période réalisée par les Tricolores, qui s'explique aussi par la qualité de l'adversaire, nourrit des inquiétudes pour l'avenir même si Blanc a déclaré après le match que ses joueurs étaient quelques peu paralysés par l'enjeu. Un argument valable au vu de la relative jeunesse de ses troupes. La performance de Rami en défense, gêné par l'imposant Dzeko, ne rassure pas non plus pour la suite des événements bien que le Valencian ait déjà montré sa solidité sous le maillot bleu. On se souvient également d'un Younes Kaboul, assez friable contre l'Albanie. Le dossier défense, chantier prioritaire de Blanc à son arrivée, n'est donc pas encore bouclé. Gourcuff reviendra-t-il ? Le sélectionneur tricolore a dû toutefois composer sans Philippe Mexès qui vient d'achever sa convalescence après six mois environ sans compétition pour une blessure au genou gauche, tout en se satisfaisant d'Eric Abidal dans l'axe par rapport au poste qu'il occupe au Barça. "Le Président" a pu également jauger ses troupes sans Karim Benzema, forfait contre l'Albanie (3-0) et la Bosnie (1-1). Et la différence se ressent. Ribéry n'a pas eu l'air, en revanche, de causer un vide dans le rendement bleu, Florent Malouda retrouvant de bonnes sensations en même temps que son couloir gauche. Rémy va toujours aussi vite mais manque encore de précision pour devenir incontestable alors que Ménez, quand il veut, est un formidable accélérateur et perforateur de ligne. Une partie des données, comme l'animation à donner au milieu avec beaucoup de candidats (Nasri, Martin, Cabaye, M'Vila, Ribéry, Malouda, Diarra et quid de Gourcuff ?) que Laurent Blanc et son staff vont devoir analyser pour constituer un groupe compétitif pour l'Euro 2012. L'ex-entraîneur de Bordeaux aura des choix certainement délicats à faire pour constituer une liste cohérente et mener à bien son deuxième objectif: se distinguer en 2012. Bien que l'équipe, il l'a assez répété, est en reconstruction au vu du traumatisme et de l'échec sportif de Knysna, l'équipe de France n'aura pas la simple ambition de bien figurer en phase de poules. Recalés dans le chapeau 3 ou 4, conséquence de l'indice UEFA, les Bleus doivent s'attendre à des adversaires coriaces lors du tirage au sort ce jeudi. Invaincue depuis plus d'un an, et une défaite au Stade de France contre la Biélorussie (0-1), l'équipe de France a montré depuis ce revers une réelle progression. Il reste environ huit mois pour continuer à franchir des paliers avant le début de l'Euro ukraino-polonais (8 juin au 1er juillet). Pour l'instant, seule l'Allemagne, le 29 février 2012 à Brême, est programmée pour affronter les Bleus. Il faudra bien d'autres joutes pour faire mûrir ce groupe prometteur.