Les Bleus en ordre de marche

  • A
  • A
Les Bleus en ordre de marche
Partagez sur :

En attendant Mickaël Gelabale, Tony Parker et Joakim Noah ont rejoint leurs coéquipiers de l'équipe de France à l'INSEP pour le début de la préparation au championnat d'Europe. Deux mois pour former, selon le voeu de Vincent Collet, "une véritable équipe et pas seulement un bon roster". L'épineux dossier des assurances évolue lui "positivement".

En attendant Mickaël Gelabale, Tony Parker et Joakim Noah ont rejoint leurs coéquipiers de l'équipe de France à l'INSEP pour le début de la préparation au championnat d'Europe. Deux mois pour former, selon le voeu de Vincent Collet, "une véritable équipe et pas seulement un bon roster". L'épineux dossier des assurances évolue lui "positivement". Un large sourire barre le visage de Nicolas Batum. Heureux, de son propre aveu, d'entamer à Paris une préparation de deux mois qui emmènera l'équipe de France jusqu'au championnat d'Europe lituanien. Comme Tony Parker le confirmera quelques minutes plus tard, les Bleus sont de bonne humeur mais surtout, pour la plupart, en pleine forme. Et ils ont faim de ballon. Réunis à l'INSEP depuis mardi et rejoints mercredi par le meneur des Spurs ainsi que par le très attendu Joakim Noah (Lire Noah: "Beaucoup de travail"), les uns et les autres, entre embrassades, accolades et autres mises en boite, se retrouvent avec un réel plaisir. Un facteur pas anodin, pour un groupe qui est tout simplement considéré comme l'un des plus talentueux de l'histoire des Bleus. "La cohésion de notre équipe va être fondamentale pour obtenir des résultats, confirme Vincent Collet. Si on s'en tient simplement à la composition de l'équipe, on n'ira pas loin. Mais j'ai bon espoir, notamment après en avoir discuté avec les uns et les autres, que notre état d'esprit fasse de nous une véritable équipe et pas seulement un bon roster." Celui qui ira s'asseoir sur le banc strasbourgeois dès la fin de ce rendez-vous continental (du 31 août au 18 septembre) a également une autre ambition, pour que cette équipe se distingue de ses devancières: "En 2009, on avait déjà la meilleure défense. Maintenant on aimerait développer notre jeu rapide, un secteur où on n'était pas forcément très performants il y a deux ans." Capitaine Diaw En attendant, ses troupes, au complet en attendant l'arrivée de Mickaël Gelabale, qui a dû retourner en Guadeloupe après le décès de son père, ont entamé dans le Bois de Vincennes une préparation pour l'instant uniquement axée sur le travail physique et la réathlétisation. "Il faut développer notre potentiel physique et athlétique, qui sera plus homogène à Pau (du 20 au 29 juillet, ndlr). Mais on a récupéré un groupe en meilleur état que l'an passé", apprécie-t-il. Un groupe de 16 unités, toujours emmené par son capitaine Boris Diaw ("Il n'y a pas eu d'hésitation là-dessus", reconnaît Collet), qui perdra quatre têtes avant la fin juillet. Le dernier ticket pour la Lituanie devrait se jouer entre Andrew Albicy, Fabien Causeur, voire Charles Lombahe-Kahudi, à l'issue d'un stage béarnais qui marquera le début des mises en place collectives. D'ici là, tout le monde espère que l'épineux problème des assurances des joueurs NBA n'en sera plus un. Ou, du moins, qu'il sera en passe d'être réglé. Un voeu pieu, même si Patrick Beesley espère rapidement une issue heureuse. "Nous pensons être dans une évolution positive, avoue le directeur des équipes de France. Mais il y a une forme de discrétion à ce sujet, car il ne faut rien faire pour perturber le processus de négociation." On n'en saura pas plus pas pour le moment. Mais tout le monde espère que cette affaire ne se transformera pas en feuilleton de l'été.