Les Bleus en manque de vitesse

  • A
  • A
Les Bleus en manque de vitesse
@ Reuters
Partagez sur :

JO 2010 - Les Français n'ont guère brillé dans les épreuves de vitesse.

JO 2010 - Les Français n'ont guère brillé dans les épreuves de vitesse. Là où d'autres se transcendent pour les grandes occasions, les Bleus ont parfois skié avec le frein à main à Vancouver. Le talent de MMA, l'expérience de Jacquemod, tout de même 10e du super-G, ne se sont pas pleinement exprimés sur la neige de Whistler. "Le staff ne s'attendait pas à des conditions aussi difficiles, mais plus à une neige de printemps", explique Yves Dimier, le directeur technique de l'alpin français. "On n'a pas débloqué cette appréhension. On ne s'est pas libéré, je ne sais pas pourquoi. C'est décevant, c'est frustrant car on sait qu'elles ont le ski." Marchand-Arvier, qui n'a peut-être pas su saisir sa chance en descente, n'avait que ses yeux pour pleurer samedi après avoir raté une porte au bout d'une trentaine de secondes dans le Super-G. Poisson: "De bon augure pour la suite" "C'est un terrible sentiment d'inachevé et c'est très dur", déclarait après coup "MMA". Ingrid Jacquemod est peut-être celle qui a le mieux résumé la situation: "Les courses d'un jour, ce n'est pas pour moi", a convenu l'Avaline. Yves Dimier, plus timide: "Je ne dirais pas que les filles ne sont pas aux Jeux, mais il y a un petit problème d'état d'esprit. C'est flagrant à quel point elles n'arrivent pas à se faire violence." David Poisson, lui, s'est fait violence lors de la descente, qu'il a terminée à une honorable septième place. Il n'a pas su toutefois confirmer en super-G, avec une sortie de piste. Guillermo Fayed et Johan Clarey n'ont pas existé, tandis qu'Adrien Théaux peut justifier d'une 13e place en Super-G à six dixièmes du podium. Il aura une dernière chance de faire mieux dimanche dans le Super-combiné. Mais là où les descendeurs Jean-Luc Crétier (1998, Nagano), Carole Montillet (2002, Salt Lake City) et Antoine Dénériaz (2006, Turin) avaient brillé, les Français de Vancouver ont échoué. Pour autant, David Poisson ne s'en fait pas. "On est encore une équipe assez jeune, on est en train de construire, c'est de bon augure pour la suite". Un satisfecit qui a de quoi tout de même rendre assez perplexe...