Les Bleus déroulent

  • A
  • A
Les Bleus déroulent
Partagez sur :

HANDBALL - La France bat le Brésil, samedi, lors du premier match du tournoi de Paris.

Pour son premier match dans le tournoi de Paris Ile-de-France, l'équipe de France a facilement disposé du Brésil (37-20). Un match amical encourageant.Autant la défaite de mercredi face à la Serbie avait laissé un goût amer dans la bouche de Claude Onesta, autant ce premier match du traditionnel tournoi de Paris Ile-de-France, disputé à Bercy, aura apporté son lot de bonnes nouvelles. Certes, l'adversaire brésilien présenté aux Bleus n'était pas d'un gros calibre, mais la copie rendue reste sérieuse (37-20).Ainsi, on a pu voir Bertrand Gille au charbon de son poste de pivot pendant près de 30 minutes. Surtout, le pivot a joué 15 minutes dans chacune des périodes, la douleur ne l'ayant donc pas touchée après sa première apparition sur le parquet, comme elle l'avait fait lors du premier duel face à la Serbie, le contraignant à ne pas revenir. Autre grand blessé, Daniel Narcisse a disputé 45 minutes, sans laisser apparaître la moindre gêne sur son doigt et pu démontrer qu'il n'avait rien perdu de ses qualités physiques.Joli et Barrachet, enfin en confianceAutre satisfaction, la prestation de Guillaume Joli sur son aile droite. Le Chambérien, souvent timoré avec le maillot bleu, a pleinement profité de la confiance accordée par Onesta, en se montrant virevoltant sur son côté, et impitoyable au penalty. A ses côtés lors du deuxième acte, Xavier Barrachet s'est lui aussi décomplexé, n'hésitant pas à multiplier les courses et les prises d'intervalles, tout comme Franck Junillon en fin de match.Autour, les titulaires habituels ont eux aussi assuré, à l'image d'un Michaël Guigou, impressionnant d'efficacité. Dans les buts, Thierry Omeyer et Daouda Karaboué ont fait le boulot, alors que les remplaçants de fin de rencontre, Sébastien Ostertag et Grégoire Detrez, ont su également tirer leur épingle du jeu. Il faudra désormais confirmer cette performance, dimanche, face à un adversaire d'un autre calibre : l'Islande, victorieuse de l'Espagne un peu plus tôt dans l'après-midi (30-27), pour une revanche de la finale des Jeux Olympiques 2008.