Les Bleus chutent d'entrée

  • A
  • A
Les Bleus chutent d'entrée
@ Maxppp
Partagez sur :

VOLLEY - Les Bleus ont perdu face à l'Italie pour leur entrée en lice en Ligue Mondiale.

VOLLEY - Les Bleus ont perdu face à l'Italie pour leur entrée en lice en Ligue Mondiale.C'est peut-être ce que l'on appelle une crise de croissance. Pour leur retour à la compétition dans le costume de vice-champion d'Europe, les Bleus ont essuyé une cinglante défaite face à l'Italie, certainement désireuse de rappeler à leur adversaire du jour qu'elle reste l'une des nations phare du volley mondial. 3-0, le score est sans appel, et donnera certainement à Philippe Blain de nombreux axes de travail. Une fois n'est pas coutume, tout se sera peut-être joué dans la... première manche dans cette rencontre. Les Français se procurent en effet deux balles de set, mais se montrent alors incapables d'inscrire le dernier, butant tant et plus sur un contre italien que Philippe Blain avait érigé en modèle. Le technicien tricolore est un fin connaisseur, tant Savani et consorts auront régné au-dessus du filet, poussant constamment les Bleus à la faute ou leur renvoyant leurs tentatives. Plus réalistes, les Italiens concluent eux sur leur première opportunité, profitant d'une attaque ratée d'Earvin Ngapeth pour prendre l'avantage au score.Un service peu performantLa deuxième manche voit les Tricolores rivaliser avec leurs adversaires, aucune des deux équipes ne parvenant à creuser l'écart jusqu'au dernier instant, moment choisi par l'Italie pour porter l'estocade et remporter la deuxième manche 26-24.Dos au mur, les Bleus donnent l'impression de réagir en début de troisième manche, se détachant rapidement 6-2. Mais les Transalpins, une fois passée la phase de décompression, repartent de l'avant et asphyxient totalement le jeu d'attaque des Bleus, lisant parfaitement les systèmes offensifs français. Menés 9-6, les hommes d'Andrea Anastasi enclenchent la marche avant et semblent flotter, portés par leur public parmesan à mesure que les Bleus sombrent. Et comme un symbole, c'est sur un ultime service raté que l'Italie s'impose finalement 25-17 dans cette troisième manche. Dans un entretien accordé à notre site, Philippe Blain avait pourtant estimé que la mise en jeu et la variété offensive étaient les atouts maître de sa formation. Nul doute que le technicien devra revisionner les images de cette petite leçon pour comprendre rapidement ce qui s'est –mal- passé à Parme. Rapidement, car il faudra à nouveau affronter le triple champion du monde dès samedi, toujours chez lui, mais cette fois à Modène. En espérant que cela ne tourne pas, une fois encore, au vinaigre...