Les Bleus ambitieux

  • A
  • A
Les Bleus ambitieux
@ Reuters
Partagez sur :

ATHLETISME - L'équipe de France peut viser de nombreuses médailles aux championnats d'Europe.

ATHLETISME - L'équipe de France peut viser de nombreuses médailles aux championnats d'Europe. LES FAVORIS Pour beaucoup de Français, tout autre métal que l'or aura certainement un gout amer. A commencer par Teddy Tamgho, qui a littéralement explosé en 2010. Le triple sauteur francilien survole sa discipline, même à l'échelle planétaire. Il est seul cette année à avoir franchir les 17,50 m et de quelle manière : 17,98 m à New York en juin, troisième performance de l'histoire. Seule ombre au tableau, et de taille : une vilaine blessure au mollet contractée aux championnats de France début juillet... Pour Renaud Lavillenie, en revanche tout va bien. Le Cognaçais est tout simplement invaincu à la perche cette saison, notamment en Diamond League. Personne, même le champion du monde, l'Australien Hooker, n'a fait mieux que ses 5,94 m cette année. Idem sur le 3000 mètres steeple, où Mahieddine Mekhissi-Benabbad et Bouabdellah Tahri font mieux que rivaliser avec les Kenyans. Le doublé européen leur est promis. Christophe Lemaître, lui, s'attend à un gros duel avec Dwayne Chambers. Le britannique (9"99) et le Savoyard (9"98, record de France) sont les deux seuls Européens sous les 10 secondes en 2010. Lemaître compterait également parmi les grands favoris sur le 200 mètres, si jamais il décidait de doubler les deux distances, ce qui n'est pas acquis. Un triplé est même envisageable avec Martial Mbandjock, Ronald Pognon et David Alerte sur le 4x100 mètres, qui reste toutefois sur une sortie ratée au meeting Areva. Favori également, Salim Sdiri, même si le haut niveau européen est très dense cette année à la longueur. Première française à passer sous les 4 minutes sur le 1500 mètres, au Stade de France le 16 juillet, Hind Dehiba peut également rêver d'or, même s'il sera compliqué d'aller chercher la Russe Alminova (3'57''65 cette année). LES OUTSIDERS Ils comptent parmi les meilleurs performeurs du Vieux Continent et sont des candidats légitimes pour un podium. C'est le cas de Martial Mbandjock, troisième chrono européen cette année en 10"08 sur 100 mètres, qui aura face à lui des clients comme les expérimentés Marc Lewis-Francis ou Francis Obikwelu. Mbandjock aura également sa chance sur le 200 mètres, tout comme David Alerte. Habitué des grands championnats, Leslie Djhone débarque à Barcelone avec le 7e temps de l'année sur le tour de piste, assez loin du Belge Jonathan Borlée qui l'a battu à Saint-Denis. Sur le demi-fond, Yoann Kowal peut créer la surprise sur le 1500 mètres en l'absence de Mehdi Baala, tenant du titre, tout comme Vincent Zouaoui Dandrieux derrière Tahri et Mekhissi sur le 3000 mètres steeple. Le champion de France du 100 mètres haies, Dimitri Bascou (13"42), et Garfield Darien (13"40) ne sont pas loin de la référence européenne, les 13"27 du Tchèque Svoboda. Le Belfortais Fadil Bellaabouss, spécialiste du 400 mètres haies, le décathlonien Romain Barras et la Frano-camerounaise Véronique Mang (11"20 sur 100 mètres) pointent quant à eux au deuxième rang au bilan européen. Idem pour Romain Mesnil à la perche, que les 5,80m réalisés il y a peu à Castres placent à hauteur des Allemands Holzdeppe et Mohr, et du Polonais Michalski. Mais le Français, vice-champion du monde, possède un vécu qui fait de lui un candidat légitime pour –au moins - la médaille d'argent, derrière Renaud Lavillenie. LES INCONNUES Où en est Ladji Doucouré ? Sans réaliser les minima, le champion du monde 2005 a été repêché par la DTN à la dernière minute. Un choix justifié par Ghani Yalouz, qui expliquait récemment sur les ondes de RMC que Doucouré allait "jouer le rôle de grand frère" à Barcelone. Ses 13"54 réalisés il y a peu à Castres le place assez loin de la concurrence, mais Doucouré vient tout juste de revenir après une blessure à la cuisse. Et son entraîneur, Renaud Longuèvre, affirme que le Parisien est sur la bonne voie. Autre habituelle tête d'affiche de l'athlétisme tricolore, Christine Arron, si elle est encore dans le coup, pointe assez loin au bilan 2010 avec ses 11"30. Mais la Guadeloupéene aime cette compétition. A Budapest, en 1998, elle avait ajouté le record d'Europe (10"73) à la médaille d'or. Une troisième médaille européenne n'est pas inenvisageable. En revanche, cela risque d'être plus difficile pour Muriel Hurtis-Houairi, reconvertie sur le tour de piste, et championne de France sur la distance avec un temps moyen (51"82). Mais Hurtis est parvenue à réaliser les minima in extremis (51"41 à Castres). Alors pourquoi ne pas rêver ?