Les Bleues toujours en vie

  • A
  • A
Les Bleues toujours en vie
Partagez sur :

Battue par la Norvège et la Hongrie lors de ses deux premiers matches de l'Euro, l'équipe de France a réagi vendredi en s'imposant avec la manière face à la Slovénie (29-19). Grâce à ce succès, les filles d'Olivier Krumbholz accèdent au second tour, mais avec zéro point. Autant dire que la qualification pour les demi-finales s'annonce particulièrement compliquée.

Battue par la Norvège et la Hongrie lors de ses deux premiers matches de l'Euro, l'équipe de France a réagi vendredi en s'imposant avec la manière face à la Slovénie (29-19). Grâce à ce succès, les filles d'Olivier Krumbholz accèdent au second tour, mais avec zéro point. Autant dire que la qualification pour les demi-finales s'annonce particulièrement compliquée. Un grand soulagement. Tel doit être le sentiment des Bleues après la victoire obtenue vendredi soir à Lillehammer face à la Slovénie. Dominée par la Norvège (22-33), puis par la Hongrie (18-21), lors de ses deux premiers matches de la compétition disputés mardi et mercredi, l'équipe de France n'avait pas le droit à l'erreur face à une équipe certes beaucoup plus modeste que ses deux précédents adversaires, mais qui jouait également son va-tout dans la compétition. Les Tricolores ont su hausser leur niveau de jeu pour obtenir un large succès (29-19) qui leur ouvre les portes du deuxième tour, au sein duquel elles retrouveront la Suède, les Pays-Bas et l'Ukraine en début de semaine prochaine. Mais elles débuteront ce tour principal sans le moindre point, ce qui pourrait s'avérait rédhibitoire en vue d'une qualification pour les demi-finales. Dès le début de la rencontre, les filles d'Olivier Krumbholz, qui avait choisi d'aligner Cléopâtre Darleux d'entrée dans le but à la place d'Amandine Leynaud, assument leur statut de vice-championnes du monde en prenant rapidement l'avantage (3-0), grâce notamment à Mariama Signate, auteur d'un 3/4 d'entrée aux tirs (5-2). S'appuyant sur une défense retrouvée, les Bleues continuent de faire la course en tête jusqu'au repos (15-9). Leur seul passage à vide a finalement lieu au retour des vestiaires et permet aux Slovènes de revenir à quatre buts (16-12). Herbrecht touchée au genou Le moment choisi par Olivier Krumbholz pour utiliser un temps-mort et fustiger le comportement défensif de ses troupes. Un coup de gueule apparemment salutaire puisque les Tricolores enchaînent ensuite par un 7 à 0 qui leur permet de se détacher au tableau d'affichage (23-12). Un avantage qu'elles parviendront à gérer sans trop de difficultés jusqu'au coup de sifflet final (29-19). Plus solide en défense et enfin efficace en attaque (7 buts pour Signate, 5 pour Camille Ayglon), l'équipe de France a retrouvé les vertus qui lui ont permis l'an dernier de se hisser jusqu'en finale du Mondial disputé en Chine. Seule ombre au tableau, la blessure au genou, en début de seconde période, de Sophie Herbrecht, qui n'est ensuite plus apparue sur le parquet. Olivier Krumbholz a-t-il décidé de la préserver pour les échéances à venir ou est-elle sérieusement touchée ? En cas d'indisponibilité de la Nîmoise, la tâche des Tricolores, déjà particulièrement ardue, pourrait s'avérer encore plus compliquée que prévue.