Les Bleues sauvent leur tête

  • A
  • A
Les Bleues sauvent leur tête
@ Reuters
Partagez sur :

FED CUP - Victorieuse de l'Allemagne (3-2), la France reste dans le groupe mondial.

FED CUP - Victorieuse de l'Allemagne (3-2), la France reste dans le groupe mondial. Tout un symbole... le salut de l'équipe de France sera finalement venu – en partie – de la raquette de celle qui semblait maudite en sélection. A huit reprises, dont six en solitaire, Alizé Cornet avait quitté le court la tête basse au sortir d'un match de Fed Cup. Une image qui appartient désormais au passé, suppléée par l'euphorie communicative et partagée de la Niçoise, enfin victorieuse, ce dimanche au côté de Julie Coin, sous la bannière tricolore. Et quelle victoire ! Sous la menace réelle d'une relégation inédite depuis la création de la Coupe Davis au féminin, en 1963, la France, grâce à ce succès, s'est sauvée in extremis face à l'Allemagne, après avoir été menée deux fois au score. Une vraie performance au vu de l'inexpérience des Bleues. Héroïne la veille pour son baptême du feu en Fed Cup alors qu'elle avait remis les pendules à l'heure face à Tatjana Malek après la défaite initiale de Pauline Parmentier contre Andrea Petkovic, Aravane Rezaï était pourtant tombée sur un os ce dimanche midi. Aussi autoritaire qu'elle avait pu l'être devant la Nordiste samedi, la tête d'affiche du tennis allemand en l'absence de Sabine Lisicki s'imposait (6-1, 7-6). "On ne peut pas toujours gagner, j'apprends, comme une autre joueuse, soufflait à l'issue du match une Aravane Rezaï qui 24 heures plus tôt découvrait la compétition. Il ne faut pas oublier que c'est ma première sélection et mon deuxième match. Maintenant, j'espère que Pauline va gagner son simple." Parmentier relance les Bleues Aussitôt dit, aussitôt fait... ou presque. Remontée au lendemain de son pénalisant revers face à Petkovic, Pauline Parmentier s'est imposée avec autorité face à Julia Goerges, appelé à remplacer Malek pour ce quatrième simple de la confrontation (7-6, 6-4). "Plus que du soulagement, je ressens beaucoup de joie, réagissait à sa sortie du court ocre l'intéressée. Le soulagement, il sera là si on arrive à ramener le point du double. On est toujours dans la partie et je fais confiance aux filles. On va aller chercher ce point !" A l'instar du voeu émis par Aravane Rezaï, celui de Pauline Parmentier ne tardait pas à être exaucé. Il ne fallait pas plus de 58 minutes en effet à la doublette Alizé Cornet-Julie Coin pour prendre la mesure de duo Andrea Petkovic-Kristina Barrois. Deux breaks assurés tôt dans chacun des deux sets, et plus encore dans la seconde manche, suffisait au bonheur des filles de Nicolas Escudé, et du tennis féminin français (6-3, 6-1). Comme en 2008, comme en 2009, les barrages auront souri aux Bleues. Gageons que 2011 nous offrira une campagne tricolore plus sereine...