Les Bleues passent à l'attaque

  • A
  • A
Les Bleues passent à l'attaque
Partagez sur :

Après leur cinquième place lors du dernier Euro, les Bleues sont de nouveau sur le pont. Rassemblée depuis lundi à Metz, l'équipe de France dispute le tournoi des Quatre Nations, dès jeudi, à Sarrebrück. L'occasion pour Olivier Krumbholz de remobiliser ses troupes, et de continuer à travailler, notamment l'attaque placée. Avec pour objectif le match de qualification pour le Mondial, face à la Slovénie, début juin.

Après leur cinquième place lors du dernier Euro, les Bleues sont de nouveau sur le pont. Rassemblée depuis lundi à Metz, l'équipe de France dispute le tournoi des Quatre Nations, dès jeudi, à Sarrebrück. L'occasion pour Olivier Krumbholz de remobiliser ses troupes, et de continuer à travailler, notamment l'attaque placée. Avec pour objectif le match de qualification pour le Mondial, face à la Slovénie, début juin. "Reprendre notre handball par le bon bout." Après quatre mois sans voir ses joueuses, Olivier Krumbholz a retrouvé son groupe, lundi, à Metz. Une équipe de France prête à se mettre au boulot, avec en point de mire la double confrontation face à la Slovénie (5 et 12 juin prochain), qualificative pour le Mondial de décembre, organisé au Brésil. En vue de cette échéance, le sélectionneur dispose donc d'une semaine de rassemblement, avec notamment le tournoi des Quatre Nations, qui se déroule à partir de jeudi, à Sarrebrück, en Allemagne. "Ça serait bien de repartir sur une bonne dynamique, de retrouver notre meilleure qualité de jeu, celle de la fin de l'Euro, et ne pas repartir en arrière", confie Krumbholz, qui s'est pour cela attelé à un grand chantier pour ces Bleues: l'attaque placée. "Il nous manque de la continuité de jeu. On a trop de ballons enterrés, c'est-à-dire qu'on se fait trop arrêter l'attaque par la défense. Il y a trop de déchets, on est trop imprécis", explique le coach, qui a axé sa semaine de travail sur ce point. "On peut leur faire confiance sur la combativité" Et si le délai est court, il estime avoir à faire à des joueuses concernées. "Elles sont complètement ouvertes. On sent une volonté et des progrès", confirme un sélectionneur qui demeure convaincu de la qualité de son groupe: "On n'est pas si loin que ça des meilleurs. En faisant simplement des progrès, et en se battant pour changer les choses -même si elles ne changeront pas du jour au lendemain- ça sera déjà une bonne nouvelle." Pour ce tournoi, qui les verra affronter la Norvège, l'Allemagne, puis l'Espagne, les Bleues y vont donc "pour gagner". "Si on va dans les tournois, c'est pour les gagner, sinon ce n'est pas la peine d'aller dans les compétitions officielles", assène-t-il. Pour ce qui est de la Slovénie, en juin prochain, pas besoin de rabacher l'objectif à ses joueuses. "On est surtout fixé sur des problématiques de jeu car je sais qu'on peut leur faire confiance sur la combativité, explique Krumbholz pour conclure. "Parler de la qualif', à quoi ça sert ? Toutes les joueuses françaises ont envie d'aller au Mondial. On sait qu'elles vont répondre présent. Ce qu'on veut, c'est les faire progresser."