Les Bleues à l'assaut des Canucks

  • A
  • A
Les Bleues à l'assaut des Canucks
Partagez sur :

Après le succès initial face au Nigeria (1-0), l'équipe de France a l'opportunité de valider son ticket pour les quarts de finale de la Coupe du monde dès jeudi face à une équipe du Canada qui a souffert face à l'Allemagne mais qui possède de grosses qualités. Un gros défi pour les filles d'un Bruno Bini qui s'attend à une belle "opposition de styles". Les Bleues tenteront de faire la différence grâce à leur technique.

Après le succès initial face au Nigeria (1-0), l'équipe de France a l'opportunité de valider son ticket pour les quarts de finale de la Coupe du monde dès jeudi face à une équipe du Canada qui a souffert face à l'Allemagne mais qui possède de grosses qualités. Un gros défi pour les filles d'un Bruno Bini qui s'attend à une belle "opposition de styles". Les Bleues tenteront de faire la différence grâce à leur technique. Un gros défi. Après une entame réussie face au Nigeria, l'équipe de France va se confronter jeudi à une équipe encore plus redoutable. Le Canada a en effet remporté les éliminatoires de la zone Concacaf sans encaisser le moindre but. Une première pour des Nord-américaines expérimentées qui, à l'exception de la première phase finale, ont participé à toutes les coupes du monde. Et si elles ont mis le temps à mettre la machine en route face à l'Allemagne, elles ont fini en trombe en faisant trembler les hôtes du tournoi victorieuses 2-1. "Elles n'ont pas à rougir de leur performance. Sur la fin du match cela aurait pu basculer en leur faveur", confirme Sonia Bompastor, sur le site de la FFF. Celle qui va fêter jeudi a 130e sélection sait à quoi s'attendre. "Quand j'étais aux Etats-Unis j'ai évolué avec certaines joueuses qui évoluent avec le Canada. Leur style est basé sur le côté athlétique mais l'arrivée au poste de sélectionneur de Carolina Morache leur a donné une nouvelle dimension avec un aspect tactique très présent", explique l'expérimentée défenseur des Bleues. De quoi donner du fil à retordre à des Bleues qui sont malgré tout relativement sereines. Du jeu, toujours du jeu "On a trois points en poche et personne ne pourra nous les enlever", glisse Bruno Bini sur le site de la FFF. "Commencer une compétition comme ça, c'est l'idéal, on a notre destin en mains. Dans ce groupe, on a trois finales, il faut en gagner deux pour aller en quarts. On a gagné la première, il nous en reste une sur deux." Une situation attendue de longue date par le sélectionneur qui ne partira évidemment pas dans l'inconnue pour ce deuxième match du Mondial allemand qui tient toutes ses promesses avec notamment des stades très remplis. Le sélectionneur français s'attend à "une opposition de style, elles sont plus athlétiques, je pense qu'on est plus technique. Ça va être comme d'habitude contre ces équipes: à un duel physique on va répondre par un duel technique et tactique", nous glissait-il dans les salons de Clairefontaine avant même le départ en Allemagne. De fait, Les Bleues, qui assurent n'avoir peur de rien, ne renieront pas leur farouche volonté de toujours jouer. Une confiance évidente née de la réussite devant le but de Marie-Laure Delie mais aussi grâce aux prestations d'une Louisa Necib élue joueuse du match face au Nigeria qui sera épaulée par Camille Abily ou Elise Bussaglia pour mettre le feu à la défense du Canada.