Les bad boys de la Roma

  • A
  • A
Les bad boys de la Roma
Partagez sur :

"Nous devons gérer nos émotions." Cette phrase prononcée par l'entraîneur de la Roma, Vincenzo Montella, montre dans quel état de nervosité se trouvent les Giallorossi, éliminés cette semaine de la Ligue des champions par le Shakhtar Donetsk. La Louve semble au bord de l'explosion à l'aube du 136e derby de Rome, programmé dimanche après-midi, lors de la 29e journée de Serie A. Zoom sur quatre de ses bad boys.

"Nous devons gérer nos émotions." Cette phrase prononcée par l'entraîneur de la Roma, Vincenzo Montella, montre dans quel état de nervosité se trouvent les Giallorossi, éliminés cette semaine de la Ligue des champions par le Shakhtar Donetsk. La Louve semble au bord de l'explosion à l'aube du 136e derby de Rome, programmé dimanche après-midi, lors de la 29e journée de Serie A. Zoom sur quatre de ses bad boys. Daniele De Rossi, milieu, 27 ans: Footballeur ascendant catcheur. Le vice-capitaine de l'AS Rome a mis K.O. le capitaine du Shakhtar Donetsk, Darijo Srna, mardi soir, en Ukraine, en huitièmes de finale retour de la Ligue des champions (0-3). Comment ? En lui donnant volontairement un violent coup de coude au visage ! Le pire reste à venir: l'arbitre central de la rencontre, Howard Webb, a brandi le carton jaune vers... le Croate, désabusé. Pas vu pas pris, l'Italien (62 sélections), encore remonté comme un coucou cette saison, ne l'a pas été complètement. L'UEFA a en effet ouvert une enquête et pourrait lui infliger jusqu'à quatre matches de suspension. Il se murmure même que Cesare Prandelli, le nouveau sélectionneur de la Squadra Azzurra, réfléchirait à se passer de ses services. Au nom de l'éthique. On a que ce que l'on mérite... Philippe Mexès, défenseur, 28 ans: Mardi soir, à Donetsk, l'ancien joueur d'Auxerre avait une dent contre Luiz Adriano, l'un des nombreux Brésiliens du Shakhtar. Mexès le pitbull a montré les crocs par deux fois, ce qui lui a valu deux cartons jaunes, synonymes de renvoi à la niche dès la 41e minute de jeu ! Mais, rassurez-vous, le Toulousain a la mauvaise habitude de se faire expulser. Depuis son arrivée dans la Ville éternelle en août 2004, il a vu rouge à sept reprises et a été averti à quarante-cinq occasions en Serie A... Au mois de septembre dernier, à Brescia (1-2), "Philou" a littéralement pété les plombs suite à son expulsion injustifiée. Il a quitté le terrain en larmes, fou de rage contre un arbitre assistant puis le quatrième officiel. Verdict ? Trois matches de suspension. Et ce n'est qu'un exemple parmi tant d'autres... Francesco Totti, attaquant, 34 ans: Le meilleur buteur de l'histoire de la Roma s'est assis sur le banc des remplaçants, mardi soir, pour le huitième de finale retour de Ligue des champions contre le Shakhtar Donetsk. Il a donc pu admirer la prise de catch tentée par son coéquipier et ami Daniele De Rossi sur Darijo Srna. "Je suis certain qu'il est le premier à savoir qu'il a fait une erreur et qu'il saura comment s'en sortir", a-t-il affirmé après coup sur son site Internet. Avant de nous rappeler: "Moi aussi, je suis passé par là". Notamment le 5 mai 2010, en finale de la Coupe d'Italie, face à l'Inter Milan (0-1). A deux minutes du terme de la rencontre, il a carrément shooté Mario Balotelli dans le seul but de lui faire du mal ! Résultat: Quatre matches de suspension. Logique. Au moins, Totti n'est pas le capitaine emblématique des Giallorossi pour rien... Nicolas Burdisso, défenseur, 29 ans: Lui aussi a eu son quart d'heure de honte. Le 11 septembre 2010, à l'occasion de la deuxième journée du championnat d'Italie, l'AS Rome se rend à Cagliari (1-5). L'Argentin ne fait pas le déplacement pour rien puisqu'il tacle très violemment Daniele Conti aux six mètres, les deux pieds décollés du sol. Pendant qu'il est invité à regagner les vestiaires, sa victime est conduite à l'hôpital pour se faire poser... trente points de suture ! "J'ai demandé pardon à la fin du match. Je tiens à souligner que je suis allé pour prendre la balle et pas le genou. J'y suis assurément allé avec trop de grinta. Je suis tellement déçu, je n'avais pas l'intention de lui faire mal. Je savais que mon match s'arrêterait là." Grâce à ces fausses excuses, Burdisso n'a été suspendu que pour deux rencontres de Serie A...