Les aveux de l'ex-médecin de BigMat

  • A
  • A
Les aveux de l'ex-médecin de BigMat
Partagez sur :

Selon des informations du quotidien L'Equipe, Philippe Bedoucha, l'ex-médecin de Big-Mat Auber 93, aurait avoué la vente d'EPO lors de sa garde-à-vue. Mis en examen et entendu en janvier prochain, ce praticien de 61 ans aurait perçu jusqu'à 16 000 euros dans ce commerce illégale. Arnold Jeannesson, l'espoir français de la FDJ, est mis hors de cause.

Selon des informations du quotidien L'Equipe, Philippe Bedoucha, l'ex-médecin de Big-Mat Auber 93, aurait avoué la vente d'EPO lors de sa garde-à-vue. Mis en examen et entendu en janvier prochain, ce praticien de 61 ans aurait perçu jusqu'à 16 000 euros dans ce commerce illégale. Arnold Jeannesson, l'espoir français de la FDJ, est mis hors de cause. Placé à garde-à-vue fin novembre, Philippe Bedoucha serait passé aux aveux et aurait reconnu la vente de produits dopants. C'est ce que révèle le quotidien L'Equipe dans son édition datée de ce mercredi. Médecin de la formation BigMat-Auber 93, qui évolue au niveau Continental (troisième division), il aurait fourni des seringues d'EPO, huit au total, à Jean-Philippe Tellier, un sapeur-pompier champion du monde chez les vétérans, contre une somme allant de 3 500 à 4 000 euros. Le journal sportif évoque une source proche du dossier qui estimerait à 16 000 euros le montant du commerce illégal pratiqué par Bedoucha, lequel aurait également vendu des hormones de croissance. Dans sa déposition, le médecin généraliste a reconnu avoir prescrit, à distance, des corticoïdes à des coureurs, mais il a nié l'existence d'un dopage organisé au sein de BigMat dont il s'est occupé jusqu'en 2010. Jean-Philippe Tellier, placé aussi en garde-à-vue mais pas encore mis en examen, se serait également fourni en divers produits dopants. Une perquisition menée à son domicile aurait permis de découvrir une pharmacie contenant de la testostérone, du clenbutérol et des corticoïdes notamment. Le coureur assurerait toutefois que tous ces médicaments ne proviendraient pas uniquement de Bedoucha. Tellier et Geoffrey Clochez, autre coureur placé en garde-à-vue, n'ont jamais été licenciés chez BigMat. Les membres de la formation française entendus dans le cadre de l'enquête, sept au total, n'ont pas relevé de pratique illégale dans les traitements administrés par leur ancien médecin. Parmi eux, Arnold Jeannesson, qui a couru sous le maillot de BigMat en 2008, a été entendu en tant que témoin. L'espoir tricolore, quinzième du Tour de France l'été dernier, a été mis hors de cause par Bedoucha, qui a certifié que le coureur de la FDJ n'était pas concerné par ces pratiques. L'ex-médecin devra répondre lors de son instruction menée par le juge Noël Michaud. Il pourrait être entendu au cours du mois de janvier. On connaîtra alors l'épilogue de cette affaire de dopage qui touche le monde amateur, largement regrettée par David Lappartient, le président de la Fédération française de cyclisme (FFC).