Les au revoir de Delobel-Schoenfelder

  • A
  • A
Les au revoir de Delobel-Schoenfelder
@ Reuters
Partagez sur :

JO 2010 - Le couple français a achevé sa carrière sur une 6e place en danse sur glace.

JO 2010 - Le couple français a achevé sa carrière sur une 6e place en danse sur glace. Une émotion palpable pour un dernier programme qui ressemble à leur histoire commune. Un programme libre de toute beauté, sans fausse note technique, réalisé avec une belle justesse. Isabelle Delobel et Olivier Schoenfelder ont dansé une dernière fois en compétition officielle sur un air de « la Quête » de Jacques Brel qui a manifestement bien mieux fonctionné que leur French Cancan de dimanche, qui avait pourtant enflammé le public, puisque les juges leur ont attribué une note de 97.06. "Cela clôture notre carrière, c'était un bonheur, on a passé beaucoup de caps difficiles et on est resté soudé. C'est fabuleux de terminer sur une super compétition", explique Isabelle Delobel à l'antenne de France 2. Une participation aux Jeux Olympiques qui a ressemblé à une course-poursuite pour le duo tricolore puisqu'Isabelle a accouché le 2 octobre dernier. Une performance pour les deux patineurs qui ont été privés d'entraînement en commun durant de longues semaines avant de travailler d'arrache-pied pour tenter de compenser ce retard. Ils y sont quasiment parvenus. "On est fier de ce que l'on a accompli même si la compétition ne s'est pas déroulée comme on l'aurait aimé. On a été professionnel et on s'est fait plaisir. Ce sont des au revoir, pas des adieux", ajoute Olivier Schoenfelder. Ce ne sera évidemment pas lors des prochains Mondiaux à Turin au mois de mars mais bien lors de galas à venir qui permettront à ce couple champion du monde en 2008 de régaler leur public "sans la pression de la compétition". Virtue et Moir en or Ces Jeux Olympiques leur auront permis de transmettre le témoin à Nathalie Pechalat et Fabian Bourzat qui ont dansé sur « Requiem for a dream ». Leur programme, moins excentrique qu'à l'accoutumé, est une belle réussite avec un engagement de tous les instants, un rythme très soutenu et une maîtrise technique au point. Une belle récompense pour ce duo parti s'entraîner à Moscou pour continuer à progresser. Il leur reste néanmoins une certaine marge de progression pour arriver au niveau des champions olympiques canadiens Tessa Virtue et Scott Moir qui ont enflammé le Pacific Coliseum lors de leurs deux programmes. Elégants, efficaces dans leur patinage avec des portés parfaits, ils avaient tout simplement tout pour eux. Pour preuve les six points d'écart qui les séparent des Américains Meryl Davis et Charlie White également entrainés par Igor Shpilband et Marina Zoueva. Ces deux duos Nord-Américains ont en tout cas réussi la performance de devancer le couple russe Oksana Domnina et Maxim Shabalin, champion du monde et double champion d'Europe en titre.