Les arbitres rentrent dans le rang

  • A
  • A
Les arbitres rentrent dans le rang
Partagez sur :

Au coeur de la polémique depuis ce week-end, les arbitres de Ligue 1 se sont expliqués ce mardi avec Fernand Duchaussoy, président de la fédération française de football, et Marc Batta, directeur national de l'arbitrage. Ils reprendront tous le chemin des terrains "sans condition". Tout ça pour ça...

Au coeur de la polémique depuis ce week-end, les arbitres de Ligue 1 se sont expliqués ce mardi avec Fernand Duchaussoy, président de la fédération française de football, et Marc Batta, directeur national de l'arbitrage. Ils reprendront tous le chemin des terrains "sans condition". Tout ça pour ça... Les arbitres voulaient se faire entendre. Mais leurs revendications n'ont trouvé aucun écho. La Fédération française de football a annoncé ce mardi, via un communiqué de presse, que les sifflets de l'élite ont "unanimement accepté de reprendre le chemin des terrains et ce, sans condition". Cibles des critiques depuis plusieurs semaines, ils avaient décidé de retarder le coup d'envoi des rencontres de la 26e journée de Ligue 1 d'un quart d'heure avant que la FFF ne les remplace par des amateurs. Leurs colères étaient multiples, ce qui les a finalement rendues inaudibles. S'ils souhaitaient avant tout apaiser le climat entourant leurs décisions, trop souvent contestées à leur goût depuis quelques temps, les arbitres du Safe (Syndicat des arbitres de football élite) réclamaient également une part plus importante des recettes de leur employeur, la "3F", qui vient de passer un contrat juteux avec l'équipementier Nike à hauteur de 42,6 millions d'euros par saison sur sept ans et demi. Invités à débattre du problème dans les locaux de la fédération française ce mardi, à la demande du directeur national de l'arbitrage, Marc Batta, et en accord avec Fernand Duchaussoy, président de la FFF, les vingt-trois arbitres de Ligue 1 sont visiblement ressortis les poches vides du 87, boulevard de Grenelle, dans le 15e arrondissement de Paris. Tout juste ont-ils pu "échanger [...] d'une part sur les problèmes suscités par leur mouvement de protestation lors de la dernière journée de championnat et, d'autre part, sur les différentes revendications du corps arbitral de l'élite", précise la "3F". Et les arguments de Marc Batta sur l'image que les officiels allaient donner d'eux s'ils poursuivaient leur mouvement ont semble-t-il suffi à les convaincre de faire marche arrière. Duchaussoy salue leur "sens des responsabilités""Ces discussions, qui se sont déroulées dans un climat serein et constructif, ont permis au directeur national de l'arbitrage d'attirer l'attention des arbitres sur les éventuelles conséquences désastreuses de leur démarche de protestation en ce qui concerne le bon déroulement des championnats professionnels", poursuit la fédération. De leur côté, les arbitres de l'élite ont saisi l'opportunité de cette séance de travail pour sensibiliser les instances du football français sur la nécessité, dans l'intérêt du jeu, de protéger davantage la fonction arbitrale." Message reçu par Fernand Duchaussoy, qui a tenu à "souligner le sens des responsabilités dont ont fait preuve les arbitres de l'élite pour éviter une crise qui aurait sérieusement porté préjudice à l'image globale du football hexagonal et pénalisé la poursuite des championnats". "J'en appelle à présent au même sens des responsabilités de la part de tous les acteurs du football afin de reprendre le cours normal des compétitions. Les conditions précises de cette reprise seront étudiées et définies par les dirigeants de la fédération et sa direction nationale de l'arbitrage dans les prochaines heures."