Les amateurs pas à la fête

  • A
  • A
Les amateurs pas à la fête
Partagez sur :

À en croire la BBC, les World series of boxing (WSB) auraient reçu des millions de dollars afin d'assurer à l'Azerbaïdjan des médailles d'or aux Jeux Olympiques de 2012 à Londres. Et dire que les championnats du monde amateurs, qualificatifs pour les JO, débutent dès lundi à Bakou en Azerbaïdjan...

À en croire la BBC, les World series of boxing (WSB) auraient reçu des millions de dollars afin d'assurer à l'Azerbaïdjan des médailles d'or aux Jeux Olympiques de 2012 à Londres. Et dire que les championnats du monde amateurs, qualificatifs pour les JO, débutent dès lundi à Bakou en Azerbaïdjan... La polémique est engagée aux seizièmes championnats du monde de boxe amateur, qui commencent lundi (jusqu'au 8 octobre), à Bakou en Azerbaïdjan. Jeudi soir, la BBC, à travers un reportage diffusé dans l'émission Newsnight, a révélé qu'un ressortissant azerbaïdjanais avait versé 9 millions de dollars (plus de 6,6 millions d'euros) aux World series of boxing (WSB), l'une des compétitions organisée par l'Association internationale de boxe amateur (AIBA) et dont la première édition a été remportée au mois de mai par le Paris United de Brahim Asloum. En contrepartie, les boxeurs azerbaïdjanais auraient la garantie de décrocher deux médailles d'or aux Jeux Olympiques de 2012 à Londres, à la charge de... l'AIBA. Le président de l'AIBA justement, le Taiwanais Ching-Kuo Wu, a réfuté ces accusations de la BBC, les qualifiant de "fausses et ridicules". "Les WSB sont menées de manière totalement transparente", a-t-il ajouté. Pourtant, quatre témoins affirment le contraire dans le reportage: Rudel Obreja, président de la Fédération roumaine de boxe ; Jeffrey Benz, ancien salarié des WSB ; et deux hommes sous couvert d'anonymat. "Ivan Khodabakhsh (directeur exécutif des WSB, ndlr) s'est vanté qu'il n'y avait pas besoin de s'inquiéter, que les WSB avaient les fonds nécessaires pour payer leurs factures. Tant que les Azéris auront leurs médailles, les WSB auront de l'argent", clament-ils. Nato: "Qualifier entre six et huit garçons" Bien sûr, Khodabakhsh a nié toutes ces allégations. De son côté, Wu a répété à qui voulait l'entendre que l'AIBA avait passé les quatre dernières années à "nettoyer la maison de la boxe" et que la corruption ainsi que la manipulation n'avaient pas leur place dans le sport. Mais le doute s'est vraiment installé. Comment un investisseur peut-il sciemment injecter de l'argent dans quelque chose qui ne rapporte pas ? "Si il arrive dans ce schéma avec 10 millions de dollars, je pense qu'il débarque d'une autre planète", s'exclame le promoteur Barry Hearn, à propos de ce fameux investisseur anonyme. En attendant, l'AIBA a créé une commission d'enquête et les Mondiaux, qualificatifs pour les JO, sont sur le point de débuter. La Direction technique nationale a d'ailleurs retenu huit athlètes français sur dix possibles pour cet évènement ô combien important réunissant 127 pays et 685 pugilistes: Jérémy Beccu (49 kg), Nordine Oubaali (52 kg), Anthony Bret (54 kg), Samir Machrouh (64 kg), Alexis Vastine (69 kg), Michel Tavares (75 kg), Ludovic Groguhe (81 kg) et Tony Yoka (+91 kg). Ils sont arrivés jeudi à Bakou, accompagnés de leurs entraîneurs Kevinn Rabaud, Jean Savarino et John Dovi. "L'objectif avoué de la Fédération, c'est de qualifier entre six et huit garçons, plus une ou deux filles", lance Dominique Nato, le DTN. Pour ce faire, il leur faudra atteindre au moins les quarts de finale dans chaque catégorie. "Après, c'est du bonus", comme le dit si bien Machrouh.