Leproux: "Une vraie évolution"

  • A
  • A
Leproux: "Une vraie évolution"
Partagez sur :

Pas de révolution mais une évolution, voilà ce qu'a dévoilé le président parisien Robin Leproux lundi soir en annonçant le retour des abonnements dans les virages du Parc des Princes, mais avec un placement aléatoire effectué par le club jusqu'à la fin de saison. Une médiation qui débouche également sur la création d'"associations responsables, pour retrouver cette ferveur qui nous manque aujourd'hui", a également expliqué un président du PSG qui veut "avancer vite".

Pas de révolution mais une évolution, voilà ce qu'a dévoilé le président parisien Robin Leproux lundi soir en annonçant le retour des abonnements dans les virages du Parc des Princes, mais avec un placement aléatoire effectué par le club jusqu'à la fin de saison. Une médiation qui débouche également sur la création d'"associations responsables, pour retrouver cette ferveur qui nous manque aujourd'hui", a également expliqué un président du PSG qui veut "avancer vite". Accompagné des médiateurs Franck Borotra et Alain Cayzac, Robin Leproux a présenté lundi soir dans les entrailles du Parc des Princes la deuxième phase de son plan dit de "pacification des tribunes", un plan mis en place à l'intersaison pour "briser l'antagonisme entre deux tribunes (Auteuil et Boulogne, ndlr) et la notion de territorialité" et après le décès d'un supporter parisien en marge du PSG-OM du 28 février dernier. L'ancien patron de RTL a expliqué avoir voulu être "constructif et positif. Nous souhaitons une vraie évolution pour que notre public vienne, ne bouge plus à chaque match et puisse s'organiser en associations". Car malgré les bons résultats du club de la capitale, actuel deuxième du championnat, l'enceinte de la Porte de Saint-Cloud, boudée par une partie des 13 000 anciens abonnés des virages et quarts de virages, sonne creux depuis le début de saison, au grand dam de l'ancien président parisien. "On ne peut pas se satisfaire d'un Parc qui ne soit pas plein alors que l'équipe a de bons résultats, avoue Alain Cayzac. Et on a besoin d'enthousiasme, de tifos, de ferveur". Une deuxième phase qui s'accompagne donc de deux mesures phares, détaillées ci-dessous, le retour des abonnements et la création d'associations. Reste à savoir le succès que connaîtront ces évolutions, car si les dirigeants parisiens ont assuré avoir d'ores et déjà reçu des demandes pour des créations d'associations, ces mesures, qui prendront effet dès le début des matches retour, ont pour l'instant été rejetées par la plupart des représentants des supporters. Le retour des abonnements Les supporters parisiens pourront, dés le jeudi 16 décembre, se réabonner où il n'était plus possible de le faire depuis le début de saison, dans les virages et quarts de virages du Parc des Princes "au même prix que l'année dernière et avec les conditions d'ancienneté", mais à cinq maximum et à une place affectée de manière aléatoire qu'ils conserveront jusqu'à la fin de la saison. "Il y a toujours une ambiance assez lourde et ce que je ne peux pas accepter c'est la notion de territoire et d'antagonisme entre deux tribunes, explique Robin Leproux. Ceux qui ne parlent pas de ces notions là peuvent se retrouver dans ces évolutions. Et plus on aura de répondant de leur part, plus on pourra avancer vite." La création d'associations Dissoutes pour la plupart en fin de saison dernière, les associations de supporters vont faire leur retour au Parc des Princes. Mais il n'est point question d'anciennes associations "historiques" mais bien de nouvelles entités, "des associations responsables soutenues par le club pour retrouver cette ferveur qui nous manque aujourd'hui. Il y avait une vraie volonté de les faire revenir", détaille le président parisien. Des associations dont le nombre total de membres ne pourra pas excéder la centaine et qui n'auront pas accès à des locaux, mais qui seront "aidés dans leurs déplacements" lors des rencontres à l'extérieur. "Ce chiffre à vocation à évoluer. C'est une phase de test. S'il n'y a pas de difficultés particulières et qu'elles ont respecté leur engagement en fin de saison, ce chiffre évoluera", poursuit-il. Chaque membre devra par ailleurs signer une charte de bonne conduite qui engagera la responsabilité du président de l'association.