Leonardo: "Ce n'est que le début"

  • A
  • A
Leonardo: "Ce n'est que le début"
Partagez sur :

Leonardo était satisfait, jeudi soir, de la victoire du Paris Saint-Germain sur le Red Bull Salzbourg (3-1), à l'occasion de la première journée de phase de poules de la Ligue Europa. Le directeur sportif du club de la capitale rappelle que l'équipe est encore en rodage, mais que cette épreuve européenne est l'un des objectifs du PSG cette saison.

Leonardo était satisfait, jeudi soir, de la victoire du Paris Saint-Germain sur le Red Bull Salzbourg (3-1), à l'occasion de la première journée de phase de poules de la Ligue Europa. Le directeur sportif du club de la capitale rappelle que l'équipe est encore en rodage, mais que cette épreuve européenne est l'un des objectifs du PSG cette saison. Leonardo, qu'avez-vous pensé du premier match du PSG en Ligue Europa cette saison ? Ce n'est pas le premier match européen mais le troisième. Contre Differdange, c'était important également. L'équipe s'est très bien comportée aujourd'hui. Le résultat et l'état d'esprit étaient importants. Ce n'est que le début. Il va falloir maintenir cette concentration. L'émotion est également là. Quand ça passe par l'émotion, et pas seulement par la tête, c'est qu'on commence à se faire plaisir. L'équipe monte-t-elle en puissance ? Je crois qu'on a démontré beaucoup de choses. Ça se voit par l'émotion que l'on procure. On veut voir ça tous les jours, à tous les matches au Parc des Princes. On joue des matches de championnat devant 40 000 personnes à chaque fois. Là, ce n'était que le premier match en phase de poules et c'est bien de voir le public comme ça, content et patient. Le reste, c'est du travail et s'améliorer sur le plan tactique et technique. Je crois que c'est normal mais, quand ça passe par l'émotion, ça change beaucoup de choses. Prenez-vous du plaisir à voir évoluer l'équipe ? Ce n'est pas moi l'important. Je ne suis pas sur le terrain. L'important, c'est ce qu'on vit maintenant avec des joueurs qui sont de Paris. Ceux qui sont arrivés à Paris sont chez eux. Les joueurs qui ont débarqué de l'étranger sont contents d'être là, ils voulaient venir. Ça commence à se voir dans le plaisir qu'ils ont à jouer entre eux. Et quand tous les ingrédients sont réunis, on voit des choses. Pensez-vous que vos adversaires vous craignent de plus en plus ? C'est la prestation de chacun, à chaque match, qui va nous donner plus de confiance. Le plus difficile, c'est de maintenir tout ça. On est confiant parce qu'on commence à créer un esprit, une identité, mais il reste encore beaucoup de choses à faire. Paris peut-il gagner la Ligue Europa ? On a démarré la saison et on connaît notre histoire. On n'est pas pressé. Rien n'a changé. Le plus difficile est de rester à ce niveau-là et de ne jamais perdre la concentration. On n'en est qu'au début. "Personne ne s'attendait à ce que Ménez ne se sacrifie autant" Est-ce un rêve de ramener la Coupe d'Europe à Paris ? On a cherché à faire une équipe compétitive pour la Ligue Europa mais aussi pour le championnat, la Coupe de France et la Coupe de la Ligue. Cela faisait longtemps que l'on n'avait pas vu cela au Parc des Princes, six victoires de suite. Cela faisait longtemps aussi qu'il n'y avait pas eu 40 000 personnes comme lors des trois premiers matches, que le nombre de maillots vendus n'avait pas autant augmenté. Ce n'est qu'une partie de ce que l'on a envie de faire. Six victoires de suite, c'est toujours important, mais ce n'est que le début. Le plus difficile, c'est de continuer comme ça, maintenir ce niveau de concentration, savoir ce qu'on a fait et ce que l'on veut encore réaliser. Il faut être attentif, concentré pour atteindre les objectifs et jouer en se faisant plaisir. L'émotion commence à toucher les gens, les supporters, dans la rue... La force de Paris, elle est là, par son passé. Mais on a encore beaucoup de choses techniques, tactiques, à améliorer pour rester à ce niveau-là. La Coupe d'Europe est-elle aussi importante que le Championnat ? Quand on joue, tout est important. On représente Paris à chaque match et on est tout le temps obligé d'être concentré. Un petit mot sur Javier Pastore qui a encore été très bon ce soir ? On savait qu'il avait de la qualité, ce n'est pas nouveau. C'est vrai qu'il aurait pu marquer deux buts ce soir, mais il n'y avait pas que lui. Jérémy Ménez également. Personne ne s'attendait à ce qu'il travaille, se sacrifie autant. Diego Lugano vient juste d'arriver. Bodmer a marqué un but incroyable aujourd'hui. Nico Douchez a aussi bien joué. Papus (Camara, ndlr), qui devait partir et qui est finalement resté, également.