Lens se rebiffe

  • A
  • A
Lens se rebiffe
Partagez sur :

Le coup de gueule de Gervais Martel ne sera pas resté vain. Battus la semaine passée par Toulouse (1-0) au terme d'une prestation insipide, les Lensois se sont imposés ce samedi à Montpellier (4-1) lors de la 28e journée de Ligue 1. Cette victoire à l'extérieur, la première depuis la deuxième journée, redonne de l'espoir aux Sang et Or malgré la victoire de leur rival Auxerre face à Sochaux (2-0) et le nul de Nice à Toulouse (1-1).

Le coup de gueule de Gervais Martel ne sera pas resté vain. Battus la semaine passée par Toulouse (1-0) au terme d'une prestation insipide, les Lensois se sont imposés ce samedi à Montpellier (4-1) lors de la 28e journée de Ligue 1. Cette victoire à l'extérieur, la première depuis la deuxième journée, redonne de l'espoir aux Sang et Or malgré la victoire de leur rival Auxerre face à Sochaux (2-0) et le nul de Nice à Toulouse (1-1). Quelle révolte ! Auteur d'un match indigne le week-end dernier, conspué par son public de Bollaert, Lens est allé chercher à l'extérieur l'once de sérénité qui lui faisait défaut. Pas un mince exploit puisque les Sang et Or n'avaient pas remporté de succès hors de leurs bases depuis le 14 août 2010. On jouait alors la deuxième journée et David Pollet s'était transformé en héros pour arracher la victoire au parc des Sports d'Avignon face à un promu arlésien commençant sa descente aux enfers. Depuis rien ou presque hormis quelques nuls, parfois méritants comme au Parc des Princes le 12 février, souvent laborieux. En plus de s'imposer, les Nordistes, incapables de marquer le moindre but depuis trois matches, y ont donc mis la manière, stupéfiant une défense héraultaise loin d'être impériale ce samedi soir. Privé de Yanga-Mbiwa et Jeunechamp, René Girard avait choisi d'aligner une charnière Spahic-El Kaoutari, épaulée sur les ailes par le jeune Stambouli et l'ancien Marseillais Bocaly. Insuffisant face à une rage retrouvée. Maoulida et Démont, laissés sur le banc par Bölöni, apprécieront... Incisifs dès le début de match, les Lensois profitent également des nombreuses erreurs techniques héraultaises. Et, sur un coup franc frappé depuis l'aile gauche, Yahia s'impose dans les airs. Jourdren repousse mais Akalé se montre le plus prompt pour reprendre (1-0, 19e). Jemaa finit le travail Résistant à la réaction montpelliéraine, les Nordistes doublent même la mise grâce à un gros travail de Roudet. L'ancien Valenciennois sert Hermach sur la droite de la surface. Le centre du Marocain est dévié par Stambouli, Jourdren étant pris à contre-pied (2-0, 30e). Un peu de réussite que ne refusera pas le capitaine lensois qui n'avait pas mâché ses mots la semaine passée, lâchant "on est nuls" devant les caméras de Foot+. A peine le temps de souffler que Roudet poursuit son numéro, Bédimo centre au second poteau où le milieu de terrain tente une belle reprise à ras de terre qui trompe une nouvelle fois le pauvre Jourdren (3-0, 33e). La seconde période n'y change rien, Bocaly a beau redonner l'espoir d'un joli tir à l'entrée de la surface (3-1, 57e), Jemaa y va aussi de sa réalisation, le Tunisien reprenant de la tête un corner frappé par le revenant Eduardo. Une éclaircie à poursuivre ces prochaines semaines face à des adversaires peut-être moins conciliants qu'un onze héraultais bien faible, déjà battu à Bollaert à l'aller (2-0). "Il faut que ça nous serve pour le futur", note d'ailleurs Hermach devant les caméras de Foot+. "On s'est lâché et il faut continuer avec la même envie." Il le faudra car Auxerre a également retrouvé le goût de la victoire après sa rechute face à Nice la semaine passée (1-0). En inscrivant deux buts à la défense sochalienne (2-0), Jelen a montré la voie du maintien. Un objectif auquel les Niçois s'accrochent aussi grâce à un but contre son camp en fin de match du Toulousain Cetto, permettant aux Azuréens de décrocher un point précieux (1-1). Toujours 19e, Lens revient toutefois à un point de Monaco qui jouera dimanche face à Nancy (17e) pour un match qui vaudra cher. Le Sochalien Maïga ne pensait sûrement pas si bien dire cette semaine, avouant sur notre site que "personne n'est à l'abri". Avec un 12e (Brest) à seulement six points de la zone rouge, le spectre de la Ligue 2 concerne en effet encore beaucoup de formations.