Lens repart de l'avant

  • A
  • A
Lens repart de l'avant
Partagez sur :

Sèchement battu par le PSG (5-1) en Coupe de France samedi dernier pour la première de Laszlo Bölöni, le RC Lens s'est bien repris en remportant son premier match de l'année 2011 en Ligue 1, face à Saint-Etienne (2-1), alors que les Verts avaient pourtant ouvert le score. Scenario presque identique pour Monaco, qui a remonté un but à Auxerre (1-1) pour le retour de Laurent Banide.

Sèchement battu par le PSG (5-1) en Coupe de France samedi dernier pour la première de Laszlo Bölöni, le RC Lens s'est bien repris en remportant son premier match de l'année 2011 en Ligue 1, face à Saint-Etienne (2-1), alors que les Verts avaient pourtant ouvert le score. Scenario presque identique pour Monaco, qui a remonté un but à Auxerre (1-1) pour le retour de Laurent Banide. Il est encore beaucoup trop tôt pour parler d'effet Banide ou d'effet Bölöni. Toujours est-il que Lens et Monaco, pour leurs premiers matches en Ligue 1 avec leurs nouveaux entraîneurs, ont su renverser des situations préoccupantes pour décrocher deux résultats positifs qui vont leur permettre de se relancer dans la course au maintien. Et c'est déjà ça. La meilleure opération est pour Lens. Les Sang et Or, menés 1-0 après un but heureux de Bakari Sako à moins d'un quart d'heure de la fin, ont su trouver les ressources morales pour inverser le cours du match, et l'emporter 2-1 dans les dix dernières minutes contre une équipe qui n'avait plus perdu depuis près de deux mois. Pour sa première en L1, après la déroute à Paris en Coupe de France samedi dernier (5-1), Laszlo Bölöni avait choisi de faire confiance aux joueurs de caractère du RCL : Issam Jemaa et Nenad Kovacevic, qui n'avaient plus les faveurs de Wallemme, mais aussi Vedran Runje, qui avait pourtant annoncé à Bölöni qu'il n'était peut-être pas prêt à faire autant d'effort qu'avec son prédécesseur. Le Croate a été impeccable face aux Verts... Cela a permis aux Artésiens de rester dans le match, et de même de revenir dans la partie suite à une faute de Janot sur Eduardo. Une décision discutée par le gardien des Verts. "Y'a pas péno, même Eduardo m'a dit qu'il simulait. L'arbitre est tombé dans le piège. Comment peut-il y avoir péno, alors que le ballon va à l'opposé ?", a pesté Janot devant les caméras de Foot +. Le malheur des uns... Et c'est tout Bollaert qui va exulter. Roudet va transformer le penalty (1-1, 81e), puis Lens va reprendre l'avantage, grâce à un but de Perrin sur corner, après une reprise de Jemaa (2-1, 82e). "On a eu la réussite pour une fois, sauf sur le but, où je me la prends dans les cannes. Ça redonne de l'espoir, Lens n'est pas mort", prévient Eric Chelle. A Monaco, Ruffier tient la baraque Monaco non plus n'est pas mort. Et Laurent Banide peut remercier Stéphane Ruffier. Le gardien et capitaine de l'ASM, qui avait déclaré cette semaine vouloir se concentrer uniquement sur ses performances, a une nouvelle fois été décisif, en repoussant toutes les tentatives auxerroises, hormis celle de Quercia, bien servi par Oliech (1-0, 26e). Mais archi-dominés par les hommes de Jean Fernandez, les Azuréens sont restés dans le match grâce à Ruffier. Et comme l'AJA a décidé de laisser des jambes aux vestiaires après le repos, Monaco va parvenir à arracher un point bienvenu, grâce à un superbe but d'Adriano (1-1, 71e). Forcément, Laurent Banide a apprécié la réaction de ses joueurs. "Mes joueurs sont rentrés très tôt sur le terrain en deuxième mi-temps, avec une forte envie de faire mieux. Et ils ont fait mieux, je suis satisfait. Quand on a la volonté, dans les duels on est plus présent, dans les détails on est là. En trois jours, on a bien avancé. On a vu des joueurs concernés. J'espère qu'on va continuer à progresser dans cette voie-là, au niveau du jeu", a expliqué l'entraîneur monégasque, pour qui l'aventure ne fait que commencer. Car avec la victoire de Caen, Monaco replonge dans la zone rouge, à une longueur des Normands, et avec un point d'avance sur Lens.