Lens piétine encore

  • A
  • A
Lens piétine encore
Partagez sur :

Lens est loin d'être sorti d'affaire après le partage des points opéré face à Brest (1-1), samedi à Bollaert. A l'issue de ce rendez-vous comptant pour la 31e journée de Ligue 1, les Sang et Or, qui pensaient avoir fait le plus dur en ouvrant le score, restent en 19e position, à six points de la ligne de flottaison.

Lens est loin d'être sorti d'affaire après le partage des points opéré face à Brest (1-1), samedi à Bollaert. A l'issue de ce rendez-vous comptant pour la 31e journée de Ligue 1, les Sang et Or, qui pensaient avoir fait le plus dur en ouvrant le score, restent en 19e position, à six points de la ligne de flottaison. Les déclarations fracassantes de Sébastien Roudet auront fait effet une heure durant. Désireux de voir ses partenaires mouiller le maillot et ne pas s'écrouler au moindre but encaissé, le milieu de terrain des Sang et Or a failli voir ses nobles voeux prendre totalement forme à l'occasion de la venue du Stade Brestois à Bollaert, samedi. Une rencontre que les Artésiens se devaient de bien négocier pour ne pas aggraver une situation déjà délicate, en atteste cette 19e et avant-dernière place occupée au classement avant cette 31e levée. "Ce match est vital ! Si nous ne prenons pas les trois points, les carottes seront cuites. Un seul point ne servirait à rien. Si nous encaissons un nouveau coup dur, la messe sera dite, l'écart sera trop important avec les équipes qui nous précèdent", avait pourtant prévenu Roudet en conférence de presse en milieu de semaine. Car avec 5 défaites sur ses 7 dernières sorties, le Racing ne devait pas se louper face à un Stade Brestois rassuré depuis sa victoire glanée dans le derby face à Rennes (2-0), le week-end passé, bienvenue après quatre défaites de rang. Conscient de l'enjeu, les Sang et Or font montre d'initiatives et prennent le match par le bon bout dès le coup d'envoi, Roudet mêlant la parole aux actes en étant le premier à inquiéter Elana, lorsque son centre, dévié par une jambe brestoise, oblige le dernier rempart du SB29 à claquer en corner (4e). Si Brest réagit par l'intermédiaire de Grougi, auteur d'un coup franc détourné sur sa transversale par Kasraoui (10e), la maîtrise du jeu, comme les occasions les plus sérieuses, sont lensoises. Yahia manque de précision sur une tête (13e), au contraire de Hermach, opportuniste sur une tentative de Jemaa repoussée par la barre (1-0, 20e). Un calendrier favorable pour espérer Un avantage qui a le mérite d'éclaircir logiquement le ciel nordiste. Jusqu'à l'heure de jeu, moment choisi par Ayité pour propulser dans le but lensois un centre de Poyet (1-1, 60e). Alex Dupont peut jubiler, lui qui avait fait entrer les deux hommes cinq minutes plus tôt. Si Brest retrouve le sourire, Lens le perd et voit la réussite le fuir dans une fin de match qui rappelle que la malchance accompagne trop souvent les équipes jouant leur survie. Ainsi, Jemaa touche encore du bois lorsque la barre se mue en obstacle infranchissable sur un coup de crâne du Tunisien (60e). Cinq minutes plus tard, c'est un autre fléau, la maladresse, qui frappe le RCL lorsque Maoulida manque cruellement de vitesse pour pousser le ballon dans le but vide après une intervention d'Elana sur un tir de Jemaa (65e). Le soutien indéfectible du peuple Sang et Or n'empêchera pas ses favoris d'enregistrer leur 11e match nul de la saison. Et d'accuser un écart toujours considérable (6 points) avec le premier non-relégable, Monaco, à désormais sept journées du terme de la saison. Lens peut tout de même continuer d'espérer puisque cette fin d'exercice verra les joueurs de Laszlo Bölöni défier principalement des adversaires directs dans la course au maintien (Auxerre, Lorient, Caen, Bordeaux, Monaco, Arles-Avignon et Nancy). Un maigre espoir, qui a tout de même le mérite d'exister...