Lens fera avec ce qu'il a

  • A
  • A
Lens fera avec ce qu'il a
@ Maxppp
Partagez sur :

LIGUE 1 - Le club nordiste disposera du même effectif que l'an passé.

LIGUE 1 - Le club nordiste disposera du même effectif que l'an passé. LA SAISON DERNIERE Le 30 juin 2006, après une saison dans l'enfer de la Ligue 2, le RC Lens signe sa reprise devant près de 3 000 spectateurs fidèles. Un signe que le club artésien n'a rien perdu de sa cote de popularité. Reste à ne pas décevoir une nouvelle fois tous ces amoureux et à garder sa place parmi l'élite. Si le tandem Wallemme-Martel se veut ambitieux, le jeu proposé par le Racing l'est moins, et, après une percée jusqu'à la sixième place en début de championnat, les Sang et Or plongent dans la zone rouge en octobre après une série de quatre défaites consécutives. Au courage plus qu'au talent, le club artésien quitte les profondeurs du classement pour évoluer une grande partie de la saison aux alentours de la 15e place. Une série de sept matches sans défaite pour finir permettra finalement à Lens d'accrocher le 11e rang juste derrière le voisin valenciennois. Mais les spectateurs de Bollaert, en dépit de leur indéfectible soutien, n'ont eu que peu de raison de s'emballer la saison dernière... LE RECRUTEMENT Si le football ne se gagnait pas avant tout sur le terrain, le RC Lens pourrait se satisfaire d'avoir recruté Jacques Santini, l'ancien sélectionneur de l'équipe de France, pour accompagner Jean-Guy Wallemme dans son rôle d'entraîneur. Pour le reste, c'est le point mort. Toujours pas aidé par des finances au plus bas, qui contraignent Gervais Martel à vendre avant de pouvoir sortir son chéquier, le club artésien n'a toujours pas, à deux semaines de la première journée de la saison, enregistré le moindre renfort cet été, à l'exception du retour de prêt de David Pollet, international Espoir belge qui sort d'une bonne saison au Paris FC (22 buts en 35 matches). Ça fait peu pour un club qui annonçait l'année dernière vouloir revenir à moyen terme dans les têtes d'affiche de l'élite. Seule bonne nouvelle, le Racing a enfin réussi à se débarrasser d'Aruna Dindane, parti au Qatar contre une somme estimée à trois millions d'euros. Un premier pas en attendant le départ de Fabien Laurenti (Arles-Avignon) et peut-être ceux de Toifilou Maoulida (Newcastle ?), Sidi Keita ou encore Kanga Akalé (Panathinaikos ?). LE JOUEUR A SUIVRE Principale recrue d'un marché estival déjà bien calme la saison dernière, Eduardo, arrivé à Lens en provenance de Guingamp, n'aura pas eu le rendement qu'on attendait de lui la saison dernière. Régulièrement titularisé (30 matches), le Brésilien affiche des statistiques décevantes: cinq buts et deux passes décisives. Trop peu pour un joueur placé en soutien de l'attaquant. "Je sais que je peux faire mieux", reconnaît-il dans un entretien accordé à La Voix des Sports. "Mais, une première saison, peu importe l'endroit où on est, c'est toujours un peu délicat", ajoute-t-il, bien conscient des attentes qu'il suscite: "On a une réputation de joueurs spectaculaires, techniques. Alors, c'est une évidence, les spectateurs veulent nous voir dans ce registre. Personnellement, je préfère toujours l'efficacité au beau geste gratuit. Mais je peux comprendre qu'on attende ce genre de choses d'un Brésilien." Les supporteurs lensois attendent surtout qu'il se montre décisif cette saison. L'ENTRAINEUR On le disait sur un siège éjectable mais il est toujours là. Au contraire de Dominique Cuperly, son adjoint, dont on dit qu'il n'aurait pas supporté l'omniprésence de Daniel Leclercq, le directeur technique lensois, et qui ne sera donc resté qu'un an. Son nouvel adjoint, ou chaperon diront certains, a donc pour nom Jacques Santini. Mais Jean-Guy Wallemme, champion de France en 1998 sous le maillot Sang et Or, reste le patron de l'équipe. Et tente de préparer au mieux la saison qui vient, sa troisième sur le banc nordiste, avec toujours ce même souci d'exigence. "Je ne sais pas si on est sereins. Mais on essaie de ne pas s'énerver, d'avancer tranquillement", confiait-il dernièrement dans les colonnes de La Voix des Sports. "Le staff et les joueurs se remettent en questions tous les jours afin de progresser, de régler les détails qui pourraient nous gêner." LE PRONOSTIC DE LA REDAC: Le RC Lens accroché à la 11e place du classement, ce bilan, flatteur, tient en grande partie à une fin de saison mieux maîtrisée. Les Lensois affichent pourtant leurs ambitions en déclarant vouloir terminer dans la première moitié du tableau la saison prochaine. Le RC Lens tentera d'y parvenir avec un effectif pratiquement inchangé. Un immobilisme qui peut s'avérer être une force puisque les joueurs disposent d'une saison d'automatisme. Mais avec un effectif qui reste limité, le club artésien aura déjà réussi sa saison en obtenant son maintien le plus tôt possible.